mercredi 20 mars 2019

Sereine est la mer...pourtant !



                                   " O triste mer ! sépulcre où tout semble vivant ! "
                                                                           Victor Hugo

" Des mots, une histoire " d' Olivia Billington - 3 -
Les mots retenus et à placer dans un texte sont au nombre de dix : ubac - fluidité - aboyer - berger - geste - feu - poussière - onde - retour - éteindre - chamade 

Sereine est la mer qui sillonne les rivages
Comme nous donnant écho de la geste*
De ces vagabonds des mers, disparus
Que nos cœurs espèrent encore vivants
Elle se morcelle avec fluidité et caresse 
Sur les pavillons du sable noyé et coloré
Dans tous ces silences apaisants, songeur
J'appréhende parfois l'onde de ses vagues
Qui parfois s'étiolent et s'éteignent d'un retour
Mais peuvent sourdre tel un feu nourri et exploser 
En mille poussières d'embruns éclatés.
La mer, ses flots en moutons  galopent au loin
Comme dans une prairie sauvage et ouverte au ciel
Ne connaissant ni berger ni même chien pour aboyer
Et ainsi assagir leurs soubresauts bouillonnants
Ils ne manquent ni de ressource ni de génie
Ils glissent dans les récifs les plus caverneux et profonds
Que même le soleil ne s'y loge et ne s'y aventure jamais
Préférant sonner la chamade et se braquer aux ubacs


*Geste (la  geste) : Ensemble de récits épiques relatant les hauts faits de héros dans la mythologie. Poèmes décrivant les épopées des héros de l'antiquité. 








mardi 5 mars 2019

Le lys a germé...!




"Des mots, une histoire" d'Olivia Billington -2-
Un poème à l'encens baudelairien, me paraît utile, pour résorber ces mots disjoints et torturants au nombre de huit:
poulpe - lys - insomnie - fromage - superflu - désolé.e - crustacé - émotion 


Mon délire nourri de mes agapes
Me donne des insomnies tout au long de la nuit
Crustacés et poulpes sont mes péchés mignons
Du fin fond des abysses je revois mes mirages
Me rappelant une vie désolée et superflue
Égaré et ne sachant où aller dans cette triste vie
Je me morfondais dans mes émotions galvaudées
Mais de tous mes rêves pavoisés, un seul avait germé :
Le lys que j'avais cueilli dans la vallée de mon coeur 

* Pour le fromage, je l'ai laissé au soin de maître corbeau

lundi 25 février 2019

Tout est plongé dans une clarté lunaire...

                                         Image tiré du net




Dans mon village sillonné de sentes sinueuses et cendrées, je dialogue souvent avec la nature qui m'entoure de ses bras fleuris et de ses quelques fontaines murmurantes. Quand je me lève au petit matin, le reflet du soleil levant m'envoie  un sourire  affleurant l'eau de la mer méditerranée sur sa surface joyeuse ; ses vagues déferlent comme un jeu de sauts de moutons pour titiller les mouettes et autres oiseaux de mer avant qu'ils ne se rassasient de ses bienfaits nourrissants.
C'est dans ce village que je me défriche parfois quand j'ai le vague à l'âme. Il faut dire qu'il est perché dans un coin de montagne éloignée du bruit et des funestes braiments des mécaniques de la ville. Quand je me retrouve dans ma petite maison parentale, le silence m'accapare comme une douceur légère et agréable, et la nuit, le ciel me drape de ses oripeaux constellés . Parfois, tout est plongé dans une clarté lunaire indéfinissable et ostensible. Seuls, le bercement du chant des oiseaux qui se préparent à dormir, les quelques sifflements d'un vent doux et les stridulations des insectes des champs, me rappellent à la vie temporelle 

mercredi 20 février 2019

Mon jardin de rêve

                                                                Image du net


"Des mots, une histoire" d'Olivia Billington reviennent, il s'agit de présenter un texte, composé des mots suivants : Activité- soleil- nouvelle- jardin- souvenir- sacré- broderie- pain- collision- printemps- souffle- rêver 


Dans mon beau jardin de rêve
Somptueux et langoureux
Je cueille sans fin de nouvelles utopies
D'un printemps éternel et féerique
Tout est broderie et fleurs sacrées
Où le soleil souffle tel un grand désir
Il brûle comme un pain chaud
Savourant les délices de sa quiétude
Et dans les bribes de quelques souvenirs
Me parviennent de superbes visions
Qui prodiguent des collisions joyeuses
Comme d'un volcan en activité
Dans les cœurs tourneboulés



                                                               

jeudi 7 février 2019

Mon coup de foudre !

Car son âme retiendra la vérité de votre coeur, comme le goût du vin persiste dans la bouche, alors que sa couleur est oubliée, et que le flacon n'est plus.
                                                                                                Khalil Djibran



J'ai longtemps cherché à lire dans mes rêves, mes rêves vécus et à comprendre le sens de la vie. Mais au fin fond de ma solitude qui a germé au fil des ans, je doute de l'être humain. N'est-ce pas, du reste, qu'on dit souvent que l'absence, l'éloignement ébrèchent les sentiments, oblitèrent les lignes de notre âme et estompent toute la fraîcheur et la beauté de notre coeur.
Mais est-ce toujours le cas, si vraiment les êtres avaient du sang dans les veines et non de l'encre délébile, car pour les premiers, l'envolée se colore de vermeil et l'éloignement ou l'absence ne désemplit pas leur rêve, et l'amour ou même l'amitié, quand il est fort, il ravive à souhait le bonheur entrevu et fait revivre le passé, qui par son souvenir, il s'élève encore et grandit.
J'ai longtemps cru en l'éclair du ciel quand il frémit d'orage propice et bienfaisant, et je doute aujourd'hui qu'il soit fécond pour espérer en lui un quelconque germe de vie.

mercredi 23 janvier 2019

Si tu penses !

               
                              La beauté rayonne dans la simplicité et la légèreté des choses.



Un jour, sous notre ciel bleu délavé
Nos cœurs ardents se rencontreront
Je t'offrirai mille rêves en une brassée de saveur
Et éperdument je boirai dans tes yeux azur
Mes mains s'ouvriront comme un champ de blé
Pour cueillir tes rêves dentelés
Dans le soupir et la promesse
D'écouter battre ton cœur échevelé
Je respirerai le parfum de ta peau de jouvence
Imprégnant entièrement la mienne enflammée
Saurai-je atténuer mes élans de bonheur
Pour toi, l'astre que j'ai toujours sublimé
Qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige.


lundi 14 janvier 2019

Comme le vent !



Parti, sans crier gare ! j'ai suspendu mon temps bloguesque.
Comme le vent, j'ai sillonné maints coins et recoins, sur le sable oublié, sur les collines effacées, sur les mers indomptées.
Comme le vent, je n'ai rien ramené dans ma besace que mes rêves oubliés
Et comme le vent, je sèmerai des pépites d'amour, sur mon chemin de vie.
                Bien et heureuse nouvelle année à toutes et tous.
                                                 Bizak

Quelques mots laissés sur une oasis de passage:

Qu'il est dur de nourrir les mots
Quand l'amour part en vrille
Les peines de mes jours volatils
Me lacèrent les élans de mon coeur
Pourquoi le ciel se met-il au gris
Quand le temps s'y prête le moins ?
Quelle est cette torpeur qui anéantit mon esprit 
Et malmène langoureusement mon âme ?
Le monde est-il sans signifiance ?
Alors que la vie est palpitante à l'horizon 
Il me tarde de reprendre la route
Pour cueillir des présents lumineux
Et pleins de si beaux chants immaculés


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...