mercredi 7 août 2013

Ne laissez pas les brutes!


Je ne dors pas, je veille sur les morts!
Faites quelque chose Monsieur le Président.*
Ne laissez pas les brutes envahir la cité
Ces enfants partis sans un au revoir!
Les enfants sont le sourire de l'humanité,
Comment peut on vivre sans sourire?
Les enfants sont le bonheur de toutes les mères,
Comment oublier les mères qui pleurent?
Je vois les bougies allumées,
Le signe de détresse, hélas!
A qui faut-il dire?
La torture d'ne mère, ma mère!
Faites quelque chose Monsieur le Président.
Arrêtez le sang des juvéniles
Il n'est pas encore humus
Pour abreuver la terre
Non et non et mille fois non
Pour qui sonne le glas
Pas pour eux!
Il est si tôt
C'est déjà la nuit;

Il était une fois, une fillette de dix ans à peine, une écolière, était retirée par des fous de Dieu, de sa classe devant ses camarades et sa maîtresse, figées devant le sort!
Son seul tort, ne pas avoir porter la cam-isole sur sa petite frimousse!
Ils ont mis fin à sa vie, ils ont jubilé!
Le jour de la montée au ciel des moines de Tibhirine!
Je pleure ce monde et mon pays.

* Faites quelque chose, Monsieur le Président!: C'était  le cri de détresse lancée par une femme, sur son lit d’hôpital, victime de l'attentat à la bombe dans un bus à Alger en 1995 sur le boulevard Amirouche. Elle  avait lancé ce cri au président algérien qui était était venu s’enquérir de l'état des blessée à l’hôpital.

-Quand à moi, ce qui a mis le feu aux poudres de ma caboche, c'est la grâce accordée aux violeurs des enfants(condamné à 30 ans de prison, il en a juste passé deux!), chez mes voisins de l'Ouest!

14 commentaires:

  1. Tes voisins de l' ouest perdent le nord, merci pour ce joli cri d' une juste souffrance, voilà un vrai sujet de lamentation auquel je m' associe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Isabelle! Il faut occuper le terrain devant ces mercenaires d'un nouveau genre!

      Supprimer
  2. AH! Je m'inquiètes pour vous tous et pour nous tous. Il ne faut pas se taire. Il faut nommer l’innommable afin que la racine de la haine de s'enracine pas. Déterrons les mauvaises herbes en chantant.

    Bizak. On me dit que dans l'outil blogger, il y a un truc pour faire un copié collé dans un blogue autre. Mais je ne l'ai jamais essayé. Tu me reviens si tu ne sais pas. Ma source est Toorsch, le copain de Sadaya. Il pourrait assurément mieux t'aider que moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a trop cédé le terrain! Il est temps de renverser la vapeur.
      Quand je vois la réaction de la société marocaine dans l'affaire du violeur gracié, je me dis que l'espoir est permis.

      Pour le copie/collé, c'est exact, il y'a blogger qui déblogue!

      Supprimer
  3. Merci , cher ami Bizak, pour ce cri de révolte contre tant de criminel fanatisme ! Poème bien expressif!

    RépondreSupprimer
  4. Tant de criminels en liberté, trop de souffrances, de victimes en douleur...
    Quand trouver l'espoir dans les mots ne suffit plus, comment faut-il faire?

    RépondreSupprimer
  5. Cher Bizak "femme liberté victime violence... "
    ton cri appelle au cœur

    RépondreSupprimer
  6. Un jour pourtant un jour viendra couleur d’orange
    Un jour de palme un jour de feuillages au front
    Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront
    Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

    Aragon

    RépondreSupprimer
  7. J'ai vécu dans l'un de plus beaux pays du monde, l'Algérie, pendant 5 ans. Méprisée par les uns , honnie par les autres et pourtant !... Je n'aime pas le mot "tolérance", porteur du sens de laisser aller, je lui préfère le mot "compréhension" qui implique l'effort d'aller vers l'autre pour le comprendre. Si tous les Français faisaient comme moi, nous pourrions comprendre d'ù viennent les problèmes de ce magnifique pays...

    RépondreSupprimer
  8. Salut toi, j'espère que tu vas bien. Je te fais juste un petit bonjour en passant...
    Histoire de voir si tes vacances se passent bien...

    RépondreSupprimer
  9. Comment ne pas te soutenir. Je suis sensible à ta détresse. Je veux la partager humainement.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
  10. Dis, msieur? tu reviens quand?
    Tu manques à la blogo...
    Bises et ondes positives.
    Cel

    RépondreSupprimer
  11. Je me languissais dans le farniente douce et les délices de l’insouciance après moult tracasseries de la vie de tous les jours. Merci chère Ange pleine de délicatesse dont tes mots réaniment les âmes les plus endolories. Bises à toi aussi avec un retour d'ondes positives et merci, merci, merci!...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi bien sûr chère Célestine tous ces mots de ci-dessus!...

      Supprimer