samedi 3 janvier 2015

La planète s'épuise!

Pour cette nouvelle année, je voudrais grâce aux plumes d'Asphodèle, dans le sillage de la conférence mondiale sur l'environnement qui aura lieu en France, apporter ma touche modestement par quelques combinaisons des mots choisis et qui sont les suivants:

Horizon, nature, ciel, échelle, fatigue, grimper, cabane, rideau, créneau, Eden, montagne, étagère, fièvre, transcender, panne, épuiser, œuf, cheval, ascenseur, ravissement, remontant, rythme.





Ce soir, "que la montagne est belle...!" Je suis toujours sous le charme et le ravissement de cette belle chanson de Ferrat. Un vrai remontant en fait pour toute âme sensible dont la nature ne peut se passer de poésie et d'amour. C'est un véritable élixir pour transcender  cet horizon funeste qu'on nous prédestine. La télé, la radio déversent quotidiennement des informations sur les maux et les désastres qui nous attendent à l'échelle de la planète au rythme où vont les choses. L'inflation grimpe, les ressources s'épuisent, le chômage talonne comme un cheval en furie. Ce monde en panne d'idées, épuisé par la fièvre de gain facile à toutes les échelles et dans tous les créneaux et autres vétilles et ceci par ceux qui nous dirigent, finira par baisser le rideau si on n'y prend garde. Ainsi l'Eden qu'on nous promet souvent risque de se transformer en ciel de plomb. Voilà, finalement à quoi ressemblerait le retour de l'ascenseur tant espéré devant une telle frénésie dans le gaspillage et la gabegie.

Il ne s'agit pas d'être défaitiste, loin de là! De tout temps, les anciens dans leur grande sagesse, nous gardaient de trop épuiser nos ressources vitales pour prévenir les jours malheureux. Comme ces dictons que nous ont laissés nos parents et que je garde précieusement en tête : " Ne mettez pas tous les œufs dans le même panier !"; " Cabane où on rit vaut mieux qu'un palais où on pleure!"

19 commentaires:

  1. Quel plaisir de retrouver ta plume incandescente pour ce jeu de mots si exceptionnels.
    C'est un sujet brûlant, et qui concerne tous les individus de cette planète si belle.
    Ne nous trompons pas : ce qui est en danger, ce n'est pas la planète, mais l'espèce humaine. On nous répète pourtant depuis bien longtemps de ne pas scier la branche sur laquelle nous sommes assis.. Mais les hommes sont inconscients.
    Ton texte est extrêmement bien amené, réaliste et optimiste à la fois, et les mots se mettent en place de façon si naturelle qu'on ne les voit pas. Et pourtant ils sont tous là.
    Admiration et respect, mon prince.
    Je suis vraiment heureuse de te voir écrire.
    Kisses célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour ces mots, Célestine, qui me touchent beaucoup. Mais incandescent, voilà que je vais rougir maintenant comme un pavot écarlate!
      Venant de toi, douce fée, tous les mots ne peuvent que plaire et j'en suis heureux.
      Chère Célestine, merci encore!

      Supprimer
  2. Je n'ai vu ton lien que maintenant, j'étais occupée à lire la "production" de ce samedi ! Ton texte clôt superbement la matinée... Je pense que les citoyens deviennent de plus en plus responsables, adoptent des attitudes en faveur de la planète mais tant qu'elle sera gouvernée par l'Argent, elle ira à sa perte...et comme ce n'est pas près de changer ! Bravo pour ta concision, ta justesse ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi aussi, Chère Asphodèle, ton commentaire m'honore et m'encourage! Il faut dire que grâce à tes ateliers d'écriture qui portent le nom sublime de "plumes" on ne peut que s'en féliciter, car ils nous permettent d'enrichir notre écriture par des échanges avec tant de blogueurs et blogueuses accro des belles lettres.
      Bravo à toi! Et bonne et heureuse année.

      Supprimer
  3. Et...je te souhaite à mon tour une très belle année avec des mots et sans maux si possible...

    RépondreSupprimer
  4. De mon temps...beaucoup moins de voitures, pas de sacs en plastique pour emballer poireaux et salades, pas de Kleenex pour moucher nos nez de morveux, ce qui nous aidait à être écolos sans le savoir. Quel bonheur de goûter au "modernisme" et de plonger avec volupté dans la société de consommation ! Sans se douter que nous courions à notre perte. Je suis grand-mère maintenant et je veille au grain quant au comportement de petit Clément ! Mais il faut le dire aussi, et avoir confiance, nos enfants sont conscients de ce qui pourrait arriver si nous continuions à jouer les autruches. Tres texte, bravo,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que le comportement de l'individu est important et même vital dans la préservation et la protection de la nature! mais hélas les grosses industries dans le monde qui ne lésinent sur aucun moyen, n'ont que faire du respect "écologique" et ne sont pas prêtes d'arrêter tant qu'on ne leur fixe pas des normes adéquates chacun dans son pays. Rien de pire que la politique d'autruche.
      Merci de ta visite mariejo64 et bonne journée.

      Supprimer
  5. Bonjour Bizak
    J'aime beaucoup ton texte (forcément en commencant par Ferrat)
    Et j'aime aussi le rappel des proverbes de nos grands-Parents
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant de commencer mon texte, je n'avais pas du tout penser à l'environnement. J'écoutais alors Ferrat avec sa mythique chanson "la montagne" et comme si ça aller de soi, le texte est apparu, naturellement, aussi surement qu'une eau limpide qui coule de source!
      Merci à toi Valentyne et bonne journée.

      Supprimer
  6. Je ne dirai pas défaitiste, mais réaliste ! Ah Ferrat, ça c'était un chanteur

    RépondreSupprimer
  7. Oui, il faudrait être réaliste et pas du tout défaitiste! Ah! Ferrat, l'un des grands de la chanson française. Dommage qu'il nous a quitté.
    Bonne journée Martine

    RépondreSupprimer
  8. On ne peut qu'adhérer et espérer. Joli texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eeguab! adhérer est déjà une bonne prise de conscience; Mais si nous changeons nos comportements dans le sens d'un plus grand respect de la nature et surtout éviter les gaspillages de toutes sortes, cela va certainement apporter un plus.
      Bonne journée Eeguab et merci de ta visite.

      Supprimer
  9. Je remercie presque notre planète bleue de se griser si elle amène tes mots colorés, un baiser arc en ciel pour mon Bizak!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! ma chère Isabelle, comme tes mots me manquent. Il est vrai que moi aussi j'étais dans un autre espace où la concentration pour les plogs était moins manifeste. Moi je te préfère tes mots colorés et la planète bleue.
      Bise Isabelle et très bonne année.

      Supprimer
  10. La société de consommation, le toujours plus, les besoins que l'on se crée sont autant de blessures faites à notre planète... Nous en sommes conscients et, pourtant, nous continuons à consommer, à utiliser sacs et je ne sais quoi d'autre, à déboiser pour construire toujours plus, etc...

    Meilleurs voeux bizak et ravie de ton retour sur la toile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut un vrai bouleversement dans le monde pour qu'il y'ait un bouleversement dans les esprits. L'homme ne réagit que lorsqu'il est au bord du précipice! Mais gardons espoir quand même.
      Meilleurs vœux aussi à toi Moun.

      Supprimer
  11. Bizak, vous avez dit Bizak !
    Hello Bizak et pardon pour ma 1ère phrase !
    Avec ce billet pas gai, on est dans l'actu jusqu'au cou !
    Mais hélas, c'est la vérité.
    Excellent ton billet et pas facile de glisser les mots des Plumes dans la réalité économique !
    Bises de Lyon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Soène pour ton commentaire élogieux à mon égard ! Je trouve que vous formez tellement une très belle équipe, avec comme meneuse de jeux, l’éminente Asphodèle, que c'est un bonheur pour moi que cela vous ait plu.
      Bises

      Supprimer