jeudi 31 mars 2016

Les rêves qui planent !


                                                  Rien n'est plus puissant qu'une
                                     idée dont l'heure est venue.
                                                    Victor Hugo

Comme je suis dénué parfois quand le soleil s'en va
J'ai dans le coeur tellement de peine du temps blafard
Qui me lacère mes visions confuses de mon imaginaire
Je ris, je pleure, que faire sinon tremper l'ennui
Je voudrais que les heures s'arrêtent de m'échiner
Je ne suis pas prêt à l'abandon de mes rêves infinis
Quelle est cette nuit qui me taraude, qui me vrille ?
Que font les douces étoiles quand moi, je suis endormi ?
Je  laisse déclamer celle qui me souffle en sourdine :
Laisse tes rêves te submerger : seuls eux peuvent
T'élever au dessus des nuages sombres et tristes
Tu verrais que l'espace est chargé de nymphes  ailées
Elles disent au vent, à la pluie, de se secouer
De laisser passer les fines pensées de mélodie.
J'ai fait un rêve cette nuit  dans mon insomnie
Je me débattais à retrouver le fil de mes étoiles
Et puis soudain, un ange m'apparut et me dévoila :
Tu sais  que les astres veillent pour épancher leur lumière
Sur toutes les âmes éthérées et pleines d'émoi
Dont la saison des fleurs y retient son souffle
Ton passage sur les sillons des grands poètes
Dessinerait les reliefs de leurs empreintes immortelles
Va ami ! le ciel est toujours éclatant pour ceux et celles
Qui savent planer au dessus des tendres champs de blé.





21 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci La Licorne! Tes mots me vont tout droit, sur un chemin très lumineux, vers le coeur.
      Bisou

      Supprimer
  2. Je plussoie !
    Un grand grand poème. Fort et prégnant.
    Les insomnies te donnent de radieuses fulgurances.
    On en redemande.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en redemandes! mais alors je dormirais quand, moi, si u pensais à mes insomnies. Non!! je sais, je sais, tu me fais vraiment plaisir de par tes mots, tu fais même rougir et si tu me voyais, tu croirais que je suis marqué par une lettre écarlate.
      Merci la Céleste, merci pour tes mots.
      Bisou étoilé

      Supprimer

  3. des rêves qui planent et qui jamais ne fanent.
    c'est toujours aussi beau Bizak.
    c'est mon dernier passage ce soir sur la toile avant le départ de demain. Merci de ton passage par chez moi. Bises pour toute la semaine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le plus beau encore ce sont tes mots pleins de poésie, avant ton départ pour un bon repos loin du bruit. Je te souhaite une bonne semaine avec beaucoup de belle lecture, puisque il n'y a pas d'internet là où tu vas, El Linda.
      Bisou mon amie.

      Supprimer
  4. Bonjour bizak
    Soient louées tes insomnies 😕 non je plaisante qui te permettent de faire des rêves "éveillés" et de t'envoler vers des contrées inconnues mais néanmoins très belles. Que tes songes conservent cette beauté traduite en mots.

    Belle journée
    Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Moun
      Un moment, je pensais au poisson d'avril! Dame Carcas est inconnue au bataillon, même si tout le monde est bien accueilli ici. J'aime bien tes mots quand ils sont enveloppés d'un brin d'humour et qu'ils terminent par un petit vœu amical.
      Merci Moun et bonne journée
      Bisou

      Supprimer
  5. Ah bizak... j'ai bien changé depuis et je pense qu'il est grand temps que je me renouvelle ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau de se renouveler, c'est faire sa mue! Se renouveler, renaître, c'est donner plusieurs chances à la vie. Mais je retiens que Dame Carcas, c'est Dame Carcassonne que tu aimes tant.

      Supprimer
  6. Oui, Bizak, la vie appartient à ceux qui savent rêver ! Et tu en fais partie ! :-)
    Tu es un vrai poète. Tes mots sortent tout droit de ton coeur, c'est pour cela qu'ils sont si beaux.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots Françoise et ravi aussi pour ton retour parmi nous.
      Très bonne soirée
      je t'embrasse Françoise

      Supprimer
  7. merci de ton passage chez nous et vive la poésie sous toutes ses formes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive la poésie les Caphys, j'y repasserais, certainement!

      Supprimer
  8. Beau texte sur le rêve et son rêve... Et sur ces étoiles qui les alimentent et nous gardent les pieds sur terre oui, mais ailés aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De tout temps, les astres nous font rêver, dont la lune particulièrement! elle est l'astre le plus subjuguant et le plus mystérieux à la fois. Merci Edmée

      Supprimer
  9. Très beau texte, inspiré par une bien belle citation, mais qui me pose problème : je voulais retrouver d'où elle était tirée, mais Internet ne m'a apporté comme réponse que "attribuée à Victor Hugo", avec même parfois de sérieuses réserves. En sais-tu plus à propos de cette phrase ?
    Pour en revenir à ton texte, est-ce bien "tremper l'ennui" qu'il faut lire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce n’était pas tremper, mais tromper. Tromper l’ennui ! c’est même une expression : tuer le temps. Ma vigilance a été trompée. Merci Passion culture.
      « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue » : cette citation de Victor Hugo, je l’ai relevée sur Google, mais je n’ai pas la preuve exacte de son origine. Je ne doute pas, qu’elle soit de Victor Hugo, il en a écrit de plus merveilleuses encore. Quoique pour moi cela importe peu, c’est l’idée en elle-même, qui m’avait fasciné, ce n’est pas forcément l’auteur.
      Merci encore pour ces observations très justes.

      Supprimer
    2. Moi j'aime bien, c'est joli "Tremper l'ennui"...
      Je pensais que tu l'avais fait exprès...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Moi itou, c'est pourquoi j'ai demandé confirmation. Car avec le début du vers, on peut imaginer tremper l'ennui de ses larmes ;-)

      Supprimer
    4. @Célestine et Passion Culture: C'est extraordinaire, mais vous avez tous les deux, raison. Parfois on ne réfléchit pas tout à fait aux mots comment ils s'écrivent. Avais-je pensé à tremper ou tromper je ne saurais le dire. Certes, il était venu à la fin du vers qui débutait par: Je ris, je pleure…
      Je n’avais réalisé la différence dans le vocabulaire qu’après l’observation de Passion Culture. La seule explication que je pouvais donner était celle la plus logique :" tromper l’ennui", comme il devait s'écrire selon le vocabulaire. Je réalise maintenant que je n’ai pas d’explication à donner, c’était écrit tremper ou tromper, l’essentiel c’était que vous les aviez tous les deux Célestine et passion Culture, intégrer chacun selon votre flair, votre impression, et c’était l’essentiel.
      J’ai deux citations qui peuvent donner un meilleur éclairage:
      1)« La poésie est une espèce de musique : il faut l'entendre pour en juger. » Voltaire

      2) « La poésie a, comme la vie, l'excuse de ne rien prouver. » Emil Michel Cioran

      Merci à vous deux.

      Supprimer