vendredi 24 juin 2016

Comme un froufrou




Un éclair sur ta cambrure
Dans  un contour adouci
Sous une ombre voilée
Les regards vissés
De nos rêves en émoi
Le battement des ailes
Comme le froufrou
Des cœurs mouvants
Une nuit de délicatesse
Une nuit d'envie
Le matin séduisant
Le petit déjeuner chaud
Les regards vissés
De notre soif de désir

22 commentaires:

  1. Tu m'évoques le doux frou-frou des étoiles cher à Rimbaud...
    Dans ces moments troublés, il est bon de se raccrocher encore et toujours aux forces cosmiques et aux paysages célestes.
    C'est ainsi que l'on peut avancer, sans crainte de trébucher, en gardant comme phare la lumière des astres. Un peu d'éternité dans notre vie si courte...
    L'éternité d'un regard fugitif, celui d'une passante.
    L'éternité des quelques instants à jamais volés au temps.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu me compares à cet astre de poète qu’était Rimbaud qui parlait, lui, du froufrou des étoiles, tu me sublimes ma douce muse. J’aime bien tes mots Céleste, quand tu dis qu’on peut avancer sans crainte de trébucher avec la lumière des astres. Tu as tout à fait raison, les étoiles ont de tout temps guider, fait rêver des voyageurs, des poètes. Si tu observais l’éclat des étoiles dans un désert, quand rien ne bouge à l’horizon, tu verrais alors que la lune et les étoiles deviennent de fabuleux compagnons, sans parler du silence régnant dans les lieux qui ajoutait dans la densité du désert. J’ai eu cette chance de le vivre ces moment là, j’étais alors un petit conscrit du service militaire.
      Merci La Céleste pour tes mots posés ici et partout ailleurs, toujours doux, modérés, et surtout délicieux.
      Bisous

      Supprimer
  2. Chaud mais joliment dit. Quelle poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi que ça te plaise, Jean-Charles!

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup ce froufrou de coeurs... on les entend voleter comme des colibris vers le paradis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que j'aime entendre le froufrou des cœurs quand il est suivi d'accélération après l'entracte.
      Merci pour ces jolis mots Edmée

      Supprimer
  4. C'est d'une beauté...torride ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien que ça bouillonne parfois!

      Supprimer
  5. parfaitement délicat pour le week end
    un rayon de soleil doré dans la tasse de thé
    fait comme un pied de nez
    à la nuit étoilée
    bon samedi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est délicatement dit aussi, merci!
      Bon week end

      Supprimer
  6. Eh! La sensualité te va bien! Merci pour cette nuit chaude, je suis heureuse pour toi, il est bon que le corps exulte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie n'est jamais éloignée de la sensualité, elle en est l'âme! Parler aussi des fleurs, du cosmos, des océans, des oiseaux, il y'a de la sensualité dans notre regard. Merci Isabelle pour tes mots gentils et aimables comme toujours. Bisous

      Supprimer
  7. Un poème bien sensuel. La nuit a du être belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une nuit des plus romantiques, certainement!
      Merci de ton passage Daniel

      Supprimer
  8. Heureuse et comblée doit être cette muse à qui tu dédies, j'espère, ces vers. Je suis sûre qu'elle se reconnaît dans ce froufrou qui ressemble au bruissements d'ailes des anges au dessus de sa couche. Tout est émouvant ici et donne envie de vivre la délicate retenue du désir. Le meilleur moment de ce partage, de cette envie, de ce désir, n'en est il pas l'idée que l'on s'en fait avant qu'il ne devienne un agréable souvenir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bonheur dans la poésie, c'est que nous exprimons nos ressentis comme ils s'étalaient dans nos rêves et dans nos souvenirs. La poésie exprime aussi l'amour dans toute l'étendue de nos fantasmes qui, pour peu, que les deux êtres soient en symbiose, le ciel s'allume de tous les feux, ne laissant plus d'ombres dans les coins et recoins que les étincelles qui sustentent chaque interstice de la peau.
      Tous les rêves sont permis quand l’amour est dans les cœurs.
      Merci Chinou pour tes mots toujours pleins de poésie et de beaucoup charmes.
      Bises

      Supprimer
  9. ...Le doux frou-frou des coeurs que tu évoques ici cher bizak est pour moi aussi fragile que le froissement délicat d'un pétale de fleur... merci à toi... c'est si joliment écrit.... "un éclair sur ta cambrure" tu dis... un sOleil, un éclat ou un clair de lune sur la courbure....
    Bises.
    Den

    RépondreSupprimer
  10. Qu'importe un éclair, un soleil, un clair de lune, s'ils expriment tous des miroitements,des chatoiements, des luminescences chères à la poésie. J'aime tout ce que représente la femme dans ses formes qui expriment un charme, une attirance, une magnificence, une sublimité dans son allure, qu'on reste ébaubi.
    Merci pour tes mots et ta visite Den

    RépondreSupprimer
  11. ... une ombre voilée,
    quelque part dans la voie lactée.
    Le chuchotement d'un souffle.
    Au cœur des étoiles.
    Un voile se soulève.
    Frémissement furtif.
    Fragilité.
    Délicatesse du regard.
    Douce musique murmurée par tes lèvres, cher Bizak.
    C'est un poème, un chant très beau.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est époustouflant ton poème, en suivant la trajectoire du mien et lui allouant des images exprimant ton ressenti et c'était tout à fait à fait ma pensée . Merci El Linda pour ces mots magnifiques

      Supprimer
  12. La lune,
    La nuit,
    L'amour...
    Et le temps est trop court!
    Un joli collier de mots qui résonnent comme une fête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les trois ingrédients essentiels pour un joli collier de douceurs ! Ravi létienne de ton passage.

      Supprimer