vendredi 9 octobre 2015

Jacques Brel - Aimer



Jacques Brel est décédé le 09 octobre 1978

Comment je m'en rappelle, eh! bien comme ça! c'était lors de mon premier voyage à Alger que je découvrais pour la première fois en l'année 1971, encore jeunot j'étais.Mais c'était surtout le jour d'une grande crue, en 1978 que j'avais vécue au Sahara dans le désert de la hmadna (reg en français). J'étais alors  un conscrit appelé sous les drapeaux, au point où j'avais imaginé, avec les trombes d'eau qui tombaient en ce jour triste, qu'on allait être submergé et ne pouvoir sauver notre carcasse qu'en nous débrouillant pour bricoler un radeau de la Méduse.  "Ce jour-là, très tôt le matin, s'éteignait  Jacques Brel sur son lit d'hôpital "

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu'à la déchirure

Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l'inaccessible étoile

Telle est ma quête,

Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon coeur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé

Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile 

Paroles trouvées ici : http://www.parolesdeclip.fr/la-quete-jacques-brel.html

16 commentaires:

  1. Ah, souvenirs de Capitaine : Brel, mort en 1978, était une de mes idoles et plus de deux décennie après en 2002, je déjeunais avec Madly Bamy, sa dernière compagnie...^^

    Il y avait aussi Mylène Demongeot mais ça c'est une autre histoire...! ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! oui comment ne pas se rappeler Jacques Brel, ce grand monument de la chanson française dans la lignée de Brassens m^me si chacun avait son répertoire à part. Ils sont éternels, irremplaçables, en tout cas, je n'imagine pas encore, voir ces électrons libres comme on n'en a pas beaucoup vus.
      Madly Bamy oui, c'était sa compagne, j'ai écouté une de ses interview à la télé, en parlant de Brel , de sa vie, de ses derniers moments. Brel est universel, il appartient au monde entier.
      Bien à toi capt'ain

      Supprimer
  2. L'inaccessible étoile...celle que je cherche depuis si longtemps...
    Très belle chanson, Bizak. Pleine de frissons.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. C'est par hasard Célestine en survolant un blog d'une écrivaine française (Sophie) que j'ai découvert récemment et qui vit aux USA. J'ai déjà commenté deux ou trois de ses billets qui sont d'une haute facture littéraire mais surtout qui dégage une chaleur chaleur pleine de poésie, tu vas aimer : http://magisophienne.com/blog/?p=482#_ftnref8
    Là, par hasard, en lisant son billet , "l’inaccessible étoile", j'ai remarqué une vidéo avec justement le titre "aimer de Brel" je l'ai écouté et je suis tombé sous le charme de cette magnifique chanson. J'ai voulu en savoir plus sur les paroles et c'est comme par hasard, la date d'aujourd'hui.
    Blog magnifique avec des mots magnifiques et puis la chanson... quel bonheur aujourd'hui !
    Bise à toi ma muse étoilée.

    RépondreSupprimer
  4. J' ai passé toute ma jeunesse à chanter "Le port d' Amsterdam" et " le plat pays" lors des veillées, ce soir je n' attendais pas cette petite madeleine!

    RépondreSupprimer
  5. Oh! Isabelle tu parles de la madeleine proustienne qui fait ressurgir des souvenirs de jeunesse chargés d'émotion.Heureux que ça te fasse plaisir Isabelle. Bise noctambulesque !

    RépondreSupprimer
  6. Une des plus belles de Brel .... Comme bien des gens je fis partie de la bande 2B2F
    (Brel, Brassens, Ferrat, Ferré !)
    Les 2 premiers je les ai vu en concert. Brel, son dernier, en mai 1967 à Roubaix... Impossible d'oublier... Je ne sais combien de minutes durèrent les applaudissement à la fin. Personne ne voulait partir... Lui ne revint pas saluer... comme à son habitude...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un vrai quatuor qui nous a enchanté par leurs mots aux envolées lyriques, épiques mais souvent des mots tellement profonds et surtout justes.
      La montagne, pour Ferrat, c'est le suprême! Ne me quitte pas pour Brel, divin! Les belles passantes,pour Brassens, le rêve! et "avec le temps" pour Ferré, mélancolique mais sublime.

      Supprimer
  7. c'est vrai, celle-ci est une de ses très belles chansons...
    (ah le cancer... Henning Mankell aussi, nos billets du jour ont ce point commun)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le mois d'octobre qu'ils ont choisi pour leur départ.
      Bonne journée Adrienne

      Supprimer
  8. Bel hommage pour ce grand artiste qui nous glisse des étoiles dans nos vies à chaque chanson !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une belle étoile qui a disparu à jamais, en nous laissant derrière elle comme une volute d'or ses plus belles chansons.
      Merci de ta visite Prudence Petitpas

      Supprimer
  9. Merci de rappeler Brel et les fulgurances rares.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour vos mots et votre passage, Anonyme

      Supprimer
  10. Je m'en souviens aussi! d'autant plus que c'était un bon ami d'un jeune frère de Maman, mon oncle disparu peu de temps avant.

    J'ai fait une jolie promenade sur ce blog. Merci

    RépondreSupprimer
  11. Ravi Marie Madeleine que tu ais du plaisir à te promener sur mon blog. Le tien je ne le vois pas, Marie. Bonne journée

    RépondreSupprimer