vendredi 9 septembre 2011

Qui se souvient d'Isabelle Eberhardt?

                                                        
                                                        

"Elle était ce qui m'attire le plus au monde: une réfractaire. Trouver quelqu'un qui est vraiment soi, qui est hors de tout préjugé, de toute inféodation, de tout cliché et qui passe à tavers la vie, aussi libérée de tout que l'oiseau dans l'espace, quel régal!
Je l'aimais pour ce qu'elle était et pour ce qu'elle n'était pas. J'aimais ce prodigieux tempérament d'artiste, et aussi tout ce qui en elle faisait tressauter les notaires, les caporaux, les mondarins de tout poils." Le général Lyautey

BIOGRAPHIE:
Isabelle Eberhardt est née à Genève 1877. Sa naissance a donné lieu à de multiples spéculations de la part de ses biograhes. Certains ayant même soutenu la thèse de la paternité d'Arthur Rimbaud auquel elle est souvent comparée!
Amoureuse de l'étude, Isabelle remplit des cahiers de notes d'histoire, de géographie et de littérature. Elle lit beaucoup.
Enfance marginale et libertaire. Très tôt Isabelle a vécu hors de toute contrainte sociale.
A 20 ans, isabelle quitte Genève pour Annaba (Algérie). elle découvre un pays, une culture, une religion, l'islam, qui vont l'imprégner totalement.
Pendant une grande partie de son existence, elle mène une vie de nomade en Afrique du Nord, revêtue de son identité préférée ( elle en prendra plusieurs), celle du maghrébin Mahmoud Saadi. Elle se convertit à l'islam. Se faisant passer pour un homme, elle peut entrer dans tous les lieux où les femmes ne sont pas admises, ce qui facilite aussi son travail de journaliste. D'un autre côté, sa vie fort peu conventionnele éveille rapidement la suspicion de certains colons français qui se mettent à la surveiller.
A El Oued, elle rencontre Slimane. L'union de l'européenne et du spahi indigène fait scandale. En 1903 elle croise Lyautey, un moment apôtre de la colonisation" différente"
A son actif, elle a un grand nombre de nouvelles, un roman inachevée, des articles, des récits de voyage et sa correspondance qu'elle considérait comme une partie de son oeuvre. Le désert la fascine et elle adopte une vie errante. elle devient un étonnant témoin de la réalité algérienne. Son oeuvre d'écrivain comporte de nombreux articles, nouvelles, récits, romans, centrés sur l'islam. dans son approche du maghreb, elle rompt complètement avec l'orientalisme et le pittoresque des écrits d'alors.
Le 25 octbre 1904, elle trouve la mort dans l'inondation d'Ain-Sefra (à 500km à l'ouest d'alger). Elle a 27 ans.
Sous tous ses aspects, la quête imprègne toute la vie et l'oeuvre d'Isabelle Eberhardt.

           "Tout le grand charme poignant de la vie vient peut être de la certitude absolue de la mort. Si les   choses devaient durer, elles nous sembleraient indignes d'attachement."
                                                                                  Isabelle Eberhardt

14 commentaires:

  1. Une grande d'âme, j' aurais aimé la connaître! merci pour cette découverte..

    RépondreSupprimer
  2. Oui Isabelle (tiens, tu portes le même prénom!), il y'avait tellement de femmes fantastiques dont il faut parler,car sinon c'est les tuer plusieurs fois! Oser à l'époque se déterminer, vivre sa vie comme elle l'entendait, c'était effectivement une grande dame et une grande d'âme avec un esprit tellement ouvert.Elle repose dans un cimetière à Ain Sefra.J'aurais aimé la connaître aussi!Dommage, morte aussi jeune.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas non plus. Nous devrions parler plus souvent de ces femmes dont nous devrions prendre exemple parfois.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, La Rosée, Il est bon de déterrer parfois des tréfonds de l'histoire les actes de bravoure dont beaucoup de femmes héroines légendaires ont été à l'origine et leur rôles déterminants dans beaucoup de victoires!

    RépondreSupprimer
  5. Jeune femme bien attachante mais quel fin brusque et tragique!

    RépondreSupprimer
  6. Morte à l'âge de 27ans! C'est à se poser des questions si ce n'est pas un âge fatidique pour la disparition de ces êtres(ces mythes!) qui ont marqué leur vie si jeune! Je dirais une litanie macabre: Jim Morrsson, Jimi Hendryx la chanteuse, Amy Winhouse( tous décédés à~27ans). Oui, quel destin tragique!

    RépondreSupprimer
  7. @Bizak
    Si je peux me permettre et si vous en avez l'occasion, lisez "Un désir d'Orient" et "Nomade, j'étais" d'Edmonde Charles-Roux. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  8. Merci,frederiquelkamil, pour vos recommandations à ces lectures sur Isabelle Eberhard, surtout ouvrages biographiques écrits par une grande dame de lettres qu'est Edmonde Charles Roux.

    RépondreSupprimer
  9. Je m'en souviens bien. Et de cette époque de ma vie où la vie de femmes exceptionnelles m'attirait. Comme Alexandra David Neel au Tibet.
    J'ai été plus attirée par l'Asie que par l'Afrique et je suis allée plutôt vers ces contrées là.
    Merci de parler d'Isabelle, ainsi elle vit encore un peu.

    RépondreSupprimer
  10. Merci à toi Aurélie de ton appréciation! Ainsi oui, elle vit encore! J'ai eu l'occasion, lors de mon service militaire, de visiter sa tombe dans un petit carré du cimetière à Ain Sefra à quelques 300 bornes au sud d'Oran (Algerie) et crois-moi, on ressent quelque chose dans son coeur, avec ce petit corps frêle enterré dans cette immensité du sud. En octobre 2010 un hommage lui a été rendu par la ville de Ain sefra pour le 106ème anniversaire de sa mort.

    RépondreSupprimer
  11. le liberté se conquiert, c'est un constat qui devrait être acte de foi; salut ô Bizak !
    ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Oui, Laure K.: Pour Isabelle Eberhardt, c'était assurément un acte de foi, même s'il fallait ajouter son abnégation et son courage, car ce n'était pas franchement un environnement où la femme pouvait lever la tête!
    Bise Laure!

    RépondreSupprimer
  13. Les envoutés du désert...je me souviens être restée tout une soirée dans la beauté de Lawrence d' Arabie impossible de quitter les images, le désert... les emmener avec moi dans mon rêve ...

    RépondreSupprimer
  14. @Laurence:Le désert envoute quiconque s'y aventure! On écoute un silence cosmique! J'ai eu la chance de passer 15 mois pendant mon service militaire dans le désert du sahara à 1050km plus au sud de la ville de Ain Sefra où avait vécu et été enterrée Isabelle Eberhardt. Je ressentais un apaisement, un sentiment de joie à partir du début du coucher du soleil, aprés une journée trés chaude et c'était là, dans ce moment de plénitude où l'envie d'écrire, de rêver, de peindre, vous prenait avec une telle euphorie et une béatitude. Il fallait vivre cela!
    Merci de ta visite Laurence!

    RépondreSupprimer