mardi 2 août 2011

L'effet inverse

                                                                
 Dans notre  quartier, on avait une salle de cinéma où était inscrit en grosses lettres sur le mur :
 Soyez gentils ne fumez pas ! Il était rare de voir quelqu’un enfreindre cette indication.
Depuis que la salle a été réfectionnée, une nouvelle indication est apparue sur le mur :
Il est strictement interdit de fumer ! Le constat, c'est l'effet inverse!

6 commentaires:

  1. Je me rappelle d'un ami italien qui m'a raconté qu'en Italie, quand il était jeune avec ses copains, ils aimaient braver les endroits interdits dans les plages, et se lançaient même des défis à qui fera plus encore! La nature humaine, on pousse toujours le bouchon loin!

    RépondreSupprimer
  2. Je le constate tous les jours avec mes élèves, plus la règlementation sur l' alcool est rigoureuse et plus ils tombent dans des excès, et en plus ils le font en cachette, sans oser demander de l' aide en cas de gros problème parce qu' ils culpabilisent.

    RépondreSupprimer
  3. Vois-tu Chere Isabelle, c'est comme l'histoire du "non",on a toujours tendance à céder à nos pulsions: dire oui au lieu de non ou parfois même si on peut dire oui, on dit quand même, par défit: Noooon!Et pour les interdits, les jeunes qu'on taxe de "voyoux" ont le malin plaisir de défier la société et de braver les interdits. Il faut lire le roman,"la guerre des boutons" de Louis Pergaud, roman qui devait être porté à l'écran incessamment.
    Je te lis, un petit passage de sa préface:"J'ai voulu restituer un instant de ma vie d'enfant, de notre vie enthousiasme et brutale de vigoureux sauvageons dans ce qu'ele eut de franc et "d'héroique", c'est à dire libérée des hypocrisies de la famille et de l'école."

    RépondreSupprimer
  4. Ils vont faire une nouvelle version de la guerre des boutons ? Je me souviens de celle d4YVES Robert avec Jean Richard et je crois qu'il y avait aussi Michel Galabru.
    Lorsque j'ai préparé mon CAP petite enfance, lors d'un stage dans une crèche, nous avons fait l'expérience, d'encourager les enfants qui faisaient une bêtise, ils nous regardés étonnés, et déçus de notre réaction, ils ont arrêté.

    RépondreSupprimer
  5. S'il s'agissait de dire aux enfants de répéter leur bétise, alors là, c'est l'effet inverse qui se réaliserait, de peur d'être ridiculisé! les enfants souvent le font sans calcul quand il s'agit de bétises et par calcul quand ils veulent braver un interdit!
    Je ne savais pas qu'il éxistait une version de la guerre des boutons portée au cinéma. Merci, La Rosée pour cette information.

    RépondreSupprimer