vendredi 19 août 2011

Le trac, quand il nous tient!

                                              

             A une jeune comédienne qui prétendait ne pas avoir jamais de trac quand elle montait sur scène, une grande virtuose dans la comédie française, lui répondit : Attendez, d’avoir une grande renommée et un nom à défendre !

9 commentaires:

  1. Eh, quoi! Tu as déjà le trac?

    RépondreSupprimer
  2. Ben, je crois que le trac ne prouve rien et surtout pas le talent !

    Et si c'est les besogneux, les seconds couteaux qui avaient fait courir ce bruit ?

    En fait, la peur peut prendre tout le monde, mêm sans raison. Les timides en savent quelque chose...Besos Bizak !

    RépondreSupprimer
  3. Absolument d'accord avec toi! Le trac peut prendre tout le monde, ce que confirme la dame de la comédie française, malgré de longues années derrière elle de prestation en public!

    RépondreSupprimer
  4. Le trac, je sais ce que c'est, il arrive à chaque fois qu'il faut que je passe une communication téléphonique privée, car étrangement sur mon lieu de travail pas de soucis. Mais ce trac, n'a rien à voir avec celui que j'avais eu lors de cette expérience pour un gala de danse. Ce dernier était plutôt agréable.

    RépondreSupprimer
  5. D'accord, pour ce dernier plutôt agréable, on peut imaginer que ça pouvait être l'effet euphorisant de quelques mojitos pris avant!
    Pour le premier avec la communication privée,il peut s'agir d'un stress spécifique du à une forte émotion(amour,par exemple), mais je pense, qu'il est tout à fait normal(on l'a à tout âge), même s'l faut quand même le gérer! A moin que...encore les mojitos!

    RépondreSupprimer
  6. Mais bien sur j'aurais du prendre un mojito avant ce gala, j'aurais peut-être pu être en rythme lol
    Mais trop de mojito tue le mojito ;-)
    Je vais donc le remplacé par des bons petits vins d'Alsace pendant une semaine :-)
    A la semaine prochaine muxu

    RépondreSupprimer
  7. Oh, oui! le bon vin comme, le Riesling d'Alsace ou autre millésimé! Bon séjour, La Rosée!

    RépondreSupprimer