mercredi 6 juin 2012

Le bonheur de l'inattendu!

Nous étions deux amoureux! Une nuit entre autres, nous restâmes au bal, tous les deux masqués, jusqu'à huit heures du matin, et cette nuit m'a laissé un souvenir de bonheur qui est aussi vif aujourd'hui que si un long temps ne s'était pas écoulé depuis cette époque. Le sentiment d'être seuls au milieu d'une foule immense, inconnus à tout le monde, à l'abri de tous les curieux, environnés de gens auquels nous avions intérêt de nous cacher, et séparés d'eux par une barrière si faible, et pourtant invincible, cette manière d'éxister uniquement l'un pour l'autre, à travers les flots de la multitude, nous semblait une union plus étroite, et remplissait nos coeurs de plaisir et d'amour.
Nous fûmes tous deux tellement charmés de ce  que nous avions éprouvé que nous voulûmes en jouir une seconde fois. Nous retournâmes au même bal la semaine suivante. Mais notre attente fut déçue, probablement parce qu'elle avait été trop vive. L'espèce d'inquiétude qui avait ajouté au charme de notre réunion mystérieuse s'était usée. La foule nous devint importune parce que nous ne la craignions plus; et cette expérience nous apprit:
Qu'il ne fallait pas transformer en arrangements prémédités les plaisirs inattendus."

(Extrait de Céline de benjamin Constant)

Qu'il est beau , le bonheur inattendu!

12 commentaires:

  1. Jolie pensée, et en même temps parfois l' attente sublime car ce que l' on retrouve est encore au delà de ce qui peut s' espérer... J' irais bien au bal masqué, moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mon dernier bal masqué déguisée en sirène...un moment hors le temps....comme une bulle de rêve , éclate au nez du quotidien....
      parfois chaque jour est comme un bal masqué...
      galadrihm

      Supprimer
  2. Attends moi, on ne sait jamais! Mais au fait, comment te reconnaîtrais-je? Surtout ne te fait pas accompagner par quelqu'un déguisé et portant un tricorne, je le reconnaîtrais, assurement!
    Mille bises masquées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je te reconnaîtrai aux premières paroles, il n' y en aura pas deux pour parler avec autant de sagesse et de fantaisie à la fois!

      Supprimer
    2. Mon père m'a dit un jour: sois sage, mon fils, mais pas trop!

      Supprimer
  3. C'est bien ça : Le bonheur inattendu, vient quand on ne s'y attend pas...^^

    (Ça change de "prévoir c'est gouverner" des vieux schnoks)

    (Je serais déguisé mais en belle sultane...D'ailleurs c'est avec moi que tu dansais l'autre jour...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ciel c'était donc toi la belle sultane maquillée et déguisée!!! Franchement, c'était inattendu!

      Supprimer
  4. Le bonheur inattendu: le plus fugitif et le meilleur aussi! Bel extrait de Constant - Merci de me le rappeler!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement vrai que le bonheur est généralement inattendu, qu'il survient souvent à la première rencontre en raison justement de l'inattendu! Le reste du temps il faut le meubler par des choses inattendues. Rien n'est pire que la routine!

      Supprimer
    2. Mon bonheur suprème c'est la lecture, car elle reserve souvent l'inattedu!

      Supprimer
  5. T'es tombé en amour pour Benjamin Constant !
    Je vais m'empresser de le lire. Oui le bonheur est inattendu et il m'épate encore !

    RépondreSupprimer
  6. Ben'j'aime Constant, il me fait rappeler dans son roman "Adolphe", le rouge et le noir de Standhal ou "La Princesse de Clèves" Madame Lafayette", deux romans absolument merveilleux.

    RépondreSupprimer