mercredi 19 août 2015

L'homme tapi dans le rêve !



Tapi dans mon étoile, j'observe les linéaments de ma vie qui ne s'effacent que dans mes rêves. J'attendais le printemps qui me raviverait mes souvenirs libérés, mes images défendues. La vie, ce tout petit pan de l'éternité qui m'a été légué, m'enquiquine parfois de ne pouvoir lister mes desiderata.

Pourquoi perdre des parcelles de mes rêves dans la gesticulation de mes péripéties violentées. Comment Dieu ! m'a t-il fait germé  sans me prescrire un mémorandum pour les jours déployés. Que de temps volé dans les simagrées, dans les tortueuses escapades nocturnes.

Ma vie nette n'est que brindille dans le brut de mes histoires tarabiscotées. J'ai tenu bon dans mes naïvetés abasourdies, j'ai affiné mes billes lancées dans les sillons de ma vie. Je n'ai vu que simulacre, badigeonnage, pour surpasser la nature, pourtant heureuse.La nature maintenant défigurée dans ses entrailles, pleure en silence et maudit le jour de sa naissance. Les idées ont perdu de leur poésie déflorées dans les coques vides de serre. 


L'homme ne vit plus, il mugit ! il ne rêve plus, il attend ! il ne dort plus, il guette!


Dans mes spasmes qui lancinent parfois mes parois cervicales, je reprends tout à zéro, et je redeviens homme nouveau ! Je revois les étoiles silencieuses et brillantes, la lune reprendre sa course dans l'ombrage de la terre. Le cosmos secoue ses oripeaux, la vie reprend ses chants de mélodie et j'aperçois la clarté dans mes rêves inattendus.

6 commentaires:

  1. Quel beau texte, un de tes plus beaux, Bizak.
    Le dernier paragraphe me touche, tu sais pourquoi.
    Tant que les poètes seront là, le monde aura une chance.
    je t'embrasse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. Les poètes sont le porte voix de ceux et celles qui rêvent ! et sans rêve, le monde sera terne et sans vie. Merci Célestine pour tes bellissimes mots .

    RépondreSupprimer
  3. Que faire de bien dans la vie, si nous ne devenons chaque matin, un homme
    nouveau ? Il faut savoir voyager léger, ne pas camper sur ses certitudes, aller vers l'autre, l'inconnu, ouvrir son cœur. Après, la journée peut commencer.
    Je pense que tu es un adepte de cette pensée. Bonne route en toute fraternité
    .

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous devons constamment nous réapproprier notre destin, seul moyen de ne pas revenir en arrière et de subir les affres du remord de ne pas avoir su se régénérer. Merci de ta visite Roger

      Supprimer
  4. Je fais tapis, mais uniquement au poker ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais un certain Bernard qui n'a pas gagné son nom au Poker!

      Supprimer