jeudi 30 juin 2016

Tes cils sur ma peau




De ton regard de velours
J'ai pris le bleu mêlé
De nectar divin et idéal
Pour dessiner tes cils sur ma peau
J'ai rajouté des mots colorés
Dans ma mémoire éblouie
Qui me tiennent la main
Quand ma raison s'évanouit
J'ai pris ton sourire de soleil
Que miroitait ton visage sur moi
Je l'ai étalé sur mes veines
Et j'ai vu disparaître à jamais
La brume qui me bridait les yeux

32 commentaires:

  1. D'où vient la perfection d'un poème?
    Sans doute de l'exacte harmonie
    entre les sentiments,
    les sensations, le souffle de l'air
    et le chuchotement des astres...
    Et quelle femme n'aimerait recevoir ces mots
    sortis du grand sac de velours d'un poète ?
    Un de ces sacs souples couleur de nuit
    dans lesquels scintillent les mots
    piaffant d'impatience
    comme des chevaux quand ils aperçoivent déjà
    la couleur du pré...
    Tu nous régales une fois de plus
    de ta magie, cher poète
    et comme c'est agréable...
    Bises étoilées
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais comment te répondre, la Céleste, tellement je suis cramoisi comme un potiron rouge.
      Tes mots me vont droit au cœur, ils m’encensent mais je sais qu’ils sont sincères. Alors je les prends, tels quels, je les enveloppe dans mon mouchoir de soie et les pose dans mon écrin d’or.
      Ce que je sais, c’est que, souvent tes mots m’ont donné une envie, de tresser les mots, que ce soit avec les plumes d’Asphodèle, où tu as toujours ton empreinte indélébile dans tes participations , que ce soit sur ton blog toujours riche, convivial et accueillant où il y’a du bonheur à commenter tes billets, sans compter le nombre de lecteurs toujours important qui posent leurs mots et qui y reviennent.
      Tu es et tu seras toujours la bienvenue pour poser tes commentaires ici. Merci de ta gentillesse.
      Bisous épanouis

      Supprimer
    2. En relisant ton commentaire, j'aperçois un vrai fleuve de mots que je me plais à relire tellement ils sont affriolants et fuides:
      "Un de ces sacs souples couleur de nuit
      dans lesquels scintillent les mots
      piaffant d'impatience
      comme des chevaux quand ils aperçoivent déjà
      la couleur du pré..."
      Merci

      Supprimer
    3. C'est un bonheur que d'écrire quand on a lu un tel poème, surtout si l'on s'imagine qu'il a été écrit pour soi...
      C'est le talent des poètes de rendre chaque femme à la fois unique et universelle...
      <3
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Tout le bonheur est de porter haut ses sensations et affects, en littérature, en poésie, en peinture, quand il est parfois impossible de les exprimer autrement. Si mes mots t'ont touché ou ému,la Céleste, cela me réjouit grandement.
      Bisous Célestine

      Supprimer
    5. Touchée, émue..ah oui !
      Plus que tu ne crois...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Excuses-moi pour l'accord du participe passé pour ému-e- et touché-e- sur mon commentaire!!^^

      Supprimer
    7. Rhôô Bizak ! j'ai passé ma période institutrice ! respire...tu n'auras pas de mauvaise note ! :-D
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Ne t’inquiètes pas, c'était juste un froufrou passager qui m'avait fait comprendre, que je néglige un peu les règles grammaticales.^^

      Supprimer
    9. C'est chou, un frou-frou passager ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Tu as une façon d'attirer l'attention de quelqu'un, qui dénote une infinie délicatesse mêlée d'un zeste de gracieuseté, qu'on croirait que c'était juste un ange qui nous avait effleurés de ses ailes.
      Merci

      Supprimer
    11. C'est joli, un zeste de gracieuseté. Ça a quelque chose de léger qui me plaît bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Ah! cher Daniel, c'est très sympathique à toi! Merci

      Supprimer
  3. hé oui célestine a raison ; on aime recevoir ces mots là , puissants et légers comme des ailes de papillon
    merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie que le poème t'inspire avec les mots frétillants comme les ailes de papillons.
      Bonne soirée Sylvie

      Supprimer
  4. C'est léger, sensuel, très amoureux, très heureux... l'amour dans sa tendresse et son envie de toucher et... dessiner!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, léger comme des plumes de papillons et sensuel et amoureux comme un doux clair de lune.
      Merci Edmée

      Supprimer
  5. Ici, chaque post est une ode à l'amour, à la tendresse et à la sensualité. Les mots coulent de source, traversent les zones euphotiques pour éveiller l’émoi, la sensualité, la tendresse et les amener à fleur de peau pour un corps à corps impétueux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bonheur que de s'exprimer sous forme d'ode, de poème ou ballade ! le tout c'est de dire notre ressenti, par des envolées lyriques, par des fleurs, par des métaphores, par toute autre expression, notre amour, notre bonheur, notre amitié quand ils éclosent comme un printemps enfiévré et épanoui pour que la vie soit toujours portée au firmament.
      Merci Chinou pour tes mots pleins de poésie et d'amitié.

      Supprimer
    2. Tu es trop généreux avec moi. Je ne sais pas écrire de façon poétique ou romantique même si je vibre ainsi. Oui Bizak, mon amitié t'est acquise en espérant qu'un jour elle ne sera plus virtuelle. J'aime ton expression "printemps enfiévré"

      Supprimer
    3. Tu l’as bien dit Chinou, tu vibres ainsi. Chacun a sa façon de s’exprimer, de faire de la poésie, il n’y en a pas une seule. Toi, tu le fais très bien avec la peinture, mais cela n’enlève rien à ton engouement pour la poésie, et pour l’écriture, même si tu dis que « tu ne sais pas écrire de façon poétique », ce que je trouve injuste. J’ai lu tes petites phrases sur tes dessins qui n’ont rien à envier à la poésie. En tout cas quelque soit ton outil d’expression, ça reste de la poésie ; Et de te citer, Simonide de Céos,un poète lyrique grec : La peinture est une poésie silencieuse et la poésie une peinture qui parle.
      Bisous Chinou

      Supprimer
  6. Merci Bizak d'élargir mes connaissances. Même si comme le dit Paul Morand -les citations sont les béquilles des écrivains infirmes- je mentionnerai cette citation dont tu me fais cadeau dans un de mes prochains posts. Bien à toi. Chinou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je comprends bien Paul Morand, les citations sont faites donc pour être mises sous le boisseau! ^^
      Bonne journée Chinou

      Supprimer
    2. Paul Morand n'est pas précisément l'écrivain que je préfère...
      Tes citations ne sont pas des béquilles, Bizak, ce sont des diamants dont tu ornes tes propos toujours judicieusement, révélant ta grande culture.
      Alors non, Chinou sera d'accord avec moi, j'en suis sûre, ne les mets pas sous le boisseau, ce serait dommage...Et continue de nous citer tes poètes et romanciers préférés.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Combien de romans fabuleux d’écrivains non moins fabuleux qu’étaient Victor Hugo, Stendhal, Jean Paul Sartres, et d’autres et d’autres…avaient porté en épigraphe, des citations, des paroles en prose, des vers. Comme le roman célèbre par exemple de Stendhal, le rouge et le noir qui portait en épigraphe, cette citation de Danton : « La vérité, l’âpre vérité. »
      Personnellement, j’ai toujours considéré les maximes, les citations surtout quand elles sont fortes et souvent justes, comme une nourriture dont on se délecte savoureusement et surtout que l'on fait partager. Mais le devoir moral, nous impose seulement de citer leur source.

      Supprimer
  7. Tes mots sont légers et délicats comme des caresses, c'est sans doute cela qui nous touche tant, Bizak. Continue à nous offrir tes poèmes, c'est un plaisir immense de les lire. Merci à toi, cher poète. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise pour ces mots pleins de délicatesse et suis très heureux que mon poème te plaise.
      Bonne journée Françoise

      Supprimer

  8. J'ai vu dans ton poème, le visage de l'aimé(e) qui peu à peu se dessine, mieux s'imprime dans le coeur et le corps de l'artiste, avec beaucoup de douceur et de tendresse. Tes mots sont un bercement ce soir. Merci à toi. Belle nuit étoilée pour toi ce soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est beau ce que tu dis ElLinda, avec des mots à toi, pleins de poésie. Merci à toi
      Belle nuit aussi pour toi ElLinda.

      Supprimer
  9. Quelle délicatesse, bizak, quelle légèreté,... tes mots glissent si purs, si harmonieux, en-chantent et nourrissent parfait-aimant notre âme romantique...
    merci beaucoup....
    ...De ma Provence qui transpire la canicule, je t'embrasse...
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bel éloge Den, venant de ta part, cela me fait plaisir, d'autant que tes mots sont pleins de poésie. Merci l'amoureuse de la Provence, chère à Pagnol, René Frégni que j'aime tant.
      Je t'embrasse aussi Den

      Supprimer