vendredi 13 décembre 2013

Là-bas, mon village!

Sur proposition d'Asphodèle, pour son jeu    "les plumes à thème n°17,"le texte sera construit autour du thème: la beauté!
Liste des mots: Miroir-nature-nocturne-lumière-vénéneux-délicatesse-piano-contemplation-ensorceleur-temps-bouquet-éphémère-intérieur-sulfureux-déesse-rouge-couleurs-ruissellement-ravir-rosée.



Ah, mon village d'antan! Dans mon enfance, j'étais toujours ravi quand mon père me demandait de l'accompagner au "bled" comme il disait, toujours! Notre village était situé à une vingtaine de kilomètres du lieu de notre résidence, sur une colline qui dominait une belle plage sur la mer méditerranée.

Il m'arrivait, quand j'allais me balader de temps en temps à travers les champs de mon village et que j'étais pris de contemplation devant les merveilles de la nature exubérante, de me laisser traîner jusqu'à la fontaine située en contre-bas de la colline. Je humais et je respirais à pleins poumons les senteurs que dégageaient toutes les fleurs de toutes les couleurs, rouges, blanches, roses et autres.

J'aimais le matin, bien après la lueur brillante et rosée du ciel, quand le soleil était complètement levé et qu'il répandait ses lumières sur le village et sur la mer, en face. En prenant le chemin de la fontaine, endroit où j'adorais beaucoup aller, je recevais directement sur mes yeux, le reflet intense des rayons du soleil qui étaient réfléchis par la mer comme à travers un miroir.
Le bruissement fait  par le ruissellement des eaux qui s'échappaient  de la fontaine qui débordaient souvent, m'indiquait mon arrivée à ce lieu féerique et ensorceleur, qu'était notre fontaine.

On nous racontait que jadis les déesses aux charmes sulfureux de la mer (genre Thétys, déesse de la mythologie grecque!) aimaient à venir prendre leur bain dans cette fontaine et répandre ainsi le pouvoir fécondant de l'eau. Selon la légende, il paraît que l'eau symbolisait la mère et la femme! D'ailleurs les filles du village se rencontraient souvent à cet endroit pour leur amusement et profiter de remplir leur jarre d'eau pour leur besoin quotidien.

Au retour de ma promenade, je n’omettais jamais de confectionner un bouquet de fleurs tellement chamarrées qu'elles remplissaient la nuit, notre petite maison, de leur parfum et fragrance envoûtants, même si d'une durée éphémère, mais assez suffisants pour tenir jusqu'au petit matin.

Pendant le soir, surtout quand c'était le clair de lune, une balade nocturne dans les environs du village faisait ma joie; et quel bonheur si encore de l'intérieur d'une maison me parvenait dans le silence de la nuit, cette musique jouée sur un piano qui titille avec délicatesse, l'âme des poètes et des romantiques, plus qu'aucun autre instrument.

Le retour, à la ville avec mon père, me mettait toujours dans une grande tristesse, mais heureusement atténuée par le plaisir de revoir mes amis. Je ne manquais pas de leur raconter en détail tous les moments de  plaisir à la campagne que j'avais vécus, sans oublier de leur ajouter: "Je ne vous parlerais pas des champignons de mon village...ils sont très vénéneux!" 



    

32 commentaires:

  1. Il est beau ton village aux senteurs méditerranéennes ! J'aime beaucoup la description que tu en fais, on y sent l'émotion ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Asphodèle pour ton appréciation sur mon village avec l'émotion que te donne ma description!

      Supprimer
  2. Bravo pour la façon dont tu as raconté tes souvenirs. C'est très émouvant.L'âme d'un petit garçon est restée accrochée au bord de cette fontaine d'enfance dans laquelle je me suis plongée avec ravissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jusqu'à hier, fin d'après, je ne savais, par quoi commencé et quoi raconté pour fabriquer mon texte avec les mots choisis!
      J'ai juste pensé à mon village où mon père était né à vrai dire, mais j'y allais de son vivant. La description que j'en ai fait est en grande partie décorée par mon imagination, mais beaucoup de chose existent réellement, la distance, la mère, la colline, la fontaine ...mais pas les déesses,le piano et quelques petites choses! Merci Célestine pour tes mots toujours justes et beaux!!

      Supprimer
    2. J'aime ton lapsus: la mère au lieu de la mer...^^

      Supprimer
    3. C'était bien un lapsus, Célestine, mais.j'aurais pu... le modifier! car en relisant mon commentaire, je l'avais bien vu, celui-là, mais...voilà je l'ai laissé!! Eh oui ma mère était bien vivante,comme la mer d'ailleurs !
      Merci de cette petite attention...!

      Supprimer
  3. Bonjour bizak et j'ai apprécié ma lecture tant ces souvenirs semblent réels... mais peut-être les as-tu imaginés ? en ce cas, tu as beaucoup de talent pour y faire transpirer l'émotion.

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui de l'imagination, il y en avait, sinon ce serait une biographie, mais il est vrai comme je le disais à Célestine, le décor en lui même a existé, me restait l'inspiration pour donner aux mots les sensations tels que je ressentais des souvenirs !
      Merci Moun,, la poétesse!

      Supprimer
  4. Un village avec une fontaine... c'est ici quelque chose que ne l'on connait pas. Nous les villages se construisaient autour des églises. Beau texte Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça pourrait être la même chose ici aussi, dans nos villages, où on y plante en plein centre, une mosquée (d'ailleurs c'est devenu une mode, comme si les gens sont devenus brusquement accro à la religion!..du jamais vu dans le passé...avec autant de zèle!...); Enfin dans notre village, il n'y pas de mosquée, mais un simple petit mausolée qui est envahi d'herbes.
      Merci La Rouge...c'est beau une fontaine!..

      Supprimer
  5. Très jolie promenade dans ce charmant village ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, s'y sent bien et je me rappelle les pièges qu'on tendait pour les oiseaux, mais pour ça, j'éprouve un repentir, vraiment!
      Merci Marie!

      Supprimer
  6. Merci pour cette ballade dans tes souvenirs ;-)
    je lis dans les comm que le piano est inventé.... peu importe tout "sonne juste"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi aussi valentyne! Ne manquait en fait que ce joli prénom: Valentine!
      Pour le piano, comme on dit: Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse!

      Supprimer
  7. Tout est vrai! D' ailleurs tu as vu, les déesses de la mer sont toujours là puisqu' elles te commentent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isabelle d'être toujours là, avec tes mots de poétesse! Que les déesses t'entendent et te bénissent avec l'eau de jouvence.

      Supprimer
  8. ah ce piano ...pas facile à placer , heureusement l'imagination est là pour broder sur les souvenirs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien meubler l'imagination pour arriver à tisser les mots de chez Asphodèle et essayer d'en tirer un texte piano, piano!!

      Supprimer
  9. Hello Bizak
    Une évocation qui me rend nostalgique et me plonge dans mes souvenirs où le Muezzin habitait mes nuits de vacances.
    Dommage que le "piano" s'impose à la place de la musique orientale que j'aime tant !
    Et pourquoi, dis-moi, ne peut-on pas accéder directement à ton blog avec le lien sur tes commentaires ?...
    Bon dimanche et amitiés de Lyon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le piano, au lieu d'un autre instrument, ma foi, c'est dans la liste d'Asphodèle, elle ne nous autorise pas pour l'instant à une conversion d'instruments! C'est vrai que la musique orientale est belle et envoûtante.
      Je viens de vérifier Solène pour la difficulté d’accéder à mon blog avec le lien (bizak) sur mes commentaires, tu as raison, sauf si c'est à partir d'un blog hébergé chez"blogger", je ne sais pas pourquoi mais je vais encore vérifier.
      Merci pour ton commentaire, Soène!
      Bonne journée.

      Supprimer
  10. hummm, ça sent bon la campagne et la mer à la fois, j'aime ces odeurs qui m'ont aidé aussi à grandir (saint-malo était mon camp de base), et ces sources d'eau, fontaines, ruisseau ou lavoir, que j'affectionne particulièrement pour le doux bruit de l'eau qui cascade quelque part, mais au fait où se situe ce mignon petit village ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien n'est plus agréable que d'aller parfois se ressourcer dans ces coins paradisiaques loin des bruits, et de la pollution des villes.
      Mon petit village comme écrit dans le texte se trouve sur une colline au dessus de la crique de la plage de Boulimat à une vingtaine de km de la ville Béjaia ex Bougie 'Algerie). Marseille est juste à 800 km de Béjaia en traversant la mer.
      Merci janickmm pour le plaisir partagé!

      Supprimer
  11. Ah, nostalgie... Une belle description qui donne envie de découvrir ton village !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le paysage avec vue sur la mer dont la photo est affichée en haut est presque une photocopie!
      Bonne journée Olivia!

      Supprimer
  12. Tu fais remonter plein de souvenirs d'enfance avec ton histoire. C'est fou comme tout est beau dans ces souvenirs : les ambiances, les parfums et même les sons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me fait plaisir que beaucoup, ici, se retrouvent avec la nature et dans les souvenirs souvent lointains!
      Merci moncafélecture.,

      Supprimer
  13. Comment peut-on avoir l'impression de connaître un endroit, de ressentir des sensations chaudes et vives, avec une seule description? Le lieu m'est évidemment inconnu mais cela m'a fait plaisir d'être conviée à y passer un moment. Très beau texte Bizak, je te souhaite une belle fin de semaine!

    RépondreSupprimer
  14. Il est bon que tu fasses un tour dans l'espace de verdure et boisé de notre contrée pour y figer quelques brins de la nature dans ton viseur à images!
    Merci à toi Sadaya!

    RépondreSupprimer
  15. Je suis venue lire l'histoire de la fontaine, Bizak.
    Pour revenir à mon texte, il y avait également une fontaine dans ce village de mon enfance, une fontaine avec un levier qu'il fallait actionner pour faire arriver l'eau. C'était magique de la voir sortir ainsi.
    Bonne soirée, Bizak, et merci de m'avoir conduite jusqu'à la fontaine de ton enfance. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! les bons souvenirs d'enfance, quand on y pense, ils se ramènent au galop pour pour nous attendrir. Les souvenirs d'enfance sont éternels.
      Bisou Françoise

      Supprimer