dimanche 20 janvier 2013

Je te trouve éblouissante!



Un extrait de son roman autobiographique, Pauline Julien* la québécoise:" Il fut un temps où l'on se voyait beaucoup":

"Je lève la tête et demande à ma mère: "Moi, est-ce que je suis belle?" Une seconde de silence. "Toi, répond-elle, tu as de très beaux yeux." Sur le coup ça m'a rassurée et j'ai coincé cette réponse dans une petite case de ma mémoire afin de me la répéter la plupart du temps avec plaisir. L'âge aidant, j'ai compris l'ambiguïté et le piège qu'elle cachait. Oui, les yeux, mais encore...Chère maman! Elle ne s'est pas doutée du venin insidieux qu'elle a glissé dans mon inconscient. Je ne me suis jamais trouvée belle. Souvent les photos disent le contraire, je ne les crois pas."

*Pauline Julien: je l'ai découverte au hasard sur le blog de La Rouge, qui a eu l'amabilité de me faire écouter la chanson de Boris Vian, "La java des bombes atomiques", qu'elle avait interprétée avec l'intonation de sa voix magnifique!

En cherchant sur google, quelques informations sur elle, je suis tombé sur cette photo montrant un visage tellement éblouissant, que j'en suis resté ébahi! Elle est tellement belle!
Pauline était actrice, compositrice, chanteuse, auteure québécoise et aussi engagée auprès des causes justes!

  Et c'est plus loin que j'ai lu cet extrait de son roman: "Il fut un temps où l'on se voyait beaucoup!"(peut être en référence à ses yeux!!)


Pauline Julien, aujourd'hui, décédée, je rends hommage à cette admirable femme, à toutes ces femmes qui sans elles, le monde ne vaut pas la peine d'être vécu! 


25 commentaires:

  1. Ah! Bizak, je suis touchée. C'était une femme admirable en tout point. xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci la rouge, mais c'est un bonheur et un honneur de rendre hommage à ces femmes merveilleuses! Elle pourrait être ma soeur, ma mère, Pauline!Elle est peut être décédée, mais elle laisse un bel exemple de détermination et de courage!

      Supprimer
  2. Décidément les Québécoises sont de grandes dames, merci pour cet hommage à sa beauté, en effet, les photos auraient dû la rassurer,ce n' est pas toujours facile de s' aimer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étrange c,était comme si Bizak m'avait répondu puis l'image à changé pour celle d'Orfeenix ou c'est simplement que j'ai des hallucinations. ;) Il n'est pas facile de s'aimer, parfois l'amour prend des drôles de plis.

      Supprimer
    2. C' est vrai que Bizak me semble un double fraternel, je t' apprécie beaucoup La Rouge, bien sincèrement.

      Supprimer
    3. Idem et en toute sincérité. Humaine et touchante puis remplie de talent. C'est un beau mélange volcanique je trouve.

      Supprimer
    4. Oui Isabelle, le Quebec a enfanté des hommes et des femmes admirables! Je suis touché encore plus quand il s'agit femmes qu'on dit sexe faible! Purée! mais qu'est ce qu'elles sont dignes de notre amitié et de notre sympathie ces québécoises!

      Supprimer
  3. J'ai découvert cette Pauline sur le blog de La Rouge, "Le Rendez-vous",et elle m'a paru très vivante, une vraie comédienne :)Bel hommage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jack! Toi et moi, nous n'avons cessé de porter au firmament la gent féminine! Elles le valent bien!
      Pour Pauline, elle m'a franchement subjugué par sa formidable force de la nature! elle était chanteuse, compositrice et a porté haut et fort le message de ces hommes tels que Boris Vian, Léo Ferré!Une dame de fer au coeur d'or!

      Supprimer
  4. Réponses
    1. ...de te faire découvrir Pauline Julien?

      Supprimer
  5. Décidément, La Rouge nous fait découvrir des trésors de féminité, qui prennent de nouvelles vies dans nos esprits.
    Premier passage ici Bizak, mais certainement pas le dernier. Merci pour la visite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous aussi, Sadaya et soyez la bienvenue!
      Oui, La Rouge,est un véritable sanctuaire rempli de trésors insoupçonnables!

      Supprimer
    2. Il n'y a pas de trésor sans chercheur de trésor. Celui qui regarde, trouve.

      Ah! Bien contente de Miss Sadaya soit des nôtres.

      Supprimer
    3. Et tu sais regarder crois-moi!

      Supprimer
  6. Elle était sublissime de beauté, de grâce et de talent.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, c'était une femme digne, sublime, malheureusement avec une fin de vie très douloureuse!
    Merci de votre passage Jeanmi.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connais ni La Rouge ni Pauline. A vous lire tous, je vois que ce sont deux lacunes qu'il faut que je comble.
    Je trouve cette femme radieuse sur les deux photos.

    RépondreSupprimer
  9. Quel bonheur de te lire Aurélie! oui c'est vrai que d'eau a coulé sous le pont depuis que tu t'es éclipsée! Vivement que ton blog retrouve sa luminosité d'antan.

    RépondreSupprimer
  10. MakesmewonderHum!29 janvier 2013 à 12:33

    Pauline Julien? Quel phénomène celle-là. L'astéroïde tout en culture qui nous a frappé de plein fouet. D'autres diront qu'elle n'était pas un long fleuve tranquille mais plutôt la rivière, la plus sauvage aux méandres en virages serrés et cascades fougueuses à vous couper le souffle. La voix de ses eaux folles résonneront à jamais dans tout le pays. Avec Monique Leyrac, sa presque jumelle de passion, elles auront porté et chanté les mots qui soulèvent et apaisent, aussi, leur peuple.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne connaissais pas cette sublime artiste québécoise qu'était Pauline Julien et c'est grâce à La Rouge que j'ai su que cet astéroïde (comme tu le dis!)a plané sur notre planète! Que d'hommes et de femmes méritent d'être connu et découvert.
    Merci MakesmewonderHum! de ton passage! Alger te passe le salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je retournerais bien lui faire le baisemain à cette Alger, sa kasbah, où l'on sent la force tranquille qu'impreignent les civilisations.

      Supprimer
  12. Tu y seras le bienvenu, mon cher MakesmewonderHum! A la Madrague le poisson est toujours frétillant!

    RépondreSupprimer
  13. Ton com me fait très plaisir, Bizak.
    Je dois mener plusieurs batailles en même temps et j'ai du mal à suivre sur mon blog. Et puis il faut l'inspiration pour écrire des textes bien comme je les aime. Mais j'aime trop ce monde que j'ai créé pour l'abandonner totalement.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  14. Cela me fait grandement plaisir quand tu passes Chère Aurélie! Même un coucou de ta part me suffit! Maintenant pour l'inspiration, ça va ça vient, sinon n'abandonnes jamais ce que tu aimes!
    Bise Aurélie!

    RépondreSupprimer