mardi 5 mars 2019

Le lys a germé...!




"Des mots, une histoire" d'Olivia Billington -2-
Un poème à l'encens baudelairien, me paraît utile, pour résorber ces mots disjoints et torturants au nombre de huit:
poulpe - lys - insomnie - fromage - superflu - désolé.e - crustacé - émotion 


Mon délire nourri de mes agapes
Me donne des insomnies tout au long de la nuit
Crustacés et poulpes sont mes péchés mignons
Du fin fond des abysses je revois mes mirages
Me rappelant une vie désolée et superflue
Égaré et ne sachant où aller dans cette triste vie
Je me morfondais dans mes émotions galvaudées
Mais de tous mes rêves pavoisés, un seul avait germé :
Le lys que j'avais cueilli dans la vallée de mon coeur 

* Pour le fromage, je l'ai laissé au soin de maître corbeau

45 commentaires:

  1. Quand les lys s'épanouissent
    ils offrent mille mots au poète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que les lys ont fait ta joie dans tes sublimes envolées

      Supprimer
  2. Et c'est bien le plus beau de tous les rêves : celui de l'amour.
    Peu importe les errances, il faut réaliser l'essentiel.
    Ta poésie me comble toujours Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes mots, Patrick sont toujours sensés et bien réfléchis. Merci pour tes si beaux compliments.
      Bien à toi Patrick

      Supprimer
  3. pourtant c'est un Français qui a dit qu'un repas sans fromage est une belle à qui il manque un oeil ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressante hypothèse que je ne connaissais pas, mais pour le corbeau ce n’était qu’une fable.
      Merci de votre visite Adrienne.

      *J’ai tenté plusieurs fois et ce, depuis belle lurette de placer un mot chez vous, mais Wordpress n’y consent pas !!??

      Supprimer
  4. J'aurais bien vu son odeur (du fromage) s'échapper des abysses, mais ton histoire est autre et bien belle aussi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi qu’il vous ait plu, mon texte, Patch Cath !
      Merci beaucoup

      Supprimer
  5. Le poème est très réussi, ce qui n'était pas du tout évident, au vu des mots "disjoints et torturants" qu'il fallait intercaler!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre encouragement, Antoine. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai foncé sans ‘fromage’ dedans.

      Supprimer
  6. Tu as bien choisi les adjectifs pour ces mots, oui. :)
    Heureusement que le lys sauve. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lys sauve toujours, et c’est une fleur d’innocence.
      Et j’aime bien ces petits vers du poète Emile Nelligan :
      Par le chemin du souvenir
      Fleuri de lys d'innocence
      Au jardin de l'Enfance
      Belle après-midi

      Supprimer
  7. Qu'il est beau ce texte malgré des mots imposés pas jolis !
    Ghislaine

    RépondreSupprimer
  8. Je ne me suis jamais essayé à ce genre d'exercice donc j'admire l'éclosion du lys mais quand même... en tant que bonne montagnarde et adepte inconditionnelle de la fondue, il me manque le mot...fromage. :-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n’est pas que je n’aime pas les fromages, mais c'est que le reste des mots était tellement triste, que le fromage s’était vraiment fondu et même confondu en excuse de ne pas avoir été au menu.
      Bises méditerranéennes.

      Supprimer
  9. Le lys dans la vallée et un bon fromage pour maître corbeau, tu penses à tout vraiment :) Jolie perles de mots enfilées en un collier fluide et poétique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est très gentil chère amie, pour tes louanges raffinées ! Les perles mots enfilées en un collier fluide… ! J’aime bien.
      Merci Edmée

      Supprimer
  10. Le lys et son odeur entêtante, une si belle image de mai !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est une belle fleur qui enchante l’âme.
      Merci poétesse, pour ton passage.


      Supprimer
  11. Heureusement tu n'as pas publié le corbeau !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais alors raconté la fable du corbeau et du renard !

      Supprimer
  12. Il est vrai que le fromage était superflu... Bises, bravo Bizak. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Superflu, le fromage ! par pour le déguster en tout cas.
      Bises Brigitte

      Supprimer
  13. Ah les lys et les poètes...Compte sur Maitre Corbeau pour savourer ce fromage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les poètes et les lys ! Lamartine déjà déclamait:
      "- Comme un lys sur les eaux et que la rame incline
      - Sa tête mollement penchait sur sa poitrine

      Merci Marie

      Supprimer
  14. Joliment trouvé et écrit, Bizak ! :-)
    Et tu as trouvé le moyen de caser le fromage ! :-)
    Bonne soirée à toi, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il était difficile de caser le fromage dans ce billet, mais il se complaît bien dans notre palais.
      Bisous

      Supprimer
  15. Ton lys est magnifique ! et tu sais jouer avec les mots !" en somme avec les mots, il faut les laisser faire
    Par eux se laisser faire…." Guillevic
    Merci Bizak pour ce poème ! je t'embrasse, bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ajoutait entre autres : Ne pas les bousculer, les contrarier, mais les apprivoiser en se faisant soi-même apprivoiser… !
      Merci noëlle pour ce bel extrait du poème de Guillevic.
      Je t’embrasse

      Supprimer
  16. Le Lys dans la Vallée...une très belle histoire en filigrane de ton beau poème...
    Je n'ai pas participé cette fois car j'étais en voyage auprès d'une toute petite fille qui fait mon bonheur.
    Je t'embrasse cher poète
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravi que tu fasses de très belles escapades vers ton petit ange, le bonheur y est toujours présent, le temps passe comme un rayon de soleil dont on sent sa chaleur nous parfumer et nous pénétrer pleinement. Comme un lys, ton ange, te répand de la douceur et de la pureté.
      Merci Célestine
      Je t’embrasse chère amie

      Supprimer
  17. J'aime tes péchés mignons (qui sont les miens aussi), qui vont se loger dans la vallée de nos estomacs plus que dans celle de nos coeurs!
    Bonne journée Bizak, amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joli, ta répartie, quant au sort fait au fromage, il a su trouver un si bel atterrissage.
      Mes amitiés aussi, Colo
      Belle nuit même si tu es déjà dans les bras de Morphée.

      Supprimer
  18. Bizak,
    Le lys de la vallée de mon cœur, c’est délicieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est délicieux et envoûtant ! Sa légèreté et sa pureté sont évanescentes et éternelles à la fois.

      Supprimer
  19. Un très beau tableau pour un non moins beau poème, mes félicitations aux artistes et mes remerciements pour être passé sur mon blog !
    Bien amicalement.
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours été subjugué par ta poésie, même si je ne commentais pas, je la savourais toujours en passant.
      Merci Annie
      Belle journée

      Supprimer
  20. C'est beau, des "rêves pavoisés" ! Bonne soirée, Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'un d'eux a fait naître un lys superbe.
      Merci Tania
      Belle soirée aussi

      Supprimer
  21. Et moi ce matin je vais planter des lys ! Je penserai à vous...

    RépondreSupprimer
  22. Crustacés désolés d'être au poulpe un fromage
    Effeuillez l'insomnie en lys d'émotion
    D'être entiers avalés, vous perdez notion
    De mieux fuir à l'echo d'un superflu dommage !

    Bonsoir Bizak,
    Milles excuses pour ce silence totalement indépendant de ma volonté mais je n'avais plus de portable ! Alors maintenant j'essaie de rattraper mon retard de lecture auprès de tous mes amis de plume. Quel plaisir de me remettre à inonder ton blog de mes vagues admiratives sur tes plages poétiques, à défaut de celles de la Martinique !
    Mes Amitiés, cher poète.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...