vendredi 22 avril 2016

Une belle soirée de chorale

                         
                                 Je vis dans le luxe parce que j'ai les poches pleine de rêves
                                                                                            C. Bukowski

Les plumes 51 d'Asphodèle et les mots retenus: Abeille, arabesque, ambre, arpenter, automobile, abricot, actif,azimuté, s'agenouillé, anamorphose, aimer, accroche-coeur, ajouter, affirmativement, approximatif, alléchant, ambiance, ahuri, agir, abreuver. 


Le ciel crépitait , la pluie cinglait les visages, ce soir-là, d'une journée autrement approximative et indécise à cause du temps qui ne cessait de balancer entre la pluie et le soleil. Il faut courir, courir comme un beau diable ou une belle diablesse, pour accueillir la pluie sur ta poitrine me cria mon ami Bluvaly. Cela t'évitera aussi de te tremper les cheveux et il ajouta : Heureusement encore, tu ne les as pas longs, sinon ton visage dégoulinerait fort et serait imprimé d'une belle arabesque formée avec des accroche-cœurs.

Mais mon ami, tu es complètement azimuté, lui dis-je ! Comment ça, courir pour accueillir la pluie sur ma poitrine ?
Heureusement ma compagne Eglantine, me disait en me pinçant la main : Ne t’inquiètes ! Bluvaly, quand il est dans sa bulle, il aime jongler avec les mathématiques et s'abreuver de sciences ésotériques ; comme une anamorphose, il aime tout transformer ; son imagination active ne l'empêche pas d'avoir un coeur d'abricot. Alors ! courons et faisons attention aux automobiles, mon cher ami.

L'orchestre composé de quatre musiciens et d'une chorale, n'avait pas tardé à donner le coup d'envoi pour cette belle soirée où on y avait été conviés, moi et mes amis.

L'ambiance était au rendez-vous ce soir-là : De la poésie à tout va, en tout genre, engagée, bucolique, avec en plus, l'invitation de quelques scènes théâtrales animées par une merveilleuse comédienne qui, telle une abeille qui distillait son miel, ravissait l'assistance de ses mots enchantés. La salle dans son ensemble en demandait, encore et encore pour sa grande joie et le chef d'orchestre ne pouvait qu'affirmativement répondre en reprenant le premier morceau d'ouverture du spectacle qui avait été surtout le plus applaudi.

Avant d'aller prendre une collation prévue comme une belle surprise, tout l'orchestre s'était levé comme une seule personne et dont leur chef avait vivement remercié la belle assistance pour ses encouragements et ses applaudissements nourris ; il s'agenouilla et, avec émotion, il s'inclina suivi de tous les artistes comblés de bonheur.
Le buffet était alléchant, la foule nombreuse et émerveillée, arpentait et allait ça et là, de table en table pour goûter à tous les plats servis et surtout les vins et spiritueux qui n'étaient pas en reste ; ce qui, d'ailleurs avait fait réagir mon ami Bluvaly, en me faisant observer pour me taquiner : Que la soif ne me quittait plus

Ma compagne était ahurie et perplexe, je ne sais si c'était à cause de mes vas et viens pour remplir mon petit verre souvent vide ou plutôt à cause de la pique de Bluvaly à mon endroit dont je savais bien, qu'il voulait s'amuser.
Comment agir pour tranquilliser ma compagne ? Je la fixai alors avec un grand sourire qu'elle me rendit avec amusement et moi, comme si j'attendais ce moment propice, je retirai de la  poche intérieure de ma veste noire en cuir, un joli pendentif en ambre fondu que je lui avais déjà promis et me précipitant vers elle, je l'enlaçai galantement et lui enserrai délicatement le joli bijou dans son mignon cou.


                            Texte: 516 mots  

26 commentaires:

  1. Tu as le sens du récit, mon cher BIzak. Tu nous emmènes dans cette soirée comme dans un tourbillon, et l'on a vraiment l'impression de la revivre...en direct, avec les décors, les personnages et la musique omniprésente, qui coule comme le miel dans des veines et fait palpiter les mains des spectateurs dans le noir.
    Il paraît que la soirée s'est prolongée assez tard avec un apéritif convivial...On sait vivre dans certaines régions...
    Bravo pour ton utilisation des mots imposés qui sont passés comme un vol de papillon.
    Bises très célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots imposés ont imprimé sur mon esprit le bonheur de dire que la vie est belle, il suffit de lâcher la tension de la journée et de se tourner vers les amis, de boire la vie à grande lampée, car des moments inoubliables et heureux sont les plus à même de nous insuffler la joie de vivre. Ravi que mon texte te plaise la Céleste, le tien est autrement plus beau, je l’ai savouré comme un croque-monsieur un jour de disette. Bisous

      Supprimer
  2. Ce ne doit pas être toujours facile d'employer tous les mots imposés, et toi tu réussis à les glisser sans difficulté. Ton texte est plein de joie, une joie contagieuse j'ai envie de dire.
    Que la soif ne te quitte plus.
    Bises ambrées pour toi ce soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli ton commentaire El Linda, je vois que tu es entrainée dans le tourbillon de la gaîté et du bonheur de savourer la vie. Merci pour tes mots poétesse et ravi de ton retour. Bise très ambrée

      Supprimer
  3. La musique chantée, la musique des mots...pas si différent, finalement !
    Tu restitues bien l'ambiance de la soirée et tu alignes les mots imposés comme d'autres alignent les notes : avec bonheur !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  4. Sachant combien tu agences bien les mots et que tu trames si bien comme des fils, je suis ravi que mes mots t'aient plu La Licorne. Merci

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Bizak,
    Tu chantes bien dis-moi... ta chorale de mots nous entraîne sur la piste de danse où les phrases virevoltent.
    Très entraînant et en plus, si la dame est joliment "décorée" d'amour !! :))
    Beau week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots parfois quand ils trépignent, ils s'envolent et dessinent des arcs en ciel, les cœurs alors s'ouvrent et galopent dans le bonheur et la joie. Merci pour ton commentaire très élogieux et beau. Bise Moun

      Supprimer
  6. Une soirée très animée, avec un joli final.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une soirée, comme on aimerait qu'elle soit: animée, gaie, bon enfant et au final en apothéose. Merci Nunzi de ton passage

      Supprimer
  7. Quelle belle soirée de gala mon cher Bizak ! On t'y suit avec bonheur et j'ai beaucoup aimé "le coeur d'abricot", ça change de l'artichaut !!! :) La fin en ambre délicate te ressemble...douce et poétique !^-^ Bises et bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours un bonheur de participer à ton atelier qui me donne des ailes et du bonheur d'apporter ma touche personnelle. Et quand toi, Asphodèle tu trouves quelques charmes à mes mots, j'en suis honoré et émerveillé. Dis-toi que ta graine semée fait des pousses merveilleuses et tout l'honneur te revient. Merci pour ton beau tempérament qui nous enveloppe de velours et ouvre la voie à nos rêves. Bise à toi Asphodèle et bonne soirée

      Supprimer
  8. Ton texte m'a donné envie de chanter et danser.... J'entais tes mots ! Je vivais le décor !! ah c'etait bien !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh! bien alors dansons! dansons pour nous , dansons pour la vie.
      Ravi de te lire Ghislaine pour dire que tu vivais le décor. J'en suis charmé et heureux. Bise honorée

      Supprimer
  9. De belles minutes à lire ce texte pendant que la pluie frappe aux carreaux. Non, je n'essaierai pas de faire comme "l'azimuté" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! toi, je te prends comme amie si tu ne fais pas comme l'azimuté. Oui c'est vrai pourquoi chercher chicane quand tout se prête à rire et rêver. Merci Lydia

      Supprimer
  10. Les copines ont tout dit! J'ajoute simplement que le détail qui me montre que tu es vraiment un bon compagnon de fête, c'est de ne pas laisser la dame avec un verre vide!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! oui, tu as raison, il ne faut jamais laisser les verres vides, ils paraîtront tristes, sinon. A boire où je tue le chien! comme on dit. Bonne journée Isabelle

      Supprimer
  11. Une soirée conviviale qui finit en apothéose ;-)
    Bon dimanche Bizak

    RépondreSupprimer
  12. Tu as raison de le dire, une soirée où tous les rêves étaient permis. Merci Valentine et bon dimanche aussi à toi.

    RépondreSupprimer
  13. Une bien belle soirée, qui m'en rappelle d'autres, de celles que j'ai connues lors de nos concerts. Je suis donc partie dans les souvenirs avec votre récit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est beau de se rappeler aux bons souvenirs, Ils nous tiennent lieu de réminiscence des jours heureux. Bonne soirée Anne

      Supprimer
  14. Une belle soirée toute en A, arias, arrosée, ambrée - à votre santé, ah le beau bijou -, et agréable! Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Edmée pour ton engouement ! une soirée inscrite en lettres d'or.

      Supprimer
  15. Une très belle soirée de chorale, à en lire tes mots, Bizak. On s'y croirait, et j'ai même couru sous la pluie avec toi. (sourire)
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait c'était beaucoup plus un opéra qu'une simple chorale, avec l'orchestre, les musiciens et les differents interprétations des choristes. Quand à la pluie, ce n'était pas impossible que tu courais sous elle au même moment, hi,hi! Merci de ta visite Françoise. Bisou

      Supprimer