mercredi 28 novembre 2012

Où est ma muse?



Je ne partage pas ce que je fais!
Pourtant je me suis dit de m'appliquer!
Et je ne cesse de m'appliquer,
A qui la faute?
A moi, bien évidemment, me répondrai-je!
Alors j'ai décidé de me le dire à moi,
C'est à dire à l'autre moi, mon ego!
Réveilles-toi ou plutôt réveille-moi!
Apprends ma leçon, réfléchis,
Ne me débine pas, sois moi!
Je me prends alors tout seul,
Je me mets à réfléchir,
Et je découvre la faille!
Elle se trouvait en moi,
J'avais oublié qu'en moi, je l'avais perdue Elle,
        Ma Muse...!

18 commentaires:

  1. Une vraie muse ne se perd pas , or toi tu es véritablement inspiré, écoute bien, je suis sûre qu elle te parle sans que tu l' entendes! Un de mes poèmes préférés quand j' étais jeune s' appelait nuit de décembre de Musset et faisait suite la nuit de mai où il discute avec sa muse, eh bien la solitude lui réussissait encore mieux!

    RépondreSupprimer
  2. Tu te demandais où était ta Muse, eh !Bien, je crois qu'elle est venue à ta rencontre.
    Bel envoi poétique.

    Roger

    RépondreSupprimer
  3. ...Je l'entends bien, c'est vrai parfois et surtout quand tu apparais, j'en suis certain!
    Muse toi-bien, Isabelle!

    RépondreSupprimer
  4. Quelque fois elle me tourne autour mais je ne la vois pas toujours!Merci pour la belle envolée, Rojer!

    RépondreSupprimer
  5. Une muse, j'ai l'impression de ne jamais en avoir eu et pourtant...pas beaucoup de textes que j'ai écrit m'ont été soufflé à l'oreille, nourris de je ne sais quoi ou qui :)

    Orfeenix a tout d'une muse, oui...Oh ouiii ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je ne m'abuse, je dirais qu'Orfeenix comme tu le suggères, est notre Muse sans le savoir!Plutôt si, on le sait! Donc ne dis pas que t'as écris des textes sans... et pourtant si!...

      Supprimer
    2. Et vous êtes mes musiciens des mots, je préfère à " museaux"!

      Supprimer
  6. tu es tout à la fois Bizak, le poète, la muse, le poème,
    une bien belle histoire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte, si je suis tout à la fois, le poète, la muse, le poème! Qui est alors le souffleur?
      Bonsoir Brigitte!

      Supprimer
  7. ah oui j'ai oublié le principal, le souffle divin...

    RépondreSupprimer
  8. Je crois que ta muse est toujours avec toi.
    Et tiens je me demande si j'ai aussi une muse ou comment on appelle une muse au masculin ?

    RépondreSupprimer
  9. En réfléchissant, je me dis, finalement, qu'on est quelque part tous, la Muse de quelqu'un en relation à un sujet bien déterminé qui est maîtrisé par la Muse!On doit avoir certainement plusieurs muses spécialisées chacune dans une matière!
    Pour le masculin ( ce qui me m'étonne beaucoup!?)je dirais:un "museau"!!!?? Comme un museau renifleur!!( je ne vois pas ce qu'il peut faire d'autre que... renifler... ce museau! Bonsoir Aurélie. Un sujet m'attend plus loin....(Pour répondre à une Muse qui m'a donné un sujet délicat...)

    RépondreSupprimer
  10. Quelle que soit ta muse et d'où qu'elle vienne, je l'aime: elle est belle, inspirée, profonde et simple à la fois, tout ce que j'apprécie!

    RépondreSupprimer
  11. @Mango:C'est trop d'honneur que tu me fais, euh!... pour ma Muse! Agréable journée à toi,Mango.

    RépondreSupprimer