dimanche 29 janvier 2017

Les Feuilles Mortes

Blog en repos







Sur la branche ténue
D'un grand magnolia
Vient souvent l'oiseau
Aux ailes amples et colorées
Il se rappelle un rêve
Fait un jour dans un pré
Où vivent les alouettes
Bercées de chants mélodieux




24 commentaires:

  1. J'espère que si le blog est en repos, c'est que Bizak le poète prend un peu de repos mais reviendra nous enchanter encore et encore avec ces douces rêveries. J'espère que l'oiseau reviendra aussi chanter à nos oreilles la douce mélodie du printemps. A bientôt cher poète. Mais ne te repose pas trop. ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Succomber à l'appel d'un chant...Voilà une belle raison d'en suivre la mélodie...Bonne pause... Par contre en rentrant ne pas oublier de ramasser les feuilles mortes !!! Bises

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce beau partage, bonne pause tout en douceur!

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends, j'accepte mais cela m'attriste. Ton bien être passe avant mon plaisir mais quelques nouvelles en MP me rassureraient: je n'aime guère les oiseaux noirs.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour bizak,
    Quand le vague à l'âme fait des retours incessants entre hier et aujourd'hui, quand la page est trop blanche et que les mots raturent le coeur, une pause est salutaire le temps de se recentrer sur soi...

    Prends bien soin de toi et nous attendrons ton retour.

    Mes bises l'ami

    RépondreSupprimer
  6. J'espère qu'il s'agit d'un repos choisi, et qu'il va t'être doux...
    Ta nostalgie est suavement mélodieuse. A très bientôt!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour bizak, merci pour ce beau poème et je te souhaite de tout coeur une douce pause avec mes bises, à bientôt.

    RépondreSupprimer
  8. Bonne pause et reviens nous en plein forme. L'oiseau t'attend sur la branche ténue.

    RépondreSupprimer
  9. J'aime particulièrement cette chanson, mais la saison des feuilles mortes est passée et j'espère que bientôt tu nous chanteras la chanson du printemps. Les petites pauses en général font le plus grand bien simplement j'espère que ce n'est pas une question de santé. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  10. Sur la frange délicate des fleurs
    Un peu d’écume de songe reste encore
    Accrochée comme un rêve aux pétales des ailes
    D’un papillon meurtri
    Et la blessure du temps fait couler de son cœur
    Un nectar des souvenirs
    Bien sûr qu’il lui souvient
    A son cœur alangui
    Comme sous le pont Mirabeau
    Coule la seine d’Apollinaire
    Le vent des pierres blanches
    lui dit que rien n’efface le bonheur d’un instant
    Même s’il croit glisser dans l’oubli
    Il lui dit que l’espoir fait vivre
    Dans un monde où l’enfance est comme un rêve enfui
    Où la guerre est partout
    Heureux sont les poètes
    que le repos nous rende ton regard
    Bienveillant et profond
    Je t’embrasse du bout de mes ailes de fée
    et retourne me poser
    avec les alouettes aux chants mélodieux
    cher oiseau

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour vos mots, Dédé, Paradisalia, Maria-Lina, Chinou, Michèle, Arielle, La Baladine, Denise, Daniel, Lauriza, Célestine
    Votre passage me touche, le bonheur resplendit en moi, pour chacun de vos mots. J’ai de la chance de côtoyer et d’échanger avec des âmes où l’amour, le beau, la poésie, les chants sont au dessus de tout et sont les ingrédients qui nous soudent et nous donnent espoir que la vie sait se nourrir et se perpétuer quand de votre bon cœur n’émanent que lumière, j’en suis heureux. Vous me donnez des ailes, vous me donnez du souffle, vous me ressuscitez. Je vous embrasse.
    Oh ! Cœur embelli
    Un ciel plein d’hirondelles
    Printemps enivré

    RépondreSupprimer
  12. Que ta pause soit douce et bienfaisante, Bizak. Nous t'attendrons, mais ne tarde pas trop. :-)
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  13. Une pensée amicale, bizak, en t'attendant, tes mots me manqueront Âmi poète. Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
  14. @Françoise, sylvie, Den: Merci pour vos mots doux qui me ravissent comme toujours, ils m'apportent un souffle revigorant et cordial embaumé de votre chère amitié; Françoise, sylvie, Den, je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  15. Blog en repos, mais dans le silence d'autres poèmes se construisent et s'étirent... bientôt prêts à naître dans un baillement paresseux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! combien tes mots sont justes, Edmée. Le silence nous aide à reconstituer et construire nos maquettes de mots qui n'attendaient qu'à s'y incruster. Merci Edmée. Bisous

      Supprimer
  16. Comme j'aime cette chanson. Bon repos - toujours important de pouvoir se reposer, se ressourcer.

    RépondreSupprimer

  17. ah! la fragilité de nos rêves
    aussi frêles que la branche de ton magnolia.
    Et pourtant, nous leur devons de l'importance.
    Car sans eux, que serions-nous!
    Quelques fois, non pas le rêve tout entier,
    mais quelques bribes viennent prendre part dans notre quotidien,
    l'embaumant de leurs effluves, comme un magnolia au printemps fait naître en l'oiseau son chant éternel.
    bises mélodieuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes mots sont aussi sublimes que ceux que je viens de lire sur ton blog,"dans le tic tac d'une journée", ils ont le parfum de ces roses même si frêles et fragiles comme les rêves, elles nous donnent ce beau parfum du printemps. Merci El Linda pour tes mots toujours pleins d'enchantement; Bises ailées.

      Supprimer
  18. Il nous faut écouter
    La chanson des oiseaux
    Le rêve dans un pré
    Le souffle du ruisseau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un souffle nouveau qui naît devant tant de splendeur de la nature et le chant de l'oiseau. Ravi pour tes mots toujours mélodieux. Bise Marie

      Supprimer