vendredi 11 mars 2016

La passagère inconnue !




Les plumes 50 d'Asphodèle et les mots retenus:
Vedette, fragiliser, fortune, film, projecteur, fumé, paparazzi, , moi, fanfreluche, réputation, prétention, chanteur, oublier, local, gros, météorite, étoile, talent, chaleur, lumineux, diva, barricader.


La nuit, à partir du ciel, la vue panoramique de la terre est sublime et lumineuse. Elle est étourdissante et magique.

Je ne cessais de fixer les gros nuages qui défilaient à une allure faramineuse. Dans le lointain, à l'horizon, il y 'avait quelques étoiles apparentes, dont je remarquais des petits astres fanfreluches, qui gambadaient à l'infini.

La chaleur que dégageait l'ambiance du réduit où j'étais devenait supportable depuis que les climatiseurs avaient été mis en fonction.

Je n'ai pas la prétention de jouer les paparazzis dans ce prestigieux endroit animé où des acteurs de cinéma, assis chacun à son siège, suivaient les dernières explications que leur distillait le metteur en scène, en leur projetant avec un data show, les dernières retouches du prochain film à tourner : "Malkovitch ou la fortune qui part en fumée". Un scénario basé sur un fait réel provoqué par le financier écumeur Bernard Madoff et dont la victime, l'acteur Malcovitch s'était retrouvée fragilisée en perdant toute sa fortune dans l'affaire dite des subprimes. D'ailleurs la recette prévue du film sera versée dans un compte unique de ces  sinistrés de luxe.

Dans toute cette agitation, générée par cette foule d'acteurs et autres techniciens présents, une charmante étoile qui ne manquait pas de talent, jouait de sa guitare, en répétant patiemment la fameuse chanson mythique, " Sade lisa", du grand chanteur Cat Stevens. Elle était assise dans un coin en retrait, apparemment seule. Elle semblait ravie d'être mêlée à cette ambiance de fête. Assister à la revue des ultimes préparatifs, pour la mise en scène d'un film à tourner, quelle chance, pour elle!

Pendant ce temps-là, deux monstres sacrés du cinéma, d'une réputation indéniable, les deux grandes vedettes, les plus en vue, Brad Pitt et Jodie Foster, n'arrivaient pas à suivre attentivement les explications du metteur en scène, tellement ils étaient blasés par leur métier. Ils suivaient plutôt avec intérêt cette captivante inconnue qui chantait dans son petit coin tranquille et qui les charmait par sa douce et voluptueuse voix. Ils étaient émerveillés d'écouter l' agréable  mélodie qu'écoulait  la  voix suave de cette météorite  venue de nulle part ou tombée du ciel comme une diva sortie d'un conte de fée.

L'ambiance était à son comble, lorsque le metteur en scène mettant fin à la petite projection, tout le reste des acteurs avait rejoint le petit coin d'où provenait la musique et  qui commençait à s'étendre, pour applaudir et chanter et oublier un tant soit peu, les projecteurs et tout le tralala du cinéma. On entonnait ensemble avec joie et enthousiasme, l'air de la chanson "Lisa sade Lisa", pendant un bon moment de  liesse, quand une voix à travers l'interphone, grésilla : " Le commandant de bord et son équipage vous remercient d'avoir choisi Américain Airlines et espèrent que vous avez fait un bon voyage. Veuillez attacher vos ceintures, nous allons entamer notre descente sur l'aéroport de Los Angeles. Il est 05 h 30, heure locale"

Moi, me précipitant, joyeux, je regardais par le hublot, le bel aéroport prestigieux et énorme de cette grande ville américaine.

L'avion atterrit à l'heure indiquée. Dans la salle d'accueil de l'aéroport, un groupe de paparazzis que tentait de barricader les policiers, s'agglutinait pour prendre des photos des stars, pendant que des reporters  s'affairaient à arracher quelques interviews, si possible même avoir un scoop avec le célèbre acteur Malkovitch, présent dans la salle et invité par le metteur en scène, lui-même, pour quelques avis relatifs au tournage du film.

Loin de la foule, à l'écart, un jeune monsieur, à l'allure de gentleman, muni d'un beau bouquet de fleurs de bleuets, un imprésario à ce qu'il paraît, cherchait du regard, parmi la foule, notre diva, pour l'accueillir et la conduire à son hôtel, en attendant le concert de chant accompagné par la guitare, prévu pour le soir même, qu'elle donnerait au Café de la Danse du célèbre Muséum de Los Angeles. 




                                                         
                                                           Texte: 644 mots

                                                         

45 commentaires:

  1. Ah! l'ambiance des avants premières, l'effervescence d'un milieu tributaire du plaisir du public, tu t'es donné le mot avec notre pirate adoré , lui aussi évoque les coulisses du cinéma, mais c'est plus érotique que Lisa sad Lisa! bises mon Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le thème des plumes d’Asphodèle, cette fois-ci tourne autour du cinéma, forcément on rentre dans les coulisses du milieu, histoire de se faire une idée de ce monde pas comme les autres. Pour ce qui de la chanson Sade Lisa, je l’ai citée car elle nous a tellement bercée dans notre jeunesse et elle reste encore sublime à ce jour. Merci Isabelle et je t’embrasse pour ta présence, chère amie

      Supprimer
  2. Bravo ! C'est vraiment bien raconté...
    La scène est si bien décrite, que, pendant un moment, j'étais aussi dans le ciel en train d'écouter la chanson...:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! oui la chanson est fabuleuse, elle nous fait rêver, elle est pleine de poésie. Et puis l’écouter au ciel, ça lui rajoute une touche céleste. Bisou poétesse.

      Supprimer
  3. Ah ! Les coulisses et ce fameux milieu qui fait rêver. On n'y voit que stars et paillettes et je me surprends moi aussi à me laisser porter par la chanson. Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une chanson comme Sad Lisa, elle en a fait rêver plus d’un. Alors la chanter dans un petit coin tranquille, ça ne peut que faire réjouir les cœurs.Merci de ton passage thiebauld

      Supprimer
  4. Ta passagère chanteuse me fait penser à une amie commune des Plumes, une céleste amie à la voix suave et la guitare toujours en bandoulière !!! ;) Tu retranscris bien ce monde de paillettes et de requins et à côté la simplicité d'une chanteuse authentique avec ce monsieur aux "bleuets" qui l'attend... Et Sad Lisa est la chanson parfaite pour se laisser bercer par tes mots toujours très doux... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh, bien quand on a les mots en paillettes à tire larigot, rien ne vaut que de s’en servir et faire plaisir à toutes celles qui se reconnaissent et qui aiment cette chanson d’une magnificence à faire tomber des Lisa et des Lisa. Ravi Asphodèle que ce texte t’inspire beaucoup

      Supprimer
  5. Fleur bleue tu es Bizak, un Monsieur aux bleuets, c'est pas un peu chardon le bleuet ? !!
    Les Divas, des fois, faut se les farcir.
    Bien documentée, ton histoire pourrait être vraie. Bravo !
    Bon dimanche et bises de Lyon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! ma chère Soène comme cela me fait plaisir que tu aimes ce texte, autour des fleurs que sont les bleuets. Elles sont exquises et elles sont des fleurs symbole de souvenirs, comme les coquelicots. Voici quelques vers d’un poème sur les bleuets d’Alphonse Bourgoin
      Les voici les pt’its « bleuets »
      Les bleuets couleur des yeux
      Ils vont jolis, gais et coquets,
      Car ils n’ont pas froids aux yeux...

      Bon dimanche aussi à toi Soène

      Supprimer
  6. Modeste et pure célébrité qui n'a besoin que d'elle-même pour se faire apprécier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est tout le sens à vrai dire de ce texte, la valeur et le talent d'une personne ne se mesure pas à l'aura que véhicule d'elle les média et le milieu du show biz. On a vu comment on fabrique une star et quand elle est suffisamment essorée, elle est jetée aux orties. Quand je regarde chanter l'inusable Aznavour,je me dis qu'aujourd'hui on est loin des vrais valeurs, enfin au vu de ce que drainent les télés réalités.

      Supprimer
    2. C'état tout à fait mon sujet pour ces Plumes !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. On s'y croirait, belle histoire du cinéma et des coulisses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il manquait que de la refaire en vrai avec une balade dans le ciel.
      Merci patch Cath

      Supprimer
  8. Ah Bizak ! Jouant moi-même les divas de province, je n'avais pas encore eu le temps de venir me délecter de ta prose chatoyante...
    Magnifique chanson que celle de Leonard Cohen, que j'ai interprétée en mon temps pour faire plaisir à quelques uns de mes aficonados...
    Les "petits astres fanfreluches" que c'est mignon !
    Et comme il y a du beau monde qui se promène dans ton texte
    merci pour ce moment de pure grâce poétique, comme toujours.
    Mille bisous célestes de ta muse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Si tu parles, la Céleste, de « Suzanne » la fameuse et mythique chanson de Cohen, et reprise par d’autres chanteurs, elle est d’une grande poésie et elle nous fait planer sans être dans le ciel. Le plaisir pour moi c’était d’agrémenter par les mots des plumes, un texte sur ces fameuses et belles chansons qui restent dans la mémoire comme un doux souvenir des années glorieuses, que sont Sad Lisa, Suzanne…et autres comme la légendaire chanson de Percy Sledj qui m’émeut à chaque fois que je l’ écoute : when de the man loves a woman..
      Heureux pour toi que tu ais passé du bon temps avec la rencontre « Apéro-poésie, malgré le trac qui t’avait pris dans les tripes avant le grand bond, mais tout finalement s’était bien déroulé dans l’ambiance bon enfant et c’était l’essentiel. Mission accomplie !
      Merci la Céleste pour tes mots
      Bises ravies

      Lien pour la chanson Suzanne:
      https://www.youtube.com/watch?v=6o6zMPLcXZ8

      Supprimer
    2. j'ai abusé du champagne, j'ai confondu Cat Stevens et Léonard Cohen. Mais ça nous a donné l'occasion de réécouter Suzanne...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Je pensais sérieusement à Cohen pour sa chanson de Suzanne ! mais si tu dis que le champagne garde son effet jusqu’au matin, et que tu me parles d’un grand poète et romancier, comme Léonard Cohen, c’est que tu étais dans l’enchantement et l’euphorie et c’est tant mieux. Bise à toi aussi.

      Supprimer
  9. J'ai senti la chaleur de la crépitation des flashs ^^
    Pov' Malkovitch, mais ce qui me choque c'est que personne ne s'interroge sur la vie de Mr Madoff victime de son succès ^^, il en a eu son petit coeur chaviré ;)

    Je me suis régalée à lire cette histoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Victime de son succès ou de son insuccès, en tout cas, il y’a longtemps que les flashs ne crépitent plus pour lui, ce cher Madoff.
      Merci pour ton passage Rejanie et merci pour tes mots.

      Supprimer
  10. C'est si bien écrit! Bravo!
    Pourquoi ai-je pensé à Celestine...? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être parce qu’elle aime chanter Sad Lisa et qu’elle joue de la guitare ! Et puis le hasard du calendrier avait fait que pendant les plumes, Célestine avait pris sa guitare et a chanté devant un public dans un événement sur la poésie auquel elle a assisté : »Apéro-Poésie ». Et bien voilà, pour une coïncidence, c’est une belle coïncidence et j’en suis transporté et radieux. Pas nécessaire, peut être qu’elle fasse un compte rendu de sa virée chez les poètes, elle en trouve un ici, hi ! hi ! Merci pour tes mots allusionnels mais bien imaginés et oniriques, Emilie.

      Supprimer
    2. Oui, je me demande, hein, pourquoi ma petite Emilie pense à moi quand Bizak parle de Lisa hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Emilie a du feeling et une imagination débordante mais pas incohérente.

      Supprimer
  11. Petite tendresse pour cette petite et modeste étoile qui charme de sa jolie voix les "grandes" vedettes en présence. J'ai écouté la chanson de Cat Stevens avant de poser mon commentaire, un moment de bonheur, je l'avais oubliée ! Merci Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir était pour moi d’avoir fait rappeler cette chanson mythique de Cat Stevens. Cette étoile avec son chapeau cow boy et sa guitare, avait réussi à détourner et impressionner deux légendes du cinéma qui étaient sublimés par sa petite voix mélodieuse et quelques airs d’une aussi belle chanson. Comme quoi, avec peu on peut faire vibrer la scène. Le plaisir est dans la petite ambiance qui fait chaud au cœur. Merci Mariejo pour tes mots chaleureux. Bonne soirée

      Supprimer
  12. Ce que je me sens ignare, moi qui ne connaît pas sad Lisa! Du coup je suis allée l'écouter, la musique est belle mais je ne comprends pas assez l'anglais pour apprécier les paroles. Bravo pour cette introduction dans le monde du cinéma et de la chanson!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nul besoin de comprendre les paroles Claudia, la musique et la voix magnétique et envoutante, fait planer dans un ravissement profond celui ou celle qui l’écoute. Merci d’avoir aimé Claudialucia. Bonne soirée

      Supprimer
    2. A la demande générale, je vous fais écouter ma version de Sad Lisa , en espérant que Cat Stevens me pardonne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Que du bonheur que mettes ton lien vers cette belle chanson dans ta version propre et qui est magnifique, avec une voix fluette et délicieuse. Eh ! bien Aspho, Emilie, Valentyne ne se sont pas trompées apparemment, sur leur good feeling. La passagère inconnue, n’est plus inconnue ? Merci belle étoile
      Bisous

      Supprimer
    4. Je viens d'écouter la version "célestinienne"...et j'ai encore des étoiles bleues dans les oreilles et des vibrations douces dans les yeux...
      A moins que ce ne soit le contraire..;-)

      Merci pour ce pur moment de bonheur...!

      Supprimer
    5. J'aimé aussi et je pense maintenant qu'avec toutes ses répétitions,la Céleste passerait à plus sublime encore etplus coriace. je te remercie aussi de ton passage La Licorne.

      Supprimer
  13. Après le"sound of silence" chez Célestine , Sad lisa chez toi ..... la bande son est au top pour ces cinquantièmes plumes ....
    Bon dimanche Bizak ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, on peut dire même que c’est le jubilé des plumes, ça se fête avec de la musique, un bon gueuleton, du champagne. Ravi que ce texte te plaise Valentyne. Bonne soirée

      Supprimer
  14. Bonjour bizak,
    Une bien sympathique ambiance que celle que tu nous écris. Une ambiance calfeutrėe sans doute accentuée par l'espace réduit d'un avion, un calme relatif semble-t-il avant la descente des acteurs et la foule qui les attend dans le hall de l'aéroport... Quant à Lisa que je ne connais pas (je vais m'empresser de la découvrir), c'est la tendresse au milieu de ce monde de fous.
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette chanson de Cat Stevens m’a toujours emporté, émerveillé. C’est l’une de ses plus belles chansons. En faire la chanson que joue une belle étoile dans un avion et face à un public pas ordinaire, dans un texte des plumes que tout le monde trouve beau, me réjouit énormément.L'écouter te fera rappeler certainement que cet air ne t'était pas si inconnu. Célestine vient de donner un lien ci-dessus, vers Sad Lida qu'elle avait chantée et n'y a pas à rougir du tout. Merci pour ton com très élogieux chère poétesse. Bise Moun et belle journée.

      Supprimer
  15. On s'y croirait ! Et me voilà à présent avec la chanson dans la tête !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi de te l'entendre dire, Lydia ! Bonne journée.

      Supprimer

  16. qu'elle se nomme libellule insaisissable ou passagère inconnue, partout où tu te poses, elle surgit sous ta plume, comme si tu l'emmenais toujours avec toi, à moins que ce soit elle qui te prenne par la main. Bises mélodieuses pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. …Ou même une étoile filante ! Elle est une multitude d’êtres, elle aime se muer en papillons, en arbres, en étoile, en lune, en libellule. C’est ce qui fait la beauté de la vie, de rêver d’être plusieurs êtres pour voir le monde sous d’autres angles. J’aime transcender, idéaliser ces différents êtres qui, en tout état, dans toute forme, se rejoignent tous pour sublimer l’amour. Tous les êtres de la terre, ont droit à leur bonheur, leurs espoirs, leurs richesses. Peut être est-ce ainsi, que je comprends la vie, la Vie avec un grand V pour que tous les êtres vivent en symbiose et en paix dans ce monde, aujourd’hui en détresse.
      Merci El Linda, pour tes mots très fins et pleins d’amabilités. Bisous reconnaissants pour toi.

      Supprimer
  17. Quel envol (dans un avion, ça vaut mieux) et quel assemblage de mots jubilatoire! Une fête... Hollywood serait-il une fête comme Paris sous ta plume à toi? En tout cas... le voyage fut plaisant, merci!

    RépondreSupprimer
  18. Sous ta plume, Edmée, un commentaire aussi élogieux ne peut que me réjouir et me donner des ailes. Content que le voyage soit plaisant. Merci Edmée

    RépondreSupprimer
  19. Je viens d'écouter les deux versions de Sad Lisa, et je dois dire... que je les aime autant l'une que l'autre ! :-)
    Quant à ton texte, Bizak, j'ai beaucoup aimé. Il est très imagé, je m'y croyais. J'avais l'impression d'être présente, avec tous ces personnages, et même d'entendre la musique, j'étais avec eux, et surtout avec la jeune Diva, grâce à toi. Merci.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tardé pour te répondre Françoise, je pensais l'avoir fait quand je t'avais répondu à celui du poème. Oui la chanson de cat Se Stevens, LIsa sad Lisa est vraiment un chef d'oeuvre, elle est immortelle, quand on voit qqu'elle remonte à très longtemps depuis sa sortie. Pour le texte, comme tu le sais, les mots étaient imposés, donc comme il s'agit destermes touchant au cinéma, eh! bien, on a profité du voyage avec les acteurs. Merci de ton passage Françoise.

      Supprimer