samedi 17 novembre 2018

J'aime chanter

On a plus perdu , quand on a perdu sa passion que quand on s'est perdu dans la passion
                                                                                         Sören Kierkegaard



J'aime chanter sans émettre nul son
Ma voix s'envole je ne sais où
Dans mes yeux s'éclaire le vert des champs
Quand les oiseaux fleurissent le vaste ciel bleu
Ma vie n'est qu'une partition de mes rêves
Que joue mon âme sur la toile de mon coeur
Au gré du vent et des rencontres furtives
Je sème des étoiles partout où la nuit tombe 

lundi 1 octobre 2018

Je sais parler aux arbres

                                      Lorsqu'une feuille tombe, il y repousse toujours une branche. 
                                                                                    Eric Barbé




Je sais parler aux arbres
Comme on parle au vent
Dans le froufroutement de ses mots bleus
Parfois les sons se mêlent au silence
Des douceurs de l'aube qui naît
Du ciel rêveur et somnolant.
Cueille la vie telle qu'elle est
Comme une ligne sinueuse du destin
Célèbre l'amour, il  prendrait des ailes
Qui le feront raviver dans un vol sublime
Et  pendant que les nuages s'évaporent
Donnant au ciel ses couleurs sereines
Lui le grand cercle bleu luisant
Répand du bonheur en quintessence. 

dimanche 13 mai 2018

Il pleut des lambeaux de pluie


                                Car comme il a toujours été, c'est seulement 
                            à l'heure  de la séparation que l'amour connaît 
                          sa propre profondeur.        Khalil Djibran  
                                       


J'ai survolé les nuages haut perchés
Comme un aigle aux ailes mirifiques
Tracté par l'esprit du ciel

J'ai plané sur l'océan paisible
Une fée devait m'étaler ses pans de rosées
Sur un long couloir blanc azuré

Mais il pleut des lambeaux de pluie
Gommant mes rêves au passage
Le printemps a levé ses voiles




dimanche 6 mai 2018

Un jour, le soleil !


Quand ma coupe est vide, je me résigne à ce qu'elle soit ; mais quand elle est à moitié pleine, j'en suis contrarié.        Djibran Khalil Djibran


Ma vie, une tempête de neige 
Qui blanchit les montagnes paisibles
Mes rêves, mes chemins
Taraudés dans tous les sens
Un jour, le ciel dans l'aurore
Chamarré et scintillant
Raviverait le soleil
Glorieux et aimant 

mardi 10 avril 2018

Comme une symbiose de ravissement


Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie. La beauté de l'âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps.
                                                                                                Victor Hugo
                                                                                                    




Quand j'entendais ta voix dans le sillon de tes lèvres
Elle me pénètrait tel un chant résonnant d'or
Et tes cheveux gémissant sur le chemin du vent
Me happaient et me traversaient tendrement

Dans tes yeux de clair flamboyant bleuté
Miroitait le ciel azur d'un doux printemps
Et dans nos corps palpitant et rayonnant
Vaguement se murmuraient des notes languides

Les nuages en vaguelettes tintaient de joie
Sur nos corps ivres et nos rires d'enfant
Comme un rêve ardent qui suspendait le temps

Et coulait une musique en sourdine et paisible
Telle une symbiose d'un parfait éclat de ravissement
De couleurs bariolées et d'effervescences naïves.

vendredi 30 mars 2018

Enivre-toi !


     C'est dans la rosée des petites choses que le coeur trouve son matin et se rafraîchit       Khalil Djibran
       


Enivre-toi que je te danse la farandole
Festin joyeux, cœur enlacé
Ma main dans tes cheveux veloutés
Tes yeux dans mes yeux troublés

Ô princesse des nuits utopiques
Garde ton destin dans ton lit douillet
C'est un envol cosmique déluré
Ma vie n'est que l'ombre de tes souhaits

Serais-je digne de tes bras soyeux
Antilope du désert au cœur de fraise
Ton rire efface mes maux brûlants
Telle une fontaine jaillie du sable

Je te donnerai ma vaste poitrine
Où tu glisseras tes ailes de sirène
Et te relevant comme une déesse
Tu me murmureras tes mots insensés




                                                                              

samedi 24 mars 2018

Pour qu'elle m'entende !



                                          Car comme il en a toujours été, 
                                      c'est seulement à l'heure de la séparation 
                                  que l'amour connait sa propre profondeur. 
                                                         Khalil Djibran





Toi, l'oiseau bleu va vite t'envoler
Pars vers ces montagnes des Pyrénées
Fais un plongeon sur les plaines vertes
Crie fort pour qu'elle te retrouve
La fille de la vallée y est souvent pour s'étendre
A l'ombre de l'arbre qu'elle aurait choisi
Cueille-moi de ces fleurs pourpres qui ne flétrissent jamais
Toi, l'oiseau au regard profond
Admire la beauté du ciel
Quand tu nages sur tes ailes
Et que tu vois planer les nuages
Dessine des arabesques avec tes cabrioles
Et pique du nez vers l'herbe verte de la vallée
Pour y entendre le lys s'enivrer de  sa belle mélodie. 




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...