samedi 3 septembre 2016

L'arôme d'un texte, l'écriture qui chante et nous parfume




Pourquoi certains blogueurs, blogueuses, ont ce don, cette faculté d'écrire n'importe quel texte, billet sur n'importe quels sujets, scientifique, libertaire, philosophique, humoristique, érotique, pastoral et j'en passe.., qui au premier abord pourrait paraître simple et léger, mais quand on le parcourt, on le trouve chantant et d'une musique parfumée et mélodieuse ? Hé, hé ! c'est qu'il nous réveille de notre torpeur ou de notre paresse, ce texte, comme si on venait de goutter au nectar des anges et qui nous entraîne sur un chemin, de découverte en découverte, de mot après mot, sans jamais nous en lasser.

La question, ce n'était pas tant, dans les mots utilisés, les plus sophistiqués, les plus précieux, les plus sonnants, les plus prétentieux et tout le tintouin. Non, la question était que, même avec les mots les plus simples employés, lambdas, on leur trouve, la petite touche, la petite teinte, la petite patte, harmonieuses incrustées, ajoutées, introduites, qui fait que le texte devenait tellement bien enrobé de miel, de sucre, qu'il nous donne envie, de le lécher, le boire jusqu'à tout notre contentement.

On peut dire qu'ils, qu'elles ont la main bienheureuse, ces blogueurs, blogueuses. Le plus fade des sujets, thèmes, devient un scoop, une pépite d'or, il prend les couleurs de vie et du ciel entre les mains de fée qui le triturent, le malaxent pour le bonheur final des lectrices et lecteurs.

Il n'y en a pas beaucoup qui peuvent prétendre, se prévaloir de cet art, finesse de mettre du sel dans un texte qui lui donne tout ce charme époustouflant, ensorcelant qui nous ravit et qui enclenche de suite, des commentaires tous azimut, qu'au terme de la journée, il était envahi des commentaires infinis, entraînant de fait des débats souvent inattendus et tellement riches. J'ai vu d'autres textes autrement bien étoffés, bien tournés, bien structurés, mais fades, inertes et sans vie. J'en ai rien à foutre de ces textes ennuyeux à mourir, autant prendre un ouvrage d'un quelconque romancier et me détourner de ce qui me lasse. Céleste, une amie blogueuse et quelques unes d'autres rares, qui  font partie de ces spécimens, nous donnent le plaisir et la joie de les lire et nous réconcilient avec la lecture tout simplement. Leurs mots, leurs  peintures ( je n'oublie pas Chinou qui nous donne ce plaisir d'admirer ses belles aquarelles rendant tellement vivants les paysages de France), leurs touches personnelles, apportent tant de chaleur et de bonne humeur à la blogosphère. Et, ce qui ajoute à tout ce plaisir d'être de la partie, c'est qu'on en sort satisfait, reconnaissant, un peu plus éclairé et qui fait me promettre que ce n' est pas assurément ma dernière visite en ces lieux de convivialité et d'amitié auxquels on y reste tant attachant...

45 commentaires:

  1. Je pars faire ma sieste et , un sursaut me pousse à faire clic sur ton blog bien que tu ne publies que rarement tous les deux jours. Et là, merveille, je te retrouve Bizak, toi, réconcilié avec les mots. Ta plume court et chante . Elle est "gouleyante" comme un grand cru de bourgogne. J'ai eu peur, je l'avoue, que fâché avec eux, tu lâches les mots, ceux qui tissent notre amitié et notre partage. Mais là je te retrouve, authentique et sincère, amant du beau et du vrai. Hier, j'ai eu un message privé d'un blogueur me disant qu'il n'osait laisser de commentaire sur mon blog. Mais pourquoi donc ? Certes, tout le monde n'a pas ta faculté d'écrire mais lorsque les mots sont sincères ils ne peuvent que toucher l'âme. Et aujourd'hui j'avais BESOIN de lire ton billet qui me touche. Merciiiiiiiii. Je vais me reposer, grâce à toi, rassérénée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m’enchantes Chinou avec tes mots éblouissants, quel ravissement de savoir que tu apprécies mes mots, eux que j’avais dans un moment de chatouillement de mon égo, recalé provisoirement dans ma tête. Mais il se trouve que je me battais contre les moulins à vent. Les mots nous appartiennent, on en fait ce qu’on veut et le plaisir, c’est de les faire chanter,( bien sûr pas dans le sens de rançonner) et d’en faire des pépites pour le plaisir de les triturer, caracoler. Enfin ton commentaire est plus expressif encore quant à notre besoin de les faire vivre et de dire grâce à eux nos ressentis, qui finalement nous font du bien.
      Bises enchantés, Chinou

      Supprimer
  2. Que dire de mieux après Chinou ? Si ce n'est que tu en as oublié plein d'autres...
    Coumarine la délicieuse dont je ne me remets pas qu'elle arrête son blog, Pierre dont les mots sont toujours justes et harmonieux, Françoise qui pose toujours les questions pertinentes, Mel qui nous invite à poétiser dans son petit atelier de mots légers, AlainX qui nous fait réfléchir à des sujets de profondeur d'âme, Orféenix, la poétesse qui tricote les mots comme s'ils étaient cousus de fil d'or et de sel, Edmée et sa plume majestueuse et espiègle à la fois, et tant d'autres, tant d'autres dont je me régale de les visiter, et qui me pardonneront de ne pas les citer. Et puis toi, bien sûr, qui déniche toujours la poésie dans chaque coin de vitre et chaque nuage qui passe.
    La blogosphère regorge de pépites, et c'est bien agréable dans ce monde brutal.
    Bises à tous, et céleste bisou au tenancier du blog ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je n’avais rien oublié, je n’avais pas osé les citer tous et toutes, mais j’avais précisé sur mon billet « et quelques autres », d’ailleurs c’était pratiquement celles et ceux que tu viens d’énumérer que j’ai l’habitude de commenter. Tu les as tous et toutes cités, bon tu en as oubliés quand même quelques unes, Den, Denise, Maria Lina, Daniel et certainement que j’en ai oublié quelques uns, encore. Mais les avoir cités par toi, cela me réjouit d’autant plus que nous avons toujours toi et moi, été du même avis concernant leurs écritures, chacun et chacune bien sûr avec son propre style, un vrai gotha que tu as cité et pas des moindres. Et cela bien entendu, ne me permet pas de juger les autres, les goûts et les couleurs, comme on dit, ne se discutent pas. Merci Céleste pour ton commentaire assez éloquent et merci de m’avoir inclus parmi les récipiendaires, c’est tout un honneur pour moi.
      Bises très célestes

      Supprimer
    2. Je faillirais si je n'ajoutais pas notre amie la poétesse: El Linda

      Supprimer
    3. Tu es adorable Célestine, à peine avais je commencé à lire ce bel hommage de notre ami que je pensais à toi et tes billets intelligents empreints de fantaisie! Je ne suis pas souvent présente mais je me réjouis de l'amour littéraire qui nous unit, doux baisers à tous les deux!

      Supprimer
    4. Disons, Isabelle que je ne suis pas seul à le penser, donc. Venant de toi, la poétesse, cela me réjouit et me conforte d'avoir rendu à César ce qui appartient à Jules. Bisous clairvoyants.

      Supprimer
    5. Bisous Orfee !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Certains ont un réel talent de conteurs( ou conteuses). On fait ainsi sur la blogosphère des rencontres étonnantes. Chacun joue sa petite note de musique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Daniel, chacun va de sa musique, le tout c'est que ce soit agréable à l'oreille. Mais il est vrai, tout le monde n'a pas l'oreille musicale et tout le monde n'est pas Balzac. Merci Daniel

      Supprimer
  4. Je suis bien de ton avis!!! Bise, bon dimanche tout en douceur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lina et je dois dire que pour ton blog aussi, il dégage un charme avec les très belles citations justes et opportunes qui me ravissent à souhait; Et puis les commentaires qui suivent, complètent leur compréhension. Bise à toi Lina et belle journée

      Supprimer
  5. Ce qui compte, à mon avis, c'est le plaisir. Je ne crois pas à l'écriture dans la douleur.
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui certainement pour le plaisir qu'on écrit, quand il s'agit des petits récits ou nouvelles; Mais dans les romans, souvent c'est vraiment dans la douleur qu'on arrive à construire une oeuvre, sans compter la terreur avec le syndrome de la plage blanche. Bon dimanche Bonheur du Jour

      Supprimer
  6. Je sors de mon petit atelier de mots légers (pas toujours légers d'ailleurs) et j'arrive ici - moi aussi je trouve qu'il y a des plumes vraiment fines et vives, c'est un véritable bonheur de les connaître et de les lire .... merci d'avoir écrit ce que je pense aussi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que chacun de nous a son son style dans l'écriture et bien sûr tout dépend aussi du thème qu'on développe.J'aime le style concis, avec des mots simples moins compliquées avec des phrases bien tournées. Guy de Maupassant disait sur l'écriture du roman: "Ayons moins de noms, de verbes et d'adjectifs aux sens presque insaisissables, mais plus de phrases différentes, diversement construites, ingénieusement coupées, pleines de sonorités et de rythmes savants. Efforçons-nous d'être des stylistes excellents plutôt que des collectionneurs de termes rares".
      Merci Mel de ta visite, belle journée à toi

      Supprimer
    2. J'ai oublié de remercier la fée de m'avoir citée dans son commentaire ! ça m'a touchée -

      Supprimer
    3. C'était tout naturel, chère Mel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Du coup, je vais à peine oser signer ce commentaire avec mon blog en lien...
    En tout cas, j'aime beaucoup ce que tu as écrit. C'est si vrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun a son originalité, voilà ce qui est interessant à développer.Je crois, c'est en essayant d'être soi, naturel, sans trop se forcer qu'on arrive à dégager quelque chose de plaisant et de beau, sans faire référence à un autre. les avis des uns et des autres, s'ils sont bien construit, peuvent aider à améliorer son style.
      Merci Anonyme pour tes gentils mots.

      Supprimer
  8. Bon... de toute façon je n'ai pas pu signer, je n'arrive à envoyer de commentaire qu'en étant anonyme...
    Dalva

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas méchant, dalva, le plus important c'est ce que tu écris et ta participation. Merci

      Supprimer
  9. Ce "petit plus" qui donne envie de revenir, cette touche indéfinissable derrière les mots, ça s'appelle le "charme"..
    C'est un peu magique, un peu mystérieux...
    Tu le décris très bien toi-même, Bizak, preuve que tu n'en manques pas non plus...:-)
    Bises et belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots ont toujours été l’essence de nos émotions, je rêve que nous puissions les apprivoiser, pour qu’ils cessent de nous tourner le dos, à chaque glissade inattendue. Je veux construire le beau, uniquement le beau, rien que le beau. Et pour peu que nous les libérions de leurs chaines, les mots feront fleurir nos cœurs, parfois froissés, très souvent involontairement. Merci La Licorne pour tes jolis mots.
      Bises et beau dimanche à toi.

      Supprimer
  10. Nous aimons les mots-sOleils tricotés, détricotés, je crois, toutes,tous autant que nous sommes à nous croiser, nous retrouver ici ou là, avec plaisir, chaque jour, chaque nuit... avec étonnement parfois, attachés fortement à nos plumes diverses qui nous happent, nous attirent, sensibles, émues, ensorcelantes, qui content, racontent, disent le petit mot juste, harmonieux qui touche au coeur, à l'âme, bondissent, accourent, bondissent encore, et nous enchantent... Pourquoi elle, pourquoi lui, pourquoi ce lien se fort qui nous unit !... pourquoi ?... parce que les mots dessinent des phrases, sculptent un dialogue. Ce n'est pas de moi, et je le regrette, mais de Benjamin Vautier qui l'écrit... et il a bien raison...
    Ecrire c'est poser des mots choisis sur la page, les uns après les autres, et ensemble réunis ils construisent des ponts d'amitié, de reconnaissance... tout simplement des liens... et ce n'est pas rien.
    Merci à toi bizak pour le thème de ton billet,... et heureuse de me retrouver ici parmi vous.
    Bon après-midi à toi ainsi qu'à nos Âmi(e)s fidèles.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce bel enthousiasme Den, pour ce bonheur d'écrire. Ecrire nous délivre de nos angoisses, nous permet de nous affermir encore plus notre confiance. J'aime cette phrase de Célestine sur un de ses billets consacrés aux"mots": "« Les plus beaux( mots) possèdent cette âpreté des fauves languissants, et ne se laissent pas dompter facilement." Que dire de plus que ça. Oui Den, les mots construisent les liens d'amitié et permettent le rapprochement et renforcent nos liens d'amitiés.
      Bisous à toi den, merci pour ton très beau commentaire.

      Supprimer
    2. Que de compliments !!!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. C'est amusant, car je viens de chez Célestine, et je me disais que je l'enviais, elle, toi et d'autres, à avoir cette facilité d'écriture, cette finesse d'écriture, que je ne possède pas. Mais il y a de la place pour tout le monde sur la blogosphère, pour chaque style, pour chaque univers. Certains nous parlent mieux que d'autres, et c'est très bien, car il en faut pour tous les goûts. Merci Célestine de m'avoir citée, c'est gentil. Et merci à toi, Bizak, pour ce billet qui tombe à pique ! (sourire)
    Belle journée à toi. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, et c'est normal.
      la bienveillance, c'est le vent des blogs... Doux et rafraîchissant à la fois...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Françoise: Oui Françoise chacun va à son propre rythme et se libère en écrivant. C'est la liberté acquise dans les mots qu'on met qui est le plus interessant. Autrement pour le style et le développement d'un sujet donné, cela reste selon le loisir et la possibilité de chacun. Bisous à toi
      @Celestine: Oui c'est bien normal, comme tu le dis, la bienveillance c'est le vent des globes et blogs.
      Bisous

      Supprimer
    3. muahaha le vent des globes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Quel joli titre pour ton billet, bizak... l'ârome d'un texte... C'est si vrai! Chez toi, je trouve une jolie plume qui coule en douceur et cela me fait le plus grand bien de te lire.
    Merci de m'avoir citée, n'étant pas poète, je suis à des années lumière des personnes que tu cites et de toi.
    Douce fin de ce dimanche.
    Bises et mes pensées amicales :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu as ta façon de tenir ton blog, Denise qui est merveilleuse. Le plus important c'est d'avoir le plaisir à te lire; C'est le sujet de mon billet où il s'agit avec moins de mots grandiloquents et sophistiqués, de construire un bon texte ayant une grande portée et qu'il y ait contentement à le lire.
      Merci pour tes mots Denise et bise à toi;

      Supprimer
  13. A mon avis... Les mots ne sont que des instruments.
    Un instrument abandonné ne donne aucun résultat. C'est celui ou celle qui manie l'instrument qui obtient un résultat...
    Nous ne lisons pas les mots, nous lisons l'âme au moment où elle utilise les instruments appelés "mots"...
    Rien n'est figé car l'âme est changeante à chaque instant ; tout comme la vie. Nous apprécions l'instant ou pas, sachant que l'instant est éphémère...
    C'est lorsque nous nous connectons à nos âmes que nous sommes les plus lisibles...
    Inutile de se mesurer les uns aux autres... à part si nous prétendons au prix Goncourt...
    Sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Inutile de se mesurer les uns les autres » c’est tout le profond sens de mon billet. Je peux, par contre aimer ou ne pas aimer un texte, quand il ne m’inspire pas, quand il est surtout chargé de mots éloquents, trop emphatiques (inutilement souvent !) mais sans âme, car un mot a besoin d’être mêlé aux autres avec ses propres nuances pour lui donner forme, et intonation propre dans le texte. Chaque écrit, surtout littéraire, dont la poésie, est unique, comme une peinture, on la sent, on la vit. Les mots comme vous l’aviez dit sont des outils, instruments, ils peuvent faire mal, ils peuvent faire bien. J’ai cité Célestine, même si certains autres ont aussi dans leurs écrits, leurs façons, leur touches personnelles, ce qui ne diminue en rien la qualité du travail fait ; j’ai cité donc, Célestine, car elle a cette façon, ce doigté (dirais-je) de faire rire un mot, le plus triste et d’en faire pleurer un autre, le plus gai. Même sans faire appel à un vocabulaire fourni, elle jongle avec eux comme une vraie funambule, et non sa « funambulle », mot propre à elle, crée dans un son autre blog, farci de dessins dont la principale représentation est une nymphe, une naïade baignée dans un paysage d’un pays de cocagne (être dans sa bulle, tout en étant en équilibre).
      Personne donc ne se mesure à l’autre sinon qu’il s’agit, juste de construire un texte qui plaise, harmonieux et beau, sans pour cela faire appel à tout le dictionnaire ; le reste, chacun son goût , rien de plus.
      Merci de votre visite

      Supprimer
    2. @Gilles
      Nous ne lisons pas les mots, nous lisons l'âme au moment où elle utilise les instruments appelés "mots"...
      J'aime beaucoup cette phrase, je la trouve très juste.

      @Bizak
      merci pour ton enthousiasme j'en suis confuse.
      Ecrire, j'aime ça depuis que je suis toute petite...ça doit être pour ça que les mots me viennent tout naturellement !

      Bises à vous deux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Je pense que plus on a de l'imagination, plus les mots viennent facilement et certes, Célestine excelle en tous points par son charisme quand elle jongle avec les mots. Non ce n'est pas donné à tout le monde mais celui ou celle qui a envie d'écrire peut très bien le faire simplement et sa plume glissera sans effort. Bizak tu sais très bien manier les mots et il est très agréable de venir te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel beau commentaire que le tien, il me va droit au coeur. Tu as raison, Lauriza, Célestine excelle quand elle jongle avec les mots , j'ai toujours dit que c'est une virtuose dans la narration et la description; Et puis elle a ce petit quelque chose qui fait que son texte "prenne" comme une pâte, au fur et à mesure de son déroulement. Je te remercie aussi pour tes jolis mots à mon endroit. Bonne soirée Lauriza, merci d'être passée.

      Supprimer
    2. Rhôô ! je vais finir par rougir vraiment ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Célestine:Tu n'as point à rougir si tu excelles dans l'art de nous concocter des textes qui nous ravissent et qui donnent du punch à la galerie de la blogophère de s'y immerger pour un moment de divertissement et de réjouissance. Bravo

      Supprimer
  15. l'arôme.... miam on sent les effluves parfumées, bonsoir , tu vas bien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Sylvie, ravi de ton retour, tu manquais à la blogo. Oui je vais bien, merci! Belle nuit à toi.

      Supprimer
  16. "Ecrire c'est peindre des mots" quelle belle image!!! Et quand je peins j'écris des histoires aussi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui assurément Cathy, peindre c'est conter d'une autre manière des histoires. C'est souvent plus beau et plus profond. Merci de ta visite Cathy.

      Supprimer