mercredi 28 décembre 2011

samedi 26 novembre 2011

L'instinct de possession!

                               
Il parait que l'amour véritable commence là où tu n'attends plus rien en retour! Et qu'il s'entretient avec le renouvellement constant de faire vivre sa flamme!

Saint Exupéry a dit: " Ne confonds point l'amour avec le délire de la possession, lequel apporte que souffrance. Car au contraire de l'opinion commune, l'amour ne fait pas souffrir. Mais l'instinct de propriété fait souffrir, qui est le contraire de l'amour."
Et Saint-Exupéry d'ajouter: "Si ton amour n'est point reçu et qu'il devient vaine supplication comme de récompense  à ta fidélité, et qu'il n'est point de force d'âme de te taire, alors,  fais toi guérir, par un médecin. Car il ne faut point confondre l'amour avec l'esclavage du coeur. L'amour qui prie est beau, mais celui qui supplie est d'un valet.
Et si ton amour est reçu et si des bras s'ouvrent pour toi, alors prie Dieu qu'il sauve cet amour de pourrir(de la routine plutôt..), car je crains  pour les coeurs comblés."

dimanche 13 novembre 2011

Est-ce la voie ouverte...?

                                        
Avec l'avènement de la mondialisation où on constate de jour en jour l'imbrication de tous les pays quant à leur responsabilité mondiale dans leur développement économique, humain, financier, social, culturel et éducatif, bref tout ce qui a trait à un équilibre d'un Etat pour apporter sa contribution à la construction d'un monde de demain plus juste.
Avec le sursaut des peuples (révolutions dites "arabes" quoique, la Tunisie, l'Egypte, la Libye , n'ont rien de strictement d'arabes...habités par des berbères, pharaons!) pour en finir avec les dictatures! Avec aussi les dernières mises au pas de la Grèce, de l'Italie, peut être...de la France et le pointage du doigt en direction des économies des Etats Unis et de la Chine, un monde nouveau se dessine!
Les générations de demain, grace à l'internet, l'information continue à toute heure et sur toutes les places de la planète, la dénonciation des injustices, des inégalités, hommes/ femmes et pauvres/riches pourraient construire un monde de demain plus juste. Imagine-t-on?: L'avènement d'une monnaie unique, d'une justice mondiale, de l'interdiction stricte dans n'importe quelle partie du monde de l'existence de pauvreté, de violence, de viol, de dictature, d'inégalités sociales, économiques, culturelles, politiques.
Toutes les organisations mondiales: ONU, UNESCO, OMC, OMS et d'autres non gouvernementes telles qu'Amnesty International, La ligue des droits de  l'homme etc...seraient au service de toute la population mondiale.
Oui je veux le croire, je dois le croire, je veux imaginer un futur proche en me disant: Il fut un temps où régnaient, dans ce monde, des dictateurs...Peut-on imaginer cela?

             J'ai choisi la justice, pour rester fidèle à la terre. Je continue à croire que ce monde n'a pas de sens supérieur. Mais je sais que quelque chose en lui a du sens, et c'est l'homme, parce qu'il est le seul être à exiger d'en avoir. (Albert Camus, L'Homme Révolté)
 

jeudi 10 novembre 2011

J'aime le farniente...

                                             

Je suis à court d'idées. Je ne fais rien, si: je rêve!
                     j'aime le farniente!
                     Quand je vais dans la forêt, je n'aime déranger personne, pas même les animaux...surtout pas les animaux! Ils sont dans leur milieu et je me sens heureux.
Qu'a fait l'homme depuis la création du monde à aujourd'hui?
Vous allez me dire, il y'a le développement, la technologie, la "civilisation", les vols spatiaux, la longévité de la vie et j'en passe. Mais, de justice, lutte contre la pauvreté, le racisme, les guerres, les inégalités sociales et
 des chances, où en est-on?
On a inventé le meilleur moyen de se faire exploser! Alors je le dis haut: J'aime le farniente, car c'est le seul remède contre la maladie d'aujourd'hui: le stress!
Du matin au soir: Il faut courir, il faut faire vite, il ne faut pas être en retard, il ne faut pas oublier de téléphoner, de prendre le bus, le métro, le taxi et de payer les taxes. Il faut manger vite.
Si je ne réussis pas au bac, je me flingue! Et si je l'obtiens et qu'aprés mes études universitaires, je n'ai pas d'emploi, je me suicide!
Si j'obtiens un emploi et que je n'ai pas de domicile, je me trucide! Et si j'ai un domicile et que ma femme me quitte pour un autre, je me suicide , et si encore elle emmène les enfants...Alors, là, j'irais dans la forêt et voir mes amis les bêtes, je ne les dérangerais pas trop!
La bàs, il y'a un autre La Fontaine dit Jean qui fait des fables sur les humains les trop bêtes et on apprend:     "Que rien ne sert de courir, il faut partir à point!"

jeudi 13 octobre 2011

Etrange destin ( Je voudrais soudain...)

                                      

Albertine Sarazin dans son roman "la traversière", m'a appris ce que des années de vie ne m'ont pas appris...
J'ai relevé ce passage d'elle pour le plaisir de le partager avec vous:

"Je me rends compte maintenant combien a dû être long et hésitant pour mother le chemin du pardon; je la revois aux assises, effondrée sur le banc des témoins, je l'imagine ouvrant le journal et lisant la toute drenière de son poupon; j'entends sa voix déjà un peu tremblée par l'âge m'appeler "Chérie", je vois ses yeux taris briller de tendre lueur maternelle, je sens dans mon sac le poids de l'argent qu'elle m'a envoyé...  je voudrais soudain arrêter le train, arrêter et faire reculer le temps, donner à mother en échange du temps pleuré dix ans de joie, de la joie jusqu'à la mort...

lundi 10 octobre 2011

Quel étrange destin!

                                    


La romancière Albertine Sarazin a vécu 29 ans, malmenée par la vie, elle écrit des romans , des poèmes en prison. Elle a  nargué ses juges, pendant son procés, en leur déclarant: Je n'ai aucun remords. Quand j'en aurai, je vous préviendrai. Née en Algerie en 1937, adoptée, elle est violée en France par son oncle à l'âge de dix anx, elle se prostitue, elle commet des vols, elle s'enfuit de prison. C'est seulement en 1966 qu'elle est reconnue et célébrée mais elle meurt sur la table d'opération , une année aprés, à cause de l'anesthésiste( non diplomé) qui n'a vu ni son groupe sanguin, ni son poids(minimum pour opérer) et de plus elle n'était pas surveillée à son reveil.
Ce petit bout de femme, cette grande Dame qui n'a pas demandé à naitre, a vécu ce qu'aucun être humain ne peut supporter, a laissé beaucoup d'oeuvres entre romans, poésies, journal...Mais n'a pas été honorée à sa juste mesure. Mais par dieu ne merite-t-elle pas,  à titre posthume un prix à sa hauteur, même si elle avait obtenue de son vivant le prix des quatres jury 1966, pas ceux des assises?


            Les plus belles fleurs flétrissent, hélas, et les oiseaux meurent. Ce qui reste intact, ce sont les floraisons et les envols. Les chants aussi. Nulle retombée, à peine de traces. le pur jaillissement du coeur. (Jacqueline Kelen)

vendredi 7 octobre 2011

C'est mon opinion!...

               

L'opinion dominante peut engendrer une certaine frustration à ceux ou celles qui n'ont pas la parole. c'est souvent dans l'air du temps, qu'une idée, une opinion, prend le vol et devient la doxa pour une société, une tribu. Des hommes et des femmes, hors du commun ou tout simplement déterminés changent la donne: Gallilé, Einstein, Marie-Curie, Gandi et d'autres et d'autres et encore aujourd'hui...Steve Jobs!


"Je suis insomniaque. Le lit, c'est ce qu'il y'a de plus dangereux. Plus dangereux que la voiture.
Il suffit de penser au nombre de gens qui y meurent.
                                                                            Jeaques Dutronc

lundi 26 septembre 2011

Ces poètes di-vins!

                                                                   
J'ai toujours été charmé par les nombreux poèmes louant le jus de la treille et l'ivresse, dont Omar Khayam au XI siècle et Charles Baudelaire  huit siècles aprés , étaient les maitre incontestés et ne finissent pas
jusqu'à nos jours de nous émerveiller et... de nous énivrer!
En voici quelques quatrains:

Khayam: - je suis constamment attiré par la vue du vin limpide,
               - mes oreilles sont sans cesse attentives aux sons mélodieux de la flute
               - oh, si le potier fait une cruche de ma poussière,
               - Puisse cette cruche être constamment pleine de vin!

Baudelaire: - L'horrible soif qui me déchire
                  - Aurait besoin pour s'assouvir
                  - d'autant de vin qu'en peut tenir
                  - Son tombeau;- ce n'est pas peu dire

Kahayam: - L'ivresse de notre propre délire ici-bas nous a transportés de joie;
                - De notre humble condition, elle nous a fait lever la tête jusqu'aux cieux.
                - Cependant, nous voilà enfin affranchis de l'annexion du corps!
                - Nous voilà rentrés dans la terre, d'où nous sommes  sortis.

Baudelaire:-C'est ainsi qu'à travers l'Humanité frivole
                 - Le vin roule de l'or, éblouissant pactole;
                 - Par le gosier de l'homme il chante ses exploits
                 - Et règne par ses dons ainsi que les vrais rois

Khayam: -Si je suis ivre de vin vieux; eh bien! je le suis. Si je suis
               -infidèle, guèbre ou idolâtre; eh bien! je le suis.
               - Chaque groupe d'individus s'est formé une idée sur mon comte.
               - Mais qu'importe, je m'appartiens et je suis ce que je suis.

Baudelaire:-A nom des serments de tendresse,
                 - Dont rien ne peut nous délier,
                 - Et pour nous reconcilier
                 - Comme au beau temps de notre ivresse,
                
             

vendredi 23 septembre 2011

Raoucha-Nacerdinne Dinet

Raoucha-Tableau peint par Etienne Dinet en 1901 à Bou Saada , une ancienne petite oasis à 240 km au Sud d'Alger.
                           Etienne Dinet - Raoucha DIN013



Une habitante de Bou Saada en 1901-le tatouage était déjà répandu dans ces contrées!

jeudi 22 septembre 2011

Ayez des principes, mais ne soyez pas rigide!



Si on réfléchit un peu, on comprendra que nous devons avoir des principes. C'est à dire des limites à ne pas dépasser sous peine de contrevenir à l'entendement, finir par se mépriser soi-même, ou si on pousse le bouchon être endetté ou jeté en prison.
Il doit bien exister une limite qu'on ne dépassera pas. On doit savoir où elle se trouve.
Alors où cette limite se situe-t-elle? On m'a demandé d'accomplir des choses qui ne me conviennent pas, ou on m'a demandé de faire des choses déplaisantes. on m'a demandé de faire des choses que je trouvais extrêmement ingrates, mais à chaque fois qu'on m'a demandé de franchir mes limites personnelles, j'ai pu dire non et m'y tenir.

                   "Dans la vie, des principes rigoureux donnent plus de déceptions que de joies!"
                                                                           Euripide

vendredi 16 septembre 2011

Maintenant, je sais!


"Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau, je peux pas mieux dire, il fait très beau!

mardi 13 septembre 2011

laisser une zone d'ombre, ça peut servir!

                                          

"Si l'on veut maintenir son charme, il faut rompre les évidences: savoir garder le silence, semer le doute, ne pas se dévoiler. En ne se dévoilant pas totalement, nous laissons la place au fortuit, aux possibiltés de hasard, surtout positifs. Beaucoup semble croire que plus ils se dévoilent à l'égard de leur entourage, mieux ils seront perçus et finalement appréciés:" je me montre tel que je suis: c'est à prendre ou à laisser..."
Le charme naît justement de ce que l'on ne parvient pas à discerner, du mystère. Nos "zones d'ombres" de notre personnalité seront notre protection dans le monde d'aujourd'hui où chacun est accablé par tant de motifs d'inquiétude. Pour plaire, contrairement à l'impression généralement ressentie, il faut éviter de se montrer attentionné, souriant, agréable...Et particulièrement au commencement d'une rencontre." Jacques Paget, un illusionniste.

"Respecter une femme, c'est pouvoir envisager l'amitié avec elle; ce qui n'exclue pas le jeu de la séduction,
et même, dans certains cas, le désir et l'amour" Tahar Bendjaloun.

vendredi 9 septembre 2011

Qui se souvient d'Isabelle Eberhardt?

                                                        
                                                        

"Elle était ce qui m'attire le plus au monde: une réfractaire. Trouver quelqu'un qui est vraiment soi, qui est hors de tout préjugé, de toute inféodation, de tout cliché et qui passe à tavers la vie, aussi libérée de tout que l'oiseau dans l'espace, quel régal!
Je l'aimais pour ce qu'elle était et pour ce qu'elle n'était pas. J'aimais ce prodigieux tempérament d'artiste, et aussi tout ce qui en elle faisait tressauter les notaires, les caporaux, les mondarins de tout poils." Le général Lyautey

BIOGRAPHIE:
Isabelle Eberhardt est née à Genève 1877. Sa naissance a donné lieu à de multiples spéculations de la part de ses biograhes. Certains ayant même soutenu la thèse de la paternité d'Arthur Rimbaud auquel elle est souvent comparée!
Amoureuse de l'étude, Isabelle remplit des cahiers de notes d'histoire, de géographie et de littérature. Elle lit beaucoup.
Enfance marginale et libertaire. Très tôt Isabelle a vécu hors de toute contrainte sociale.
A 20 ans, isabelle quitte Genève pour Annaba (Algérie). elle découvre un pays, une culture, une religion, l'islam, qui vont l'imprégner totalement.
Pendant une grande partie de son existence, elle mène une vie de nomade en Afrique du Nord, revêtue de son identité préférée ( elle en prendra plusieurs), celle du maghrébin Mahmoud Saadi. Elle se convertit à l'islam. Se faisant passer pour un homme, elle peut entrer dans tous les lieux où les femmes ne sont pas admises, ce qui facilite aussi son travail de journaliste. D'un autre côté, sa vie fort peu conventionnele éveille rapidement la suspicion de certains colons français qui se mettent à la surveiller.
A El Oued, elle rencontre Slimane. L'union de l'européenne et du spahi indigène fait scandale. En 1903 elle croise Lyautey, un moment apôtre de la colonisation" différente"
A son actif, elle a un grand nombre de nouvelles, un roman inachevée, des articles, des récits de voyage et sa correspondance qu'elle considérait comme une partie de son oeuvre. Le désert la fascine et elle adopte une vie errante. elle devient un étonnant témoin de la réalité algérienne. Son oeuvre d'écrivain comporte de nombreux articles, nouvelles, récits, romans, centrés sur l'islam. dans son approche du maghreb, elle rompt complètement avec l'orientalisme et le pittoresque des écrits d'alors.
Le 25 octbre 1904, elle trouve la mort dans l'inondation d'Ain-Sefra (à 500km à l'ouest d'alger). Elle a 27 ans.
Sous tous ses aspects, la quête imprègne toute la vie et l'oeuvre d'Isabelle Eberhardt.

           "Tout le grand charme poignant de la vie vient peut être de la certitude absolue de la mort. Si les   choses devaient durer, elles nous sembleraient indignes d'attachement."
                                                                                  Isabelle Eberhardt

mardi 6 septembre 2011

l'arbre qui cache la forêt!

 

                          

"Certaines personnes se noient dans les détails et n'arrivent plus à voir la forêt à cause de l'arbre qui la cache.
J'arrive à voir l'arbre, la forêt et le petit village derrière. Qui plus est, j'ai un lance flammes"
                                           Simon Munnery, un acteur comique.

J'ai appris dans la vie qu'il faut avoir une vision globale des choses et non pas "se focaliser" trop sur une seule d'entre elles et créer une tempête dans un verre d'eau. Ce qui, souvent nous fait trop tarder et nous stresse, alors que nous avons la possibilité , d'engager autre chose en attendant une solution pour la première. Il faut constamment avoir une grande visibilité sur ce qui nous entoure et rester ouvert d'esprit. Il est toujours utile d'être réceptif à notre environnement, aux nouvelles idées, innovations. l'entêtement peut être un obstacle à toute possibilité de réglement d'un problème, en raison souvent d'une divergence de vue, comme: Verre à moitié plein et verre à moitié vide! Il faut apprendre à voir l'arbre et la forêt

jeudi 1 septembre 2011

Tenez-vous prêt à désapprendre!

                                 
Il est indéniable, que la vie est un éternel changement! sommes-nous préparer à ce changement, à nous y adapter ou bien faut-il nous morfondre et nous plaindre parce qu'on y a pas pensé?
Il est vain de résiser au changement! On ne peut survivre qu'en se préparant au changement.
Dans son son discours, lors de la remise de son prix Nobel de la paix 2006, le professeur Mohamed yunes a déclaré: "Indépendamment de ce que vous avez appris lors de vos études, je souhaiterais simplement vous inciter à vous tenir toujours prêt à désapprendre et à réaprendre. Ne renoncez pas à rêver. Si nous rêvons tous d'un monde meilleur, je peux vous garantir que nous y parviendrons."

                      " Ce qu'il y'a de bien avec le futur, c'est qu'il n'arrive pas d'un seul coup"
                                             Abraham Lincoln.

mardi 30 août 2011

L'amour, on ne le pense pas. Il est, mais...il s'entretient!

                            


Si ton amour n'est point reçu et qu'il devient vaine supplication comme la récompense à ta fidélité et qu'il n'est point de ta force d'âme de te taire, alors, s'il est un médecin, fais toi guérir. Car il ne faut point confondre l'amour avec l'esclavage du coeur. L'amour qui prie est beau, mais celui qui supplie est d'un valet.
Si ton amour est reçu et si les bras s'ouvrent pour toi, alors prie dieu qu'il sauve cet amour de refroidir, car je crains pour les coeurs comblés.

Car on ne se repose pas dans l'amour s'il ne se transforme de jour en jour comme dans la maternité. Mais, toi tu veux t'asseoir dans ta gondole et devenir chant de gondolier pour la vie. Et tu te trompes. Car est sans signification  ce qui n'est point ascenssion ou passage.Et si tu t'arrêtes tu n'y trouveras que l'ennui puisque le paysage n'a plus rien à t'apprendre. Et tu rejetteras la femme quand c'est toi qu'il fallait d'abord rejeter.
                                                                Antoine de Saint Exupery

vendredi 26 août 2011

Lalla fatma N'Soumer a-t-elle rêvé de Jeanne D'Arc?

Fichier:Portrait-Fatma N'Soumer.jpg

De tout temps, l’histoire a été écrite par des hommes, et les femmes ne sont généralement pas souvent évoquées. Et pourtant qui ne reconnait pas leur sacrifice, leur résistance  partout dans le monde ! Qu’est ce qui fait alors que nos sociétés soient toujours frileuses quand il s’agit d’évoquer leur  rôle souvent déterminant depuis que le monde est monde ? Est-ce les préjugés religieux ?  Est-ce parce que les hommes se sont attribués les beaux rôles ? Ou est ce seulement un concours de circonstance dû surtout à une répartition des travaux depuis les temps immémoriaux: domestiques pour les femmes, de défense pour les hommes ?

« Les hommes et les femmes conviennent  rarement sur le mérite d’une femme : leurs intérêt sont trop différents » Jean de La Bruyère


*Lalla fatma N’Soumer : Appelée « la Jeanne d'Arc du Djurdjura » par l'historien Louis Massignon

mardi 23 août 2011

A bon vin point d’enseigne

                                                         

                  
                       Dans un restaurant, un homme buvait à table un excellent vin, sans le louer. Le maître de la maison lui en fit servir, ensuite, du très médiocre. « Voilà du bon vin, dit le buveur silencieux.- C’est du vin à dix sous, dit le maître, et le premier que je t’ai servi, un vin des dieux.- je le sais, reprit le convive ; aussi ne l’ai je pas loué. C’est celui-ci qui a besoin de recommandation. »

« L’évidence paralyse la démonstration ! »
                          Pierre Reverdy 

                                 
                                                        
 

vendredi 19 août 2011

Le trac, quand il nous tient!

                                              

             A une jeune comédienne qui prétendait ne pas avoir jamais de trac quand elle montait sur scène, une grande virtuose dans la comédie française, lui répondit : Attendez, d’avoir une grande renommée et un nom à défendre !

mercredi 17 août 2011

Faut pas tarder, dix jours c'est trop!..Tu peux attraper froid...


ELSA

Tandis que je parlais le langage des vers
Elle s'est doucement tendrement endormie
Comme une maison d'ombre au creux de notre vie
Une lampe baissée au coeur des myrrhes verts
Sa joue a retrouvé le printemps du repos
Ô corps sans poids posé dans un songe de toile
Ciel formé de ses yeux à l'heure des étoiles
Un jeune sang l'habite au couvert de sa peau
La voila qui reprend le versant de ses fables
Dieu sait obéissant à quels lointains signaux
Et c'est toujours le bal la neige les traîneaux
Elle a rejoint la nuit dans ses bras adorables
Je vois sa main bouger Sa bouche Et je me dis
Qu'elle reste pareille aux marches du silence
Qui m'échappe pourtant de toute son enfance
Dans ce pays secret à mes pas interdit
Je te supplie amour au nom de nous ensemble
De ma suppliciante et folle jalousie
Ne t'en va pas trop loin sur la pente choisie
Je suis auprès de toi comme un saule qui tremble
J'ai peur éperdument du sommeil de tes yeux
Je me ronge le coeur de ce coeur que j'écoute
Amour arrête-toi dans ton rêve et ta route
Rends-moi ta conscience et mon mal merveilleux
Aragon.

mardi 16 août 2011

je crée

                                          

A-t-on entendu un sculpteur dire : «  De cette  pierre,  je dégage la beauté ? Car alors il se dupe d’un  lyrisme creux !
L’autre, le véritable, on l’entendra dire : « Je cherche à tirer de la pierre quelque chose qui ressemble à ce qui pèse en moi, je ne sais point le délivrer autrement qu’en taillant. » Saint-Exupéry


                                       "Les grands sculpteurs sont ceux qui imposent à 'humanité leur illusion particulière." (Guy de Maupassant)

lundi 15 août 2011

Pourquoi?

                                                                

Newton a dit : Cent  expériences réussies n’ont pas prouvé que j’ai raison ! Une seule expérience fausse a prouvé que j’ai tort !
Et pour le paraphraser je dirais : « Il arrive que cent jours d’amitiés ne résistent pas devant une seule journée fade !




jeudi 11 août 2011

Pour les belles passantes

                                                                                                                        


Qu’elle était jolie, comme une rose du matin, ce mardi à midi !

Qu’elle était éblouissante, celle que j’attendais,
Telle que je l’avais toujours imaginée
Qu’elle était belle, en un éclair, que j’ai dû rester pantois !
Ma vie s’est illuminée, mon téléphone sonne !

Au milieu du passage piéton
Je suis comme tétanisé
Mon portable continue ses jérémiades,
Je n’entends plus rien aux alentours,
Obnubilé par son regard d’antilope

Pour la regarder passer, pour un peu l’admirer
Que ce fut clair dans ses yeux, ses airs,
Quand je l’ai vu me sourire
En maitresse de ses manières
J’en étais envouté, ensorcelé !

J’aurais dû lui parler, mais hélas !
Qu’elle est injuste la vie,
Quand je l’ai vue partir !
Qu’elle était belle, si naïve, si claire,
Dans sa robe  à la Maryline


                             


                              On pleure les lèvres absentes
                              De toutes ces belles passantes
                              Que l'on n'a pas su retenir !
                              Mais si l'on a manqué sa vie
                              On songe avec un peu d'envie
                              A tous ces bonheurs entrevus

                                                                 G. Brassens

mercredi 10 août 2011

Et voilà!

                                                      
Et voilà, je jette tout par-dessus bord et je m’en vais loin, loin… Je n’en ai rien à foutre d’expliquer à chaque fois, moi qui ai horreur de toujours expliquer ! Aimez-moi ou pas je m’en fiche ! Je ne suis pas le centre de la terre, je ne suis pas un héros, je suis moi ! Et moi j’aime ! J’aime ma liberté, je n’exige rien de quiconque, mais j’aime  les êtres : pour leur simplicité, leur amour, leur erreur, leur liberté, leur envie, leur humour et leur exigence…oui, leur exigence d’être seul parfois! Cessons de faire semblant, juste pour paraître…plutôt disparaître, je préfère !

mardi 9 août 2011

L'égalité des sexes

                                                  


A un journaliste qui  demandait à une ancienne ministre de la justice française, sur la situation des droits de la femme en France, quelles seraient les premières décisions qu’elle prendrait pour promouvoir   « l’égalité des sexes », elle lui répondit : je prendrais les mesures !

lundi 8 août 2011

le dictateur



                                                                    
De nos jours on peut dire, le dictateur, c’est celui qui parle seul, qui s’écoute parler d’une oreille et qui est sourd de l’autre !
          « C'est toujours sur une démission collective que les tyrans fondent leur    puissance. »
Maurice Druon
 Quelqu’un m’a demandé un jour : C’est quoi une dictature ? Comme j’étais surpris par la question posée avec bonhomie, je répondis tout de go par une anecdote qui trottinait dans ma tête depuis, pas bien longtemps : « la dictature, c’est comme Staline, le jour où il avait égaré sa belle pipe et exigea de ses sbires qu’on lui retrouve le voleur (…pas sa pipe !), quel qu’en soit le prix (…pas pour lui !). Ses sbires, dans un excès de zèle, avaient réussi à faire avouer (…avec des bonbons, surement) cent personnes qui reconnaissaient  l’avoir subtilisée ! Et quand on allait rendre compte à Staline des coupables arrêtés, celui-ci répondit : cessez les recherches, j’ai retrouvé ma pipe »
Et je précisais à ce quelqu’un :Dans la dictature, on avoue facilement de s’être fait une pipe , même de Staline !

 

Le terme dictateur - étymologiquement « celui qui parle » - désignait sous la Rome antique une magistrature exceptionnelle.

vendredi 5 août 2011

L'extraordinaire leçon

Moment de ravissement avec Ravi Shankar et son extraordinaire leçon



http://www.youtube.com/watch?v=tOgfK6HnuNk

Etre ou ne pas être

                                                         

Nous vivons contrefaits,  c’est absurde ! Combien  nos  comportements  erronés empêchent le libre développement de notre personnalité ; ce faisant, nous risquons de fausser le meilleur de nous même !

« J’ai tout simplement à être, à vivre, à tenter d’atteindre une certaine humanité, ce qui importe en définitive, c’est  l’être, qui rayonne à travers la personne. ».
                         (Etty Hillesum, Une vie bouleversée)

jeudi 4 août 2011

Ne vous justifiez jamais, n’expliquez pas !

                                                  

Souvent dans notre vie, on  a tendance à trop vouloir se justifier, à trop vouloir expliquer ! Nous sommes toujours enclins à blâmer les gens, les choses et les circonstances pour toutes les raisons possibles ! Ainsi comment peut-on croire avec toutes ces censures, laisser libre cours à notre imagination, avoir confiance en nous et  ne pas sentir des sensations négatives qui induisent des actions négatives de notre vie ! Peut-on arrêter un jour de nous excuser, de nous justifier ?
Un des 10conseils donnés par Ernest Hemingway à un jeune écrivain est : ne cherchez pas à vous expliquez !

mercredi 3 août 2011

Et si on souriait?



Définition du sourire:Le sourire est une expression du visage qui se forme par la tension de muscles, plus particulièrement aux deux coins de la bouche, mais aussi autour des yeux. Il exprime généralement le plaisir ou l'amusement, mais aussi l'ironie, et joue ainsi un rôle social important.

Nous ne saurons jamais tout le bien qu'un simple sourire peut être capable de faire.[ Mère Teresa ]

mardi 2 août 2011

L'effet inverse

                                                                
 Dans notre  quartier, on avait une salle de cinéma où était inscrit en grosses lettres sur le mur :
 Soyez gentils ne fumez pas ! Il était rare de voir quelqu’un enfreindre cette indication.
Depuis que la salle a été réfectionnée, une nouvelle indication est apparue sur le mur :
Il est strictement interdit de fumer ! Le constat, c'est l'effet inverse!

lundi 1 août 2011

Le don merveilleux du non

                                                 


Il arrive parfois que nous nous trouvions en situation
                           de devoir dire non à des personnes qu'on aime, qu'on respecte!


"Un nom venu de ses convictions les plus profondes est meilleur et plus grand qu'un oui dit seulement pour faire plaisir, ou pire pour s'éviter des ennuis"
                                                       Le Mahatma Gandhi.

dimanche 31 juillet 2011

Kunta Kinti (Dans" Racine" de Alex Haley)

                                                      



"Savoir se liberer n'est rien; l'ardu, c'est savoir être libre"  André Gide (l'immoraliste)


Durant le reste de sa vie d'esclave, Kunta ne délaisse jamais ses rêves de liberté et tente de s'échapper...
                 ...et aprés que ferait-il de sa liberté?

vendredi 29 juillet 2011

Ainsi soit-il!




Il y'a presque trois siècles, Chamfort, homme de lettre et penseur français a laissé une sentence:
- Les économistes sont des chirurgiens qui ont un excellent scalpel et un bistouri ébréché, opérant à merveille sur le mort et martyrisant le vivant. Elle est toujours d'actualité!

jeudi 28 juillet 2011

le supermarché



Est-ce la qualité d'un produit qui fait sa chèreté
   ou bien c'est sa rareté?
Et le rapport qualité/prix n'est-il pas une idée de dupe?
Car le rapport qualité/prix fait référence aux concurrents et non à l'utilité du produit ou à l'effort fourni à le produire!

lundi 25 juillet 2011

La vérité, advienne que pourra!

Je me suis toujours posé la question: faut-il tout dire ou retenir ce qui peut éventuellement nuire?