mercredi 21 novembre 2012

Tahar Djaout...,ce poète qui...

En lisant un poème paru dans le blog de Brigitte Maillard "Monde en Poésie"et dont le titre est :
"La voix des poèmes, Corps de mots de Christian Olivier", cela m'a ravivé le souvenir d'un grand poète algerien, Tahar Djaout, assassiné par la horde terroriste, islamiste intégriste, un certain mai 1993. 
Voici un des ses merveilleux poèmes que je n'ai pu m'empêcher de publier ici:
      
"Soleil bafoué
(...)
Faut-il avec nos dernières larmes bues
oublier les rêves échafaudés un à un
sur les relais de nos errances 
oublier toutes les terres du soleil
où personne n'aurait honte de nommer sa mère
et des chanter sa foi profonde
oublier oh oublier
oublier jusqu'au sourire abyssal de Sénac 
Ici où git le corpoème
foudroyé dans sa marche
vers la vague purificatrice
fermente l'invincible semence 
des appels à l'aurore
grandit dans  sa démesure
Sénac tonsure anachronique de prêtre solaire
Le temple
édifié dans  la commune passion
du poète
du paria
et de l'homme anuité
réclamant un soleil"