samedi 5 janvier 2013

La bretonne...


Elle!...
La bretonne!
Elle était toujours là
Pour nous!
Qu'il vente ou qu'il neige
Avec son sourire angélique!
Ses petites mains de fée
Nous apprenait à découper!
Ses jolies mains blanches
Nous initiait à dessiner!
Souvent dans mon rêve d'enfant
Elle!...
La bretonne!
Elle apparaissait en robe rouge!
La guerre dehors faisait rage,
Des barricades s'érigeaient,
J'avais alors cinq printemps!
Elle!...
La bretonne!
Avait toujours son sourire
Qui apaisait les esprits
Des enfants que nous étions
Dehors le feu, dedans l'amour!
Quand je pense à elle
Des petites larmes de souvenir
Suintent sur mon coeur
D'enfant, aujourd'hui grand!
Elle!...
La bretonne!
Elle!...
Ma maîtresse* d'école!

*En souvenir de ma maîtresse d'école maternelle, une bretonne qui a quitté l’Algérie pendant les années de braise. 

18 commentaires:

  1. Poème si émouvant, Bizak. Nos institutrices et instituteurs méritent toute notre gratitude. Même si parfois, il s'est trouvé de rares "institueurs" qui ne savaient rien de la patience pédagogique.

    RépondreSupprimer
  2. Oui Mokhtar elles méritent toute notre considération d'autant plus pour les enfants de bas âge,elles jouent pratiquement le rôle d'une mère!
    .

    RépondreSupprimer
  3. Cher Bizak, merci pour elles, mes sœurs si peu considérées parfois, alors que celles que je fréquente n'ont pas oublié leurs élèves parfois vingt ans après! Je suis bien certaine que cette Bretonne aura gardé un excellent souvenir de toi, en tout cas elle a de quoi être fière !

    RépondreSupprimer
  4. Elle me revient souvent dans mes souvenirs, jusqu'à ce jour et à chaque fois j'avais comment un serrement dans le coeur! Surtout son départ était précipité.C'était comme si j'attendais, surtout les premières années de son départ, son retour imminent et qui n'a jamais eu lieu!
    Alors quelque chose, dans le coeur, dans la tête ou peut être même dans l'âme me transforme en orphelin d'un genre un peu atypique!
    Avec ce petit hommage sur mon blog,et partagé avec mes amis(es),la mémoire peut s'estomper....définitivement!
    Merci pour ta douceur Isabelle!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai hésité avant de publier ce petit souvenir, mais je crois que les choses qui paraissent petites, parce qu'on les avait vécues dans l'enfance,sont grandes dans le coeur même à l'âge adulte!
    N'est ce pas beau ça,Jack?: "j'aime ma maîtresse"!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis touchée Bizak. J'ai eu une enseignante magnifique au primaire, qui nous donnait le goût de connaître et d'apprendre avec toute la douceur des gens qui sont sensibles et justes. Je trouve, du moins ici, que les enseignants sont traités vraiment sans respect et sa commence avec les parents. J'ai une copine qui enseignait, elle amenait du pain le matin pour ceux qui n'avaient même pas déjeuné. Elle enseignait dans un quartier défavorisé. Donc le matin c'était les toasts pour se remplir le ventre et puis elle apportait sa guitare quand les enfants avaient besoins de se détendre et ils chantaient. De ne pas faire comme tout les autres et bien, ça lui a valu des remontrances de la part de la direction. C'est un milieu maintenant de fonctionnaires de l'état sous payés et la plus part du temps blasés. Nos écoles ressemblent maintenant à des goulag gris et ils se demandent pourquoi les enfants décrochent. Enfin.

    RépondreSupprimer
  7. Tout d'abord je te remercie La Rouge, d'avoir fait part de tes quelques souvenirs sur ce que tu as vécu toi avec ton enseignante et quelques autres aussi merveilleuses! Comme l'a dit précédemment Mokhtar, il faut vraiment leur rendre hommage pour tout leur sacrifice consentis et souvent au détriment de leur vie! Je ne peux La Rouge ne pas me remémorer ce qu'elles ont vécu ici en Algerie avec les fanatiques islamistes durant la période noire des années 90. Onze malheureuses enseignantes très jeunes un samedi 27-09-97 avaient été assassinées par le GIA(la nébuleuse criminelle)à la sortie de l'école dans un village loin d'une grande ville.
    j'ose le "rêve" comme l'a souligné Hélénablue! Moi j'ose rêver voir un jour ériger une stèle à la mémoire et en hommage à ces merveilleuses héroïnes silencieuses!

    RépondreSupprimer
  8. La guerre est une machine d'horreur. Et tous ceux qui y sont mort au nom d'une idéologie débile méritent que l'on se souvienne.

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est pas un idéologie débile! toutes les idéologies sont débiles.

    RépondreSupprimer
  10. Euh! Oui c'était ma pensée aussi, au singulier. :)

    RépondreSupprimer
  11. Cela me fait rappeler, une ineptie incroyable,un homme était assassiné par les islamistes. Quelqu'un l'ayant appris, avait déclaré tout de go:Et pourtant la victime était un bon pratiquant musulman! Comme si ça pouvait justifié ce crime, si c'était un athée ou un apostat!
    Le conditionnement par des idéologies débiles!

    RépondreSupprimer

  12. C'est un très bel hommage que tu rends à ta maîtresse d'école.Cela m'a fait penser que c'est réciproque, il y a des maîtresses qu'on n'oublie pas, et moi je n'ai oublié aucun de mes élèves...

    RépondreSupprimer
  13. Que le ciel t'entende, Célestine, car l'élève et la maîtresse, forment en réalité un tout.
    Et bien, pas plus loin qu'en 2012, un ensemble de collégiens d'un collège de la ville de Béjaia(Algérie), a pris l'initiative de rendre hommage à une de nos anciennes professeurs françaises, en présence de l'ancien directeur de ce collège. La professeur a fait le déplacement à Béjaia! C'était très émouvant les retrouvailles, après tant d'années passées. C'était aussi merveilleux!!!

    RépondreSupprimer
  14. Tu vois, l'avantage d'avoir une mémoire de poisson rouge, c'est que l'on se régale deux fois des mêmes choses sans aucun problème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourvu que ce ne soit pas celle du piranhas, me faire mordre une deuxième fois!

      Supprimer
    2. Et même une troisième fois, en fait...
      Je vais consulter pour Alzheimer galopant !
      Bisous célestes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. On ne peut pas tout se rappeler et surtout quand il s'agit des choses anodines. Moi je peux me rappeler tout le temps de ma chère maîtresse, parce qu’elle m'avait marqué dans mon enfance et ça, c'est inoubliable.
      S'agissant de la maladie d'Alzheimer, selon beaucoup de recherches, elle touche rarement ceux et celles qui ont leur cortex constamment en éveil, comme la lecture surtout. Et pour toi rien qu'avec ton blog déjà, ton cortex ne doit pas souvent roupiller, quoique le sommeil, c'est bon aussi.
      Bisous cosmiques.

      Supprimer