jeudi 24 mars 2016

Ces victimes collatérales!



                                       Il est grand temps de rallumer les étoiles.
                                                  Guillaume Apollinaire

  Il n'y a pas de victimes collatérales et de victimes indirectes dans les attentats terroristes, il y'a des victimes, tout court:

  Victime quand je marche dans la rue et qu'une propice déflagration pouvait m'emporter.
  Victime de ne pas avoir dit: Adieu à mes amis que j'ai perdus.
  Victime de ne pas avoir pu recevoir, un ami assassiné par les terroristes, le jour même où on devait fêter nos retrouvailles.
  Victime de n'avoir pu recevoir mes amis qui voulaient visiter mon pays.
  Victime de prendre l'avion, le train, le métro, et sentir un marasme, une appréhension me gagner.
  Victime de voir que le monde périclite et endoctrine nos enfants pour des guerres sans noms.
  Victime de  l'insupportable: Voir mourir des enfants, des femmes, des hommes, qui ne  demandaient qu'à vivre libre.
  Victime des restrictions de mes  libertés, par le renforcement de la sécurité exigée.
  Victime de l'indifférence de ceux qui ne voient en d'autres peuples, qu'un ramassis d'ignares, de sous-développés, de sans culture, de sans avenir...
  Alors, j'ai décidé:
  De n'appartenir à aucun clan
  Aune religion, aucune secte
  Aucune communauté, aucun signe
  Je veux juste humer l'air,
  Voir le soleil se lever pour tous
  Ecouter le silence des forêts
  Sans oublier celui du désert
  Voir l'immensité des océans
  Voir les nuages qui passent
  Voir la pluie qui tombe
  Marcher libre dans la rue
  Sans crainte et sans répit
  Voir sourire les gens
  Prendre le métro
  Prendre l'avion
  Prendre le train
  Et aller, aller... sur la route de mes espoirs.



22 commentaires:

  1. Merci Bizak.
    Un très beau message d'espoir
    et d'ouverture d'esprit.
    Ne pas céder à la peur.
    Continuer le chemin.
    Sourire.
    Aimer.
    Vivre.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci aussi à toi, Célestine pour tes messages d'amour et de solidarité sur tes blogs. Que d'amour à partager en ces moments difficiles pour les victimes, pour leurs parents des victimes. Oui aimer, sourire, vivre, voilà les mots qui doivent jaillir en ces jours et toujours.
      Merci encore la Céleste

      Supprimer
    2. La citation d'Apollinaire ...merveilleuse et qui me parle, tu imagines !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Je savais qu'elle te plairait cette citation, Apollinaire est ton poète attitré. Bise

      Supprimer
  2. Bonsoir bizak,
    Tu es un homme libre et tu le cries... Puissent tes cris arriver aux oreilles de tous les barbares, de tous les dictateurs qui oppriment et des assassins qui oublient que Dieu est amour.
    Bonne soirée
    Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il faut crier, le répeter: l'amour, la liberté restent nos credos qui nous animent. L'homme ne peut espérer vivre sans ces maîtres mots qui vibrent en nous. Nos sociétés doivent être à jamais à l'avant garde pour protéger nos libertés , nos vies.
      Merci Moun pour tes mots tellement justes.

      Supprimer
  3. Très beau texte Bizak.
    Un texte plein de compassion pour les victimes, qui livre un message d'espoir. Comme dit Célestine ne pas se laisser envahir par la peur, et moi je crains parfois pour mes enfants, petites encore.
    Ne pas courber l'échine, lever les yeux vers le ciel, inspirer profondément et croire toujours croire en l'Homme.
    Bises étoilées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! El Linda, quels magnifiques mots, ce matin que tu apportes: ne pas courber l'échine,lever les yeux vers le ciel et croire toujours en l'homme.Face à la monstruosité, il faut garder espoir, malgré tout. Comment ne pas les boire ces mots, venant de notre poétesse. Merci El Linda
      Bisous du matin.

      Supprimer
  4. j'aime ton beau poème, Bizak, surtout la deuxième partie
    j'aime la citation d'Apollinaire
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Coumarine, merci de passer et de m'apporter ton amitié, avec tout ce qu'a vécue la Belgique ces jours derniers, ton beau pays. Oui Coumarine, la solidarité, l'amour doivent souder les peuples du monde. Je t'embrasse Coumarine.

      Supprimer
  5. Vivre debout plutôt qu'en victime...
    Dans l'amour plutôt que dans la peur...
    Dans la liberté plutôt que dans la soumission...
    voilà ce qu'on peut faire...

    Merci, Bizak, de nous le rappeler avec un si beau texte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beaux tes mots, en vers majestueux, ils auraient pu finir mon poème.
      Merci La Licorne, vivre debout plutôt qu'en victime, c'est le sens que voulais donner à mon texte.
      Bise à toi

      Supprimer
  6. Quel beau poème qui semble tout d'abord creuser une tranchée interminable et puis bondit sur son échelle... Il n'y a que libre dans l'esprit que nous sommes "nous"... aussi forts que nous le pouvons. Et que d'un "nous" à l'autre, c'est une grande lumière...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! ça c'est bien dit! On peut être secoué sur le moment de surprise, mais on reprend ses esprits tout de même. C'est la réponse à donner toujours, face aux semeurs de haine et ennemis de l'humanité.
      Bonne soirée Edmée

      Supprimer
  7. J'ai toujours eu une admiration sans bornes pour ceux qui pouvaient poser des mots sur ce qui dans ma tête est un immonde magma dont je ne sais pas démêler les fils.
    Alors j'admire aussi ici.
    Tout en me posant une question : et si quelqu'un que tu aimes avait été touché ? S'il était mort, s'il avait perdu ses deux jambes, s'il était devenu fou de douleur, ou que sais-je, aurais tu écris ce texte tel qu'il est ?
    C'est une simple interrogation, une des multiples questions que je me pose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Pastelle, j'ai écrit quelque chose qui se rapporte à des événements similaires où j'avais perdu des amis,des gens de mon entourage. Je comprends parfaitement la douleur que subissent aujourd'hui des populations qui n'avaient rien demandé que de vivre en toute liberté.
      je te joins un billet que j'avais publié, il n'y pas longtemps sur les affres de ces guerres sans noms:

      http://www.bi-zakarium.blogspot.com/2015/12/je-ne-sais-pas-pourquoi_14.html
      Merci de ton passage Pastelle.
      Belle journée

      Supprimer
  8. Très beau billet tout à fait dans mon optique de vie. Croire en l'homme malgré tout et surtout être libre dans sa tête et savoir accepter ce qu'on ne peut pas changer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Croire en l'homme, croire en la vie pour faire face à ces destructeurs de vie. La liberté est un joyau qui ne repose que sur nos convictions à la protéger, à la défendre et à la porter. Elle n'est ni négociable, ni marchandable.
      Merci de ton passage Lauriza

      Supprimer
  9. Moi aussi, je veux croire en l'Homme. Moi aussi, je ne veux appartenir à aucun clan. Nous sommes tous des êtres humains qui pourrions vivre en paix et en harmonie. Et il est vrai pourtant qu'à chaque fois, je ne comprends pas comment des êtres humains peuvent se faire tant de mal, peuvent tuer, peuvent haïr, je suis profondément triste à chaque fois. Mais je veux garder l'Espoir, il le faut. Je veux envoyer de l'Amour et de la Paix, comme plein d'autres le font, comme tu le fais Bizak dans ce magnifique poème et dans tous tes textes, je veux le faire en espérant de tout mon coeur qu'un jour les êtres humains arrêteront de se battre et lâcheront leurs armes pour s'embrasser, se prendre dans leurs bras, pour s'aimer. Oui, je rêve, mais il est si bon de rêver, n'est-ce pas Bizak ? :-) Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce plaidoyer qui vient du coeur, chère Françoise. Oui il est bon que les hommes cessent leur rejet de l'autre.Qu'ils s'éloignent de tous ces fanatismes qui n'amènent que douleur et jamais la paix. Oui gardons espoir Françoise qu'un jour le soleil brillera pour tout le monde.
      Je t'embrasse Françoise

      Supprimer
  10. Sommes-nous victimes ? Sommes-nous coupables ? Un peu les deux à la fois hélas .... Le monde est devenu fou, ou l'a toujours été ... quand on a l'opportunité de lire certains historiens, on s'en rend compte ... C'est tellement compliqué, incongru et violent de réaliser la folie meurtrière du monde .... Et chacun à notre tour, sur nos blogs nous tentons des paroles d'espérance .... Vive l'espérance, même si pour beaucoup elle parait folie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le monde ne génère souvent que malheur, par le comportement trop égoïste de l'homme. Et pourtant la vie doit plus que valoir notre amour pour elle. L'espoir, l'espérance, la compréhension, l'acceptation de la diversité, sont les ferments nécessaires pour contrer la folie.
      Merci de votre passage Annick SB

      Supprimer