dimanche 31 juillet 2011

Kunta Kinti (Dans" Racine" de Alex Haley)

                                                      



"Savoir se liberer n'est rien; l'ardu, c'est savoir être libre"  André Gide (l'immoraliste)


Durant le reste de sa vie d'esclave, Kunta ne délaisse jamais ses rêves de liberté et tente de s'échapper...
                 ...et aprés que ferait-il de sa liberté?

6 commentaires:

  1. " savoir être libre", c' est très profond comme toujours, j' ai un peu de mal avec la liberté totale qui m'embarrasse mais j' adore mettre de la fantaisie dans des cadres rigides!
    La culture noire s' est épanouie dans l' affranchissement , entre la Louisiane et la négritude à la Senghor, leurs racines sont bien vivantes! Bises Bizak!

    RépondreSupprimer
  2. Oui Orfeenix,il faut oser mettre de la fantaisie dans tous ces moules où on s'entête à nous enfermer.Ëtre libre demande de la présence d'esprit et c'est un combat quotidien!Bises la poète!

    RépondreSupprimer
  3. Savoir être libre, je crois savoir...:)
    Totalement je sais pas, non sans doute, mais je m'entends bien avec les personnes qui ont un libre-arbitre fort, c'est déjà ça...( Coucou Orfée ! )

    Bonne journée Bizak !

    RépondreSupprimer
  4. J'admire Orfée, car étant sûre de son libre arbitre, elle sait assumer ses convictions et veiller à éviter les malentendus, en s'approchant de l'autre, même si sa fièrté en reçoit un coup, du fait que cela peut être interpréter par les obnubilés comme une faiblesse!C'est cela la force des convictions et c'est cela:"savoir être libre"!

    RépondreSupprimer
  5. Ne sommes nous pas tous plus ou moins prisonnier de quelqu'un ou quelque chose ? Libre j'aime penser l'être, mais je ne peux faire tout ce que j'aime quand je le veux, et est-ce que j'aimerai pouvoir le faire ?

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que le problème, chère rosée du matin, n'est pas dans les contraintes qu'on a dans la vie, mais de notre conscience d'agir pour le mieux et selon nos convictions. A l'impossible nul n'est tenu!
    Me vient en tête cette citation d'un grand poète turc, Nazim Hikmet, qui a beaucoup fait les geôles turques:"Ce n'est rien d'être vaincu, le tout c'est de ne pas se rendre"!
    Voici un de ses poèmes que j'ai le plaisir de t'offrir:
    ANGINE DE POITRINE
    Si la moitié de mon cœur est ici, docteur,
    L’autre moitié est en Chine,
    Dans l’armée qui descend vers le Fleuve Jaune.

    Et puis tous les matins, docteur,
    Mon cœur est fusillé en Grèce.

    Et puis, quand ici les prisonniers tombent dans le sommeil
    quand le calme revient dans l’infirmerie,
    Mon cœur s’en va, docteur,
    chaque nuit,
    il s’en va dans une vieille
    maison en bois à Tchamlidja
    Et puis voilà dix ans, docteur,
    que je n’ai rien dans les mains à offrir à mon pauvre peuple,
    rien qu’une pomme,
    une pomme rouge : mon cœur.
    Voilà pourquoi, docteur,
    et non à cause de l’artériosclérose, de la nicotine, de la prison,
    j’ai cette angine de poitrine.

    Je regarde la nuit à travers les barreaux
    et malgré tous ces murs qui pèsent sur ma poitrine,
    Mon cœur bats avec l’étoile la plus lointaine.

    RépondreSupprimer