samedi 22 avril 2017

Cette vie qui circule dans mes veines !

        Tous peuvent entendre mais seuls les êtres sensibles comprennent
                                                           Khalil Gibran


Quand dans un moment de rencontre, les voix se mêlent, les regards  se parlent, les visages s'épanouissent et les sourires émergent, alors vous comprendrez ce qu'est l'amour de la vie.
Nous nous étions rencontrés sur la terrasse d'un café pour prendre le chemin du port où nos visages fleuris, se confondaient avec la lumière du soleil mêlée à la bruine.
J'avais humé, senti, léché, chaque mot, chaque phrase, chaque regard, quand main dans la main, nous pavoisions le temps de réflexions printanières, nous buvions l'eau du ciel qui mouillait nos cheveux barbouillés.
Nous étions les seuls êtres vivants, heureux, libres et sereins, nous parcourions les ruelles enchantées, les sentiers bleus, les maisons fleuries, les librairies achalandées, les musées vitrées, les ponts suspendus, les cailloux boiteux. Nous nous éclations  sous le ciel de notre vie, d'éclats de voix et de rires pour quelques moments éphémères pleins d'éternité. Nous ne nous possédions pas, nous ne mêlions pas nos vies terrestres et figées. Nous étions au dessus de cela, nous nous racontions nos maux par nos mots silencieux, nos passés, nos enfances, nos rêves.
A table ou sur l'herbe des prés, au restaurant, au café, au bar, nos yeux se fixaient et discutaient, nos gestes suivaient. Nous voulions rattraper le temps des nuits, des jours passés et nous nous étions quittés pour qu'un autre jour, nous nous rencontrerions à nouveau sans jamais oublier que la vie, chose  qui nous a été donnée de plus précieux, vaille, mérite d'être vécue, d'être aimée. 
Je me disais alors, en moi-même: J'ai vécu un laps de temps, mais j'ai aimé éternellement.

45 commentaires:

  1. Heureuse pour toi de cette belle rencontre éternelle qui te rend l'inspiration!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi de te l’entendre dire chère Isabelle, tes visites m’ont toujours ragaillardi. Merci Chère amie. Bises

      Supprimer
  2. Heureuse de te retrouver cher poète-âmi qui colores les mots parfumés...nul est besoin de parler pour se deviner, s'accorder, lire à travers le silence transparent de l'instant qui glisse vers un toujours... seuls au milieu des autres, à trouver miraculeusement le chemin enchanteur !
    Merci bizak.
    Un beau dimanche ensOleillé je te souhaite et t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Den, tes mots tressés me comblent comme un rayon de soleil quand tout parait gris. Merci pour le beau dimanche en te comblant de bisous printaniers

      Supprimer
  3. Un texte qui me touche particulièrement. Que j'aurais aimé pouvoir écrire. Que j'essaie je crois régulièrement d'écrire sans y parvenir. Donc, même si les circonstances ne sont pas les mêmes, ce que tu dis, je le comprends, je l'ai vécu, je l'ai ressenti. Comme je ressens cet imparfait que tu utilises dans ton texte. Comme je comprends la goutte d'eau que tu as choisi pour illustration.
    Bravo Bizak, bravo. A bientôt.
    Patrick.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patrick pour ton enthousiasme sain et généreux. C’est beaucoup d’égard de ta part et je t’en remercie. On écrit comme on ressent les choses, il faut juste laisser démarrer la musique de l’écriture. Je ne suis jamais sûr de ce qui allait sortir quand j’écris. Ne t’amoindris pas, tu peux écrire mieux si tu te fais confiance. Parfois ça coule de source, parfois ça cahote. Je suis ravi que mon petit texte te touche et que tu le ressentes profondément comme un moment de ravissement que tu avais déjà vécu. Merci Patrick, je suis tout cramoisi. Belle soirée

      Supprimer
  4. Tu as saisi le coeur du mystère. la vie, c'est ça : des moments d'exception, des gouttes d'éternité dans l'impermanence, celles qui font les souvenirs inusables et tellement beaux, comme autant de pierres précieuses dont nous tissons le collier de nos existences.
    Marcher dans les pas du destin, et accepter le cadeau éphémère d'une pluie sur les quais, d'un poème volé au vent, d'un coucher de soleil qui flamboie et nimbe la mer des habitudes de sa magnificence insolente.
    Il n'y a que cette façon de se sentir vivant, à goutter chaque parcelle d'elixir que nous offrent nos yeux, nos oreilles, nos jambes, nos ventres affamés. Coincés entre deux océans comme sur une dune : le passé, et les souvenirs délicieux d'un côté, et de l'autre, le futur et l'espoir de les revivre un jour. Intacts et frissonnants comme les pages d'un cahier oublié sur un banc.
    Et entre les deux, le Présent, ce cadeau de la vie.
    Merci pour ce beau texte qui fait vibrer en moi bien des choses.
    Ravie de te voir revenu après ta pause.
    Pour le plus grand bonheur de tes lecteurs affriolés par tes mots.
    Bisous en étoiles
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton texte est aussi éloquent sinon plus. Tu sais reconnaitre ces petits moments de ravissement de la vie. Quand je te lis, je découvre tant de lumière dans les petits recoins d’ombre qui montrent les beautés enfouis et qui remontent à la surface pour reprendre vie. Je bois tes mots comme de l’élixir de jouvence, tu laisses ton cœur parler et c’est toujours un régal de te lire. Tu écris comme des pas de danse accompagnant un chant mélodieux qui fuse de nulle part sinon de ton jardin secret où poussent des perles de rosée, de celles qui étanchent la soif des bardes amoureux sur le chemin de leur vie. Bises pleines d’étoiles

      Supprimer
  5. Ta dernière phrase m'a touchée en plein coeur (oui, j'en ai un ;) ) : on vit un laps de temps mais on peut aimer éternellement. On peut d'ailleurs aimer à jamais quelqu'un avec qui l'histoire ne se mesure pas en temps mais en profondeur. Eternellement! Merci pour ces lignes splendides...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Edmée pour ton préambule étincelant et tu me vois bienheureux que tu prennes à bras le corps ou le cœur mes mots qui t’ont si joliment charmée. Bises émerveillées

      Supprimer
  6. Aaah! Quel plaisir de te revoir ici, chanter les merveilles de l'amour qui transcende et sublime l'humain!

    Oui, c'est bien ça l'amour, ce rien éblouissant et fragile et solide qui nous rapproche et rend, l'espace d'une éternité, notre monde exact.

    Bises éblouies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu le dis si bien aussi, La Baladine, dans ton dernier billet, l'amour nous sublime quand il est partagé; Ne rien perdre de la moindre parcelle de vie, même fragile, mais éblouissante et éternelle. Nous ne pesons pas l'amour à la somme de nos biens et autres breloques ostentatoires, mais à la profondeur de notre humanité, celle qui nous rapproche et qui nous donne éternellement un nouveau souffle de vie. Merci pour tes mots toujours pleins de sens.
      Bises magnifiques

      Supprimer
  7. Heureuse de retrouver tes mots cher Bizak, des mots doux et délicats qui me touchent. L'amour ainsi écrit est magnifique et la vie nous réserve de belles surprises et savoir les apprécier le coeur heureux.
    Bises ensoleillées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise, sachant que tes mots sont toujours empreints de plaisir et de poésie. La vie prise dans son authenticité aussi ne peut être que grâce et amour.
      Bises enchantées. Belle nuit

      Supprimer
    2. Oui, la poésie a quelque chose de toujours magique, puisqu'elle efface tout le mal en un trait de plume...A moins qu'elle ne le transcende.
      Ecrire en poésie, c'est tenir du bout des doigts une baguette illuminée d'étoiles qui met du feu dans tout ce qu'elle touche.
      Et par les temps qui courent, les poètes sont aussi indispensables que l'air que l'on respire.
      Bises d'une fée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Comment ne pas boire tes mots, chère poétesse, toi qui écrit en musique, aux pas de danse, avec un zeste d’humour et beaucoup d’amour.
      Bisous ravis

      Supprimer
    4. L'humour, oui, c'est terriblement important pour ne pas sombrer aux heures difficiles.
      L'amour, oh oui, j'en ai plein à donner !
      Je t'embrasse cher poète
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Quel retour ! Un texte terriblement romantique. Des instants inoubliables vécus avec intensité, loin du monde. Je ressens à travers tes mots l'émotion de tes sentiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Venant de toi Daniel, homme de sagesse et de sérénité, cela me comble et me réjouit de ce que tu m'écris. Merci pour ces mots et surtout pour ta sensibilité de ce que mes sentiments te disent et de ce que tu en ressens.Belle soirée

      Supprimer
  9. alors je suis sensible très beau cliché ,le bonheur est le goutte à goutte de la vie ,mardissime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli, le bonheur est le goutte à goutte de la vie.Y'a goutte à boire ? demandait un mourant avant de succomber. Ce devait être la goutte du bonheur. Merci de votre visite la griffe.

      Supprimer
  10. Tout en délicatesse,
    tes mots ont la douceur de la soie...
    Ils dessinent des tendresses et des émotions
    qui se lisent à travers le souffle de leur silence
    comme dans les soupirs d'une musique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! Merci Marie, tes mots sont comme un rayon de soleil, qui me baigne langoureusement dans cette fin d'après-midi. Comme c'est agréable de lire de la poésie, qui glissent furtivement et avec enchantement telle les paroles d'une fée qui fait une pause sur le seuil de ma fenêtre et qui s'envole ensuite vers d'autres horizons. Bises émerveillées

      Supprimer
  11. Un ballet magique de regards, de mots et de silences.Regards émerveillés au fil des instants, silences éloquents, tous tes mots sont choisis pour nous faire partager ces fabuleux moments de vie. Un merveilleux sourire qui fleurit ce jour gris.
    Bises Pyrénéennes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décrire un instant de bonheur par des mots fleuris, nous apprend à espérer en la vie et nous dit qu’elle est dans chaque instant vécu. Il y’a de l’amour dans chacun de nos regards, dans chacun de nos mots, dans chacun de nos gestes, dans chacun de nos pas.
      Bises fleuries

      Supprimer
  12. Bonsoir Bizak
    Comme je suis heureuse de te lire, et comme les mots de ce billet me parlent et me touchent. Et cette dernière phrase si belle : "J'ai vécu un laps de temps, mais j'ai aimé éternellement." Mais oui, c'est cela l'Amour, tu as tout compris, Bizak, tout compris.
    Je t'embrasse fort, cher poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c’est gentil à toi Françoise de toujours cueillir mes mots et de me les redonner avec autant de délicatesse et d’amitié. Je te remercie pour ton enjouement et enchantement qui me ravissent et me font chauds au cœur.
      Je t'embrasse aussi fort, Françoise

      Supprimer
  13. quelle écriture bon sang! j'aime c'est tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit : J’aime c’est tout ! Merci Sylvie bon sang ^^

      Supprimer
  14. J'aime le premier regard...l'amour est fragile et précieux
    Merci Bizak pour cette page de poésie, tes mots, et cette émouvante photo !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le bonheur est pour moi, noelle. Merci pour ton émerveillement qui me réjouit à chacune de tes visites chez moi. Bisous

      Supprimer
  15. Jolies notes sur l'amour qui chante, nous enchante, et laisse en nous un parfum d'éternité.
    Qu'il fasse du bien, qu'il fasse du mal, un amour jamais ne s'oublie.
    J'aime ton billet, il est si juste.
    Belle soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun reçoit et ressent les choses de la vie en les sublimant parfois, en les honnissant parfois aussi, mais il est vital de garder l'amour en veille comme un trophée qui nous fait toujours chérir la vie.
      Merci pour tes mots letienne
      Belle journée

      Supprimer
  16. Oui, c'est bien ce sentiment amoureux qui dessine pour nous ce monde dans lequel l'espoir et la générosité brillent de mille feux, mais ce sentiment là, est bien fragile! Très joli texte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fragilité de la vie, ajoute à notre engouement fort à là bien vivre. Merci Alezandro

      Supprimer
  17. Toute personne devrait aimer de la sorte...L'espoir est notre seul guide en amour...Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poétesse a parlé, j'en conviens ! L'espoir, ce maître mot. Merci de ta visite Paradisalia. Bisous

      Supprimer
  18. Quel superbe texte, merci Bizak, je suis touchée, il est des instants magiques qu'il faut savoir imprimer dans sa mémoire et la photo est délicieuse !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les instants furtifs sont les plus beaux, et ce sont aussi, c'est vrai les plus magiques. Merci Martine D. Belle soirée

      Supprimer
  19. Heureuse de te retrouver mon ami poète. Et quel beau texte, empreint de poésie. J'aime particulièrement la fin. Vivre pendant un temps mais aimer éternellement. Cela m'émeut profondément. Dans la noirceur du monde qui nous entoure, dans le lot des mauvaises nouvelles, dans les combats quotidiens de toutes sortes, qu'il est bon de savourer les petits moments où plus rien n'existe que le regard et l'amour de l'autre. C'est cela qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue. Merci pour ces mots et pour toute cette poésie. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Dédé tu me pardonneras bien de ne pas avoir répondu à ton com. Je suis trop éloigné de la blogo ces jours-ci. J'espère être un peu plus présent prochainement.Merci pour ta gentillesse et tes mots toujours pleins de bonté. Bises Dédé

      Supprimer
  20. Aujourd'hui j'ai besoin de rêve, de poésie, de croire que je vais vivre des moments d'exception comme ceux que tu as savouré. Et comme ils ne se profilent pas à mon horizon, je viens m'abreuver chez toi. Ton travail te tient loin de nous. Prend soin de toi. Mes pensées t'accompagnent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots Chinou qui sont toujours empreints de sincérité et d'amitié.Les anges du ciel me permettront cette fois-ci je le sens de déployer mes ailes et surement de boire à la source où tu te désaltères. Bisous

      Supprimer
  21. Merci à toi de Marine D (pas Martine mais chut c'est pas grave) !

    RépondreSupprimer