samedi 21 novembre 2015

Le jardin ne peut que fleurir !






Ou vois-tu que l'ange  a des traits colorés
On ne peut les voir  qu'avec son coeur
Qu'ai-je à faire  de la forme des fleurs
Si ce n'est leurs senteurs qui me nourrissent
L'oiseau est né libre par ses ailes déployées
L'homme est né libre par son esprit ailé
Le diamant ne luit que quand il est taillé
j'ai remis ma peau au sculpteur de croquis
Mon coeur lui, était déjà ciselé et éthéré
Il a déjà écrit, gravé dans sa mémoire
Le battement des ailes des elfes des lacs
Ô candeur de l'amour même ton ombre affiné luit
Malgré les espaces sombres et zébrés de la nuit
Et même si les ténèbres espèrent glacer nos vies
Les colombes ne cessent leurs couplets gracieux
Il faut aimer, la tendresse doit sortir de l'églantier
Le corps subit l'attentat, l'amour est inexpugnable
Le chant rejaillit alors, telle l'âme d'un sphinx
Ô femmes, anges, fées aux yeux éblouissants
Vous couvez sous vos ailes  l'amour éternel
Et nous grandissons dans vos pétales écarlates
Parmi les roses, les tulipes et les magnolias
Ah ! le beau jardin d'Aphrodite,
Qu'il s'épanouisse et fleurisse à jamais.