samedi 5 décembre 2015

J'ai vu ta lumière




Parfois il me prend soudain
L'envie de crier : Je t'aime !
L'envie de dire : Moi, non plus !
De prendre mes passions par la main
De m'envoler comme un oiseau
Un oiseau aux allures magiques
Comme l'aigle des montagnes
L'arbre qui m'a enfanté un jour
Gémit de me voir m'en aller
Il crépite comme un feu ardent
Qui couve dans son âtre béant
Faut-il toujours aller chercher
Le Graal et les fleurs évaporées ?
La lune, le soleil, les astres
Ont longtemps réglé leurs accords
Leur rythme est d'horloge cosmique
J'ai demandé au ciel, l'heure :
L'heure de voir sourire l'ange
L'heure de voir la lune apparaître
L'heure de voir la pluie blanche
Surgir du néant atmosphérique
Comme des perles qui tombent
Sur ma demeure assoiffée et ouverte
J'ai vu une nuit la lune bleue
De ses yeux craquants de lumière
Elle sourit comme une étoile écarlate
Ma main tremblante, en branle-bas 
Et par mégarde, laisse tomber ma bougie
La lune apparaît alors, surprise :
Que fais-tu mon ami dans le noir ?
Pourquoi éteins-tu ta bougie ?
Te suis-je à ce point indigne ?
Je réponds tout trépignant et fébrile :
J'ai vu ta lumière se diriger vers moi.


16 commentaires:

  1. Lune bleue, pluie blanche, étoile écarlate...
    Ton ange luit comme un drapeau
    celui qui a souffert l'autre fois
    quand le feu et le sang
    l'ont éclaboussé
    Point besoin de bougie
    quand on a la lune et les astres qui luisent
    le soleil généreux et crépitant
    comme le regard de l'ange
    Crier je t'aime
    au milieu de la nuit, quoi de plus beau ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j’aime quand tu commentes avec poésie mes billets où tes mots égayent avec un tel émerveillement et ajoutent de la lumière à la lumière en formant une aura étincelante et éclatante de beauté. Quel plaisir que de te lire et de voir dans tes passages que beauté et amitié.
      Merci la Céleste pour tes encouragements.
      Bise lumineuse

      Supprimer
  2. Où vont nos "je t'aime" criés dans la nuit ? ...
    Dans quels coeurs apporteront-ils la lumière de bienfaisance ?
    Longtemps ils résonneront comme les échos de nos vies envoyées.

    La nuit les cris d'amour se mêlent aux cris des désespoirs,
    À l'unisson la plainte des nations et de la vie en abondance témoignent de nos avancées chaotiques mais irrépressibles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils vont vers celles et ceux qui n'aspirent qu'à l'amour, ils vont vers celles et ceux qui au détour d'une rue, perdent espoir et dont j'aimerais que ces " je t'aime" leur parviennent et les enveloppent. L'amour triomphe de tout, de la nuit, de la haine. Tes mots Alain X ce matin ont cette beauté avec ceux de Célestine, qui donnent de la lumière pour dire que l'espoir est permis et que l'amour est notre essence. Merci ami

      Supprimer
  3. Bizak, c'est toi l'être de lumière. Tu sèmes de l'amour partout où tu passes, la récolte sera belle. J'aime ta poésie. Merci à toi de nous l'offrir.
    Je te souhaite une bonne soirée. Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise, tu es aussi un être de lumière. Tous tes mots, là où tu passes et que je rencontre, sont baignés d'amour, de tendresse et d'amitié. Cela me me réjouit de voir que l'amour peut être semé partout ou le bon coeur passe. Je te souhaite aussi une bonne soirée Françoise.

      Supprimer

  4. quand je lis ton poème tout parait si simple, naturel.
    un mot me vient symbiose.

    bises lunaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci El Linda pour cette lecture joyeuse, tu lis avec tes yeux de poétesse, bien naturellement.
      Bises amicales

      Supprimer
  5. c'est magnifique de voir la lumière se diriger vers soi
    surtout en ces temps de ténèbres
    Ne jamais la perdre de vue...
    merci Bizac pour tes mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense Coumarine que dans les moments difficiles, d'obscurantisme, la lumière doit être présente et de ne jamais céder à la prostration comme certainement le veulent les ténébreux. Par tes mots, tu indiques la voie la plus lucide. Merci Coumarine.

      Supprimer
  6. C'est beau et simple. Voir s'avancer une lumière...la vraie, et renoncer à la lumière provisoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout celle qui émane du coeur et non celle des apparats qui brillent sans portée réelle. Merci Edmée pour tes mots.

      Supprimer
  7. Il est toujours l'heure de s'aimer et de s'émerveiller, moi j' ai levé les yeux vers le ciel et je n'ai pas eu le temps de demander l'heure, il a plu tes poèmes lumineux et c'était bonne heure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! ma chère Isabelle comme tes mots manquent quand la lumière t'appelle et que tu lèves les yeux vers le ciel. Mais tu es là pour le bonheur et merci pour ta gentillesse.
      Bisou Isabelle.

      Supprimer
  8. Ce poème est magnifique. Joyeuses fêtes Bizak avec tous ceux que tu aimes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mylène! joyeuse fête aussi à toi ainsi que ceux tu aimes. Tes mots sont toujours les bienvenus chez moi.

      Supprimer