jeudi 7 février 2019

Mon coup de foudre !

Car son âme retiendra la vérité de votre coeur, comme le goût du vin persiste dans la bouche, alors que sa couleur est oubliée, et que le flacon n'est plus.
                                                                                                Khalil Djibran



J'ai longtemps cherché à lire dans mes rêves, mes rêves vécus et à comprendre le sens de la vie. Mais au fin fond de ma solitude qui a germé au fil des ans, je doute de l'être humain. N'est-ce pas, du reste, qu'on dit souvent que l'absence, l'éloignement ébrèchent les sentiments, oblitèrent les lignes de notre âme et estompent toute la fraîcheur et la beauté de notre coeur.
Mais est-ce toujours le cas, si vraiment les êtres avaient du sang dans les veines et non de l'encre délébile, car pour les premiers, l'envolée se colore de vermeil et l'éloignement ou l'absence ne désemplit pas leur rêve, et l'amour ou même l'amitié, quand il est fort, il ravive à souhait le bonheur entrevu et fait revivre le passé, qui par son souvenir, il s'élève encore et grandit.
J'ai longtemps cru en l'éclair du ciel quand il frémit d'orage propice et bienfaisant, et je doute aujourd'hui qu'il soit fécond pour espérer en lui un quelconque germe de vie.

mercredi 23 janvier 2019

Si tu penses !

               
                              La beauté rayonne dans la simplicité et la légèreté des choses.



Un jour, sous notre ciel bleu délavé
Nos cœurs ardents se rencontreront
Je t'offrirai mille rêves en une brassée de saveur
Et éperdument je boirai dans tes yeux azur
Mes mains s'ouvriront comme un champ de blé
Pour cueillir tes rêves dentelés
Dans le soupir et la promesse
D'écouter battre ton cœur échevelé
Je respirerai le parfum de ta peau de jouvence
Imprégnant entièrement la mienne enflammée
Saurai-je atténuer mes élans de bonheur
Pour toi, l'astre que j'ai toujours sublimé
Qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige.


lundi 14 janvier 2019

Comme le vent !



Parti, sans crier gare ! j'ai suspendu mon temps bloguesque.
Comme le vent, j'ai sillonné maints coins et recoins, sur le sable oublié, sur les collines effacées, sur les mers indomptées.
Comme le vent, je n'ai rien ramené dans ma besace que mes rêves oubliés
Et comme le vent, je sèmerai des pépites d'amour, sur mon chemin de vie.
                Bien et heureuse nouvelle année à toutes et tous.
                                                 Bizak

Quelques mots laissés sur une oasis de passage:

Qu'il est dur de nourrir les mots
Quand l'amour part en vrille
Les peines de mes jours volatils
Me lacèrent les élans de mon coeur
Pourquoi le ciel se met-il au gris
Quand le temps s'y prête le moins ?
Quelle est cette torpeur qui anéantit mon esprit 
Et malmène langoureusement mon âme ?
Le monde est-il sans signifiance ?
Alors que la vie est palpitante à l'horizon 
Il me tarde de reprendre la route
Pour cueillir des présents lumineux
Et pleins de si beaux chants immaculés


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...