dimanche 15 novembre 2015

Paris Pleure !



                                                              En solidarité avec mes amis de France 


Subitement le soleil s'assombrit et claque la porte
Les oiseaux s'envolent déchirés
Le ciel effaré, stupide gémit
Des sirènes bruissent de leurs cris stridents
Silence! on tourne, ce n'est pas du cinéma
C'est le sang de l'innocent qui gicle dans l'arène
C'est la mère vraie qui pleure vraie
C'est la mort vraie qui sort ses griffes
C'est l'enfant qui pleure
Paris visé, Paris brimé
Mieux vaut toucher  le cœur de l'art et de la musique
Palmyre est déjà loin, les chacals s'y étaient repus
Palmyre,l'oasis martyre à Damas n'a plus rien à donner
Alors Paris ! La belle affaire, la belle bête !
L'astre des lumières, l'astre des civilisations
Il faut taper fort, c'est le cœur de l'humanité
Tout est là ! C'est  le cœur qu'il faut viser
Paris, ce n'est pas les parisiens, Paris c'est le monde
Alors il faut tuer le monde
Ils veulent tuer le rêve, il faut donc tuer Paris
Moi qui rêvais de battre les pavés de Paris, je suis triste
Mais nul ne me dira que le soleil ne se lèverait pas
Entendez-vous ces voix qui  clament et qui disent :
Paris ne brûlera pas, car Paris est éternel !

10 commentaires:

  1. Merci pour ce beau texte, Bizak.
    Paris est un symbole, c'est certain. Paris doit se poser des questions.
    Mais pour l'instant, Paris pleure ses morts.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Paris pleure, mais elle se redressera. Les cœurs sont blessés mais l'âme est indemne. Elle transcendera ses souffrances, le crime ne paye pas.
      Merci Célestine pour tes mots ici et sur ton blog où ton coeur a relui de bonté et de courage.

      Supprimer
  2. Tu fais très bien passer l'émotion que nous ressentons, ces mots qui s'égrènent comme un long chapelet de douleurs mais heureusement reste le réconfort de la résistance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots nous aident à atténuer les douleurs en les extériorisant et nous permettent aussi de garder notre lucidité face à l'innommable.Que d'innocents envolés qui n'ont rien demandé qu'à vivre.
      Bonne journée daddyrogers.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. La liberté, c'est la plus sacrée des choses, elle est non négociable.

      Supprimer
  4. Merci pour tes mots, Bizak. J'ai un peu de mal avec les miens depuis vendredi. Je pense à tous ces innocents dont la vie s'est arrêtée si brusquement et les mots me paraissent dérisoires. Et pourtant, en te lisant, en lisant Célestine, en lisant d'autres blogs, je me dis que non, les mots ne sont pas dérisoires, ils sont importants au contraire et il ne faut pas se laisser gagner par le désespoir. Au contraire, il faut se redresser et continuer à y croire, croire en l'humain toujours et toujours, malgré tout...
    Bonne soirée à toi, Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Françoise les mots expriment un ressenti, de la douleur qu'on extériorise, de la colère parfois, mais ils transmettent un message à l'autre, bien souvent pour prendre conscience.Comme de "l'assertivité ", c'est à dire, cette capacité à s’exprimer et à défendre ses droits sans empiéter sur ceux des autres. En tous cas les mots soulagent , disons qu'on se libère par la parole. Mais il arrive aussi qu'on soit tellement choqué, qu'on ne puisse même pas prononcer un mot. Et Célestine ma foi, c'est un vrai torrent qui ne mâche pas ses mots, mais qui nous a ouvert sa tribune tellement riche et accueillante et pas houleuse.
      Ravi que mon poème t'ait touché, merci Françoise. Bonne soirée à toi aussi.

      Supprimer
  5. Bonjour,
    Peut etre qu'il faudrait leur opposer la vie et de l'amour, beaucoup d'amour.Cheers.
    https://www.youtube.com/watch?v=KTms12ZKGaA


    https://www.youtube.com/watch?v=KTms12ZKGaA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Latifa, notre révolte est amour, est vie. Elle doit transcender la peur, la haine et ne prendre que le chemin de l'amitié, de la fraternité, de l'amour.
      Et merci pour cette belle chanson d'amour de Marc Lavoine et de Souad Massi, un délice.

      Supprimer