samedi 23 septembre 2017

Mon temps voleté !



... Eh ! Qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?                      J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !                                                                                                                                                               Charles Baudelaire

Quelques impondérables m'éloignent de la blogo...
Il m'arrive d'être pris par un genre de saudade et de ne pouvoir tournoyer avec les mots. Peut être est-ce l'entrée de l'automne qui me tortionne. J'ai peur d'être fastidieux, alors je me terre, je me tais et je lis quand je ne peux rien absorber d'autre.
Désolé mes amis, d'être absent pour quelques petits jours, je vous laisse mes quelques mots pris au vol :



Le temps, mon temps voleté
Mes nuages survoltés
Soleil en panne d'amour
Je glisse dans mon miroir
Je le cueille et lui souffle des mots
Il tremble et ne dit mot
Le temps, mon temps délabré
Mes tempêtes grisées
Je cueille mes doigts enfouis
Dans le sable des océans solitaires
Et découvre l'amour nu
Accroché à ma vague de vie.


 
                                                                                                  


lundi 11 septembre 2017

Qui sait un jour peut être, je t'écrirais...!

                                               

Nous sommes comme les noix : nous devons être brisés pour être découverts.
                                                                        Khalil Djibran




Je t'écrirais un jour peut être une lettre, pour connaitre la couleur de tes yeux, de tes cheveux, comment ils brillaient dans le silence de la nuit et sous les étoiles fleuries.
Tu me diras alors, pourquoi quand tu marchais, tu faisais des pas de danse et que ta silhouette ressemblait à une île inconnue même des immortels.
 La cadence de tes pas m'était comme une musique que j'avais entendue une nuit à la lisière de mon sommeil qui me rejoignait enfin. 
Peux-tu me reconnaître après tous ces temps passés et je sais que tu me reconnaîtras, car je n'ai point changé pour toi, j'ai suspendu le temps qui cavalait tumultueusement dans les ornières de mes pas. 
D'ailleurs, toi aussi, tu n'as pas changé, je t'ai gardée en tête comme au premier jour de ton envol si léger et frileux, avec ton regard de velours, tes cheveux aux vents qui étalaient leurs couleurs diaphanes dans mes veines.
Je t'écrirais toujours jusqu'au printemps de vie, de toutes les vies.

mardi 29 août 2017

Ma chanson fétiche: Le Lac Majeur



La chanson de Mortimer Schuman, le lac majeur, qui m'a longtemps et bien longtemps accompagné quand mon âme était triste.

 A quel moment de l'histoire italienne se réfèrent les paroles de "Il neige sur le lac Majeur" ?

jeudi 17 août 2017

Easy to remember - Stacey Kent

                                                                                                                                                                                                                                                           Une petite pause, je vous laisse avec Stacey Kent



Je ne suis qu'un brin de temps
Dans cette immense éternité
Mon passage est un trait de lumière
Parmi les innombrables étoiles en suspens
Je faufile comme un feu follet
Dans le coeur des astres en dentelles 
                                     Bizak


mercredi 2 août 2017

Comme un envol de réminiscences

Le premier regard, c'est la première note magique jouée sur la corde d'argent de notre coeur                                                                       Khalil Djibran


J'ai rencontré un brin d'amour
Dans un regard profond et doux
Aussi profond que le fond de l'océan
Aussi doux qu'une nuit tendre
Sur le chemin des rails ardents
La nuit quand je m'éveille languissant
Je pense à ce long horizon bleu
Qui me suit souriant et mystérieux
J'ai ressenti les vitres brisées
Quand le train a accosté sur le quai
Il m'a laissé des larmes sur le banc
D'une ombre qui a glissé dans mes rêves
Où irais-je donc boire de ses étoiles ?
Le ciel se couvre à jamais de brume dense
Ma mémoire se fissure dans le temps
Me restent Ô ciel des destins éraflés
Les bribes de son sourire éternel




mardi 25 juillet 2017

Ce temps impassible !


Mon âme est comme un son de cor venu des plaines et qui se fond au clair de lune sous les feuilles. Silence. Mon âme rêve.                        Paul Fort


Mélancolique temps somnolant 
Tu m'as pris mon printemps
Et même mon été
Tu me frémis teint maussade
Tu pèses lourd sur mes épaules
Tant d'embruns sans arrêt
As-tu pensé au jardin de mes rêves ?
L'astre chaud tel Jupiter
Prenant son temps évasé
Me dit de sa haute voix sentencieuse :
La fleur que chaque matin tu évoques
Est à jamais étrillée et disparue
Vis ! tant que ton coeur bat encore
Sous les étoiles, n'attend point
Recueille dès ce jour ouvert au ciel
Ce que la vie t'offre dès lors
Et dans mon silence profond
Je repris enfin un brin de lueur






mercredi 19 juillet 2017

La feuille de laurier ne répondait plus




                            Beaux arbres, je vous supplie de croire que je suis fidèle et toi,
                                  mon beau laurier, garde le souvenir de mes douleurs.                                                        
                                                                         Félix Lope de Véga Carpio




Dans ses mouvements de balancier
Chaque jour la feuille douce du laurier
Racontait une histoire des temps passés
Elle tapotait mécaniquement à ma fenêtre
Elle s'y cognait comme pour attirer mon regard
Elle dansait au rythme du vent et du temps
Du vol des oiseaux et du chant des cigales
Elle était habituée à ses va et vient apaisants
Tant de fois dans la journée
Je venais m'attarder devant ma fenêtre
Elle me berçait par ses oscillations langoureuses
Comme des coups trépignants sur mes tempes
Elle était toujours présente dans mon silence
Et puis un jour, le silence fut plus profond
Plus tonitruant, plus effrayant
La feuille de laurier ne chantait plus
La feuille de laurier ne remuait plus
Par un regard d'où venait le zéphyr
Mes yeux furent médusés et tristes
L'arbre portant le fidèle laurier, 
Ne vivait plus, n'éxistait plus
La nuit, un feu insondable
L'avait absorbé dans son sommeil.