samedi 11 juin 2016

Dans ma nudité silencieuse!




Une chanson de mon enfance
Qui m'a toujours envoûté et plané
Quand dans mes rêves insoumis
Je me livrais aux assauts du ciel
Afin de décrocher la lune
Pour lui laisser voir du moins
Toute ma nudité silencieuse
Dans le désert de la nuit
Quand le vent a cessé sa course
Les lézards repus d'insectes
Le soleil emmitouflé dans sa toiture

20 commentaires:

  1. Les Aphrodite's child et demis Roussos, oh la la que de souvenirs !
    Ils t'inspirent un bien beau poème...
    Un poème fougueux et sensible, tendre et sensuel.
    merci beaucoup cher poète
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Demis Roussos, et beaucoup de ses chansons, celles surtout qu'il avait faites avec le groupe que tu as cité, les Aphrodite's child surtout marie Jolie, que je fredonne souvent malgré le temps; et puis quelques autres succès, comme We Shall dance.Oui c'est vrai aussi cela m'a beaucoup inspiré et ramené à ma petite jeunesse et le petit poème qui a suivi pendant que je revivais la chanson en la ré-écoutant.
      Merci à toi La Céleste pour tes mots.
      Bisous

      Supprimer
  2. We shall dance...tu m'as replongée dans ma chambre d'adolescente, quand je rêvais toute habillée à des scènes torrides sur des plages enflammées...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que t'étais tout habillée, sinon ça aurait été encore plus enflammé!

      Supprimer
    2. En fait je voulais dire toute éveillée !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Ah! oui, ça change tout!

      Supprimer
    4. C'est mon portable qui écrit parfois n'importe quoi...et emportée par ma fougue j'oublie de relire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Suite logique du très joli texte sur la maman, je comprends ta nostalgie, tes mots sont si joyeusement sereins, sans doute as tu eu une belle enfance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Isabelle que d'eau a coulé sous les ponts, sans compter avec les inondations ! tu laisses passer le printemps comme ça ? Oui une enfance paisible, Isabelle malgré la guerre, j'avais des parents chouchous.

      Supprimer
    2. Ah! j'oubliais Isabelle, suite logique mais avec des cailloux qui ronronnaient sous l'eau!

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup ton petit texte....
    Les chansons que l'on aime (a aimé) sont toujours évocatrices de sensations et tu les dis très bien....

    Cela dit... Demis.... comment dire..... heu.... paix à son âme !
    Si je vais au Paradis, chez les Enfants d'Aphrodite, je demanderai pas forcément la chambre d'à-côté....

    enfin voila quoi .... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'a raison, même au Paradis,on te laisserait pas dormir tout ton soul avec les agitations et les delirium tremens des amants d'Aphrodite. Merci que tu ais aimé mon texte. C'est vrai, c'était quand même la belle époque où la musique et les chansons étaient savourées à juste titre. Ce n'était pas encore l’ère du smartphone.
      En voilà qui est dit!

      Supprimer
  5. je ne me souvenais pas de cette chanson qui n'est pas aussi belle que tes mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une bien belle chanson de l'époque où Demis Roussos faisait partie du groupe Les Aphrodite's child; Merci pour tes mots très élogieux à mon égard.
      Bonne journée Brizou

      Supprimer
  6. Très beau texte, joliment tricoté avec des essentiels.
    Demis Roussos pour moi c'est le souvenir des tout premiers slows et des émois qui allaient avec... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes jolis mots Pastelle; Oui que de beaux souvenirs envoûtants du cher Demis Roussos avec sa voix fabuleuse.

      Supprimer
  7. Une jolie déclaration d'amour de Demis Roussos à Marie Jolie. Et qui t'inspirent de bien jolis mots, Bizak. Merci pour ce partage.
    Belle soirée à toi. Bisous jolis. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime les chansons portant sur la poésie, l'amour, l'évasion, et Demis Roussos en était un chantre hors pair avec sa sublime voix et ses belles aproles. Il nous avait tellement fait vibrer..
      Bisous Françoise

      Supprimer
  8. Ah on sent que ça t'a transporté... mais il est vrai que notre époque, et Demis Roussos... ça faisait planer.

    RépondreSupprimer