mardi 7 juin 2016

Petits cailloux solitaires


Inspiré du billet de Célestine sur les cailloux du sculpteur Nizar Ali Badr, j'ai eu ces quelques mots
pour dire que les cailloux ont une âme aussi bien que la terre tourne.
http://celestinetroussecotte.blogspot.com/2016/06/petits-cailloux.html


                    Sachez que je ne donne pas de leçon, ni
       de petites pièces, quand je donne, c'est de moi-même.
                                         Walt Whitman

Petits cailloux blancs, ocres, bleus
Entendez-vous vos sonorités ?
Dans le glissement de vos corps
Quand la rivière vous draine
Petits cailloux dorés et sages
Entendez-vous les oisillons voler ?
Par dessus les roseaux étoilés
Pour quitter leur nid douillet
Petits cailloux enchantés
Que vous êtes paisibles
Tant que la pluie titanesque
Dans le tumulte des eaux printanières
Ne vous frétille pas les ailes
Petits cailloux pittoresques
Laissez-nous vous dire
Que nous entendons vos cris
Quand l'affliction vous gagne
Petits cailloux éveillés
Nous vous entendons galoper
Tels des chevaux fulminants
Quand la houle vous submerge
Petits cailloux plein d'esprit
La vie est chargée de pépites
Que parfois une eau limpide 
Dévoile malgré la tourmente.





         

28 commentaires:

  1. Extraordinaire poème. Bravo ! Chaque mot à sa place parfaitement comme les galets dans une rivière.
    Le scénariste Jean-Claude Carrière a ramené de ses voyages des cailloux et les a déposés dans son jardin. Le soir, il sortait, croyant qu'ils allaient lui parler. Mais non. Ce qui lui faisait dire : L'éternité n'a rien à dire. Je préfère ton point de vue. Les cailloux participent à la musique de la rivière. Bravo encore pour ce poème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que du bonheur de savoir que mon poème te touche cher poète. Merci pour ton commentaire à propos du grand cinéaste que j’aime particulièrement, Jean- Claude Carrière, surtout pour ce bel exemple des cailloux qu’il avait ramenés chez lui. Ta poésie aussi ne manque pas de ressource, elle est tout simplement magnifique, que je lis souvent, même si je n'arrive pas à placer un commentaire, pour raison blogosphérique.

      Supprimer
  2. Très touchée.
    Je reviendrai dès que je pourrai pour faire un commentaire digne de ce nom.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. Je suis revenue, la tête encore enflée des bonheurs maritimes...
    Tes petits cailloux sonnent comme des grelots à mon oreille.
    j'aime le rythme de ton poème et la musique que font entendre tes vers quand ils rebondissent comme l'eau des torrents sur notre imagination.
    Ravie que mes petits cailloux aient inspiré les poètes, et pas seulement les bretteurs.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’aime bien quand mes cailloux sonnent comme des grelots dans ton oreille ! mais as-tu entendu leurs voix suaves qui te susurrent leur mélancolie, quand parfois, ils ne trouvent ni silence ni repos ? Merci pour tes jolis mots sur mes vers et leurs musiques qui t’émerveillent.
      Oui ton billet sur les cailloux a encore une fois tapé juste pour nous titiller notre coloquinte(le mot que tu aimes) et nous parler de ces hommes et femmes qui n’ont rien d’une vie de pierres mais qui vivent la vie de pierres. Merci et bisous

      Supprimer
    2. Peut-être que l'on tape juste quand on écrit avec le coeur, comme tu le fais tout le temps ?
      Belle après-midi, cher poète.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. On écrit mieux avec le coeur, parce qu’on y voit mieux, l'essentiel!Belle après-midi aussi, petite amie du petit prince.

      Supprimer
    4. C'est moi, le renard... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Certainement que c'est moi, le petit prince...^^

      Supprimer
    6. Il va falloir m'apprivoiser...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Je t'apprivoiserais bien si tu me dessines un mouton !

      Supprimer
    8. D'accord pour t'apprivoiser ou pour que tu me dessines un mouton ?

      Supprimer
  4. Petits cailloux solitaires et très vivants grâce à tes mots. Quel joli poème, Bizak, je suis sûre que les petits cailloux en sont enchantés.
    Lorsque je marche sur une plage, ou tout simplement lors d'une balade à la campagne, je les regarde ces petits cailloux, et j'entends que certains m'appellent, alors je les ramasse et je les emporte chez moi. Je sais qu'ils me porteront bonheur (sourire).
    Bisous, Bizak.

    RépondreSupprimer
  5. Et je rajoute : bien sûr que ces petits cailloux ont une âme. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N’est-ce pas Françoise qu’ils ont une âme ces cailloux, quand nous glissons sur eux dans la plage ou ailleurs et que nous entendons leurs bruits beaux et apaisants. C’est bien beau de les ramasser, ils ont quelques choses qui nous parlent. Que n’a-t-on dit sur les cailloux ! J’aime bien cette citation de Eric Chevillard : « Le ruisseau fredonne, la bouche pleine de cailloux ! » Bisous Françoise

      Supprimer
  6. Oui, les cailloux ont une âme...
    Et ils sont vivants...mais d'une vie lente...très lente...très très très lente...

    Si l'on pouvait accélérer l'évolution géologique des milliers, des millions de fois...on verrait bien que la pierre se transforme.
    Mais on ne vit pas assez vieux...
    Juste assez pour entendre le chant de l'eau sur les petits cailloux de la rivière.

    Très très beau, ton poème, Bizak...
    Peut-être mon préféré de tous ceux que j'ai lu de toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! ton préféré, cela me convient. Faire vibrer des cailloux qui en réalité ont une âme, n'est pas donné au commun des mortels; Et pourtant ils vivent ces cailloux! Comme aurait dit Copernic: Et pourtant elle tourne!elle tourne, la terre!
      Merci de ton passage La Licorne

      Supprimer

  7. Ah, ces petits cailloux, bien plus précieux qu'une pierre, surtout dans les yeux des enfants qui ne se lassent pas de les ramasser. Voir la joie des enfants de nous les remettre en nos mains comme le plus beau des trésors, et voir la joie que véhiculent ces petits cailloux pour celui qui les reçoit ou les donne. J'ai été émerveillée par les productions de cet artiste, par ton poème biensûr.
    Ah ces petits cailloux qui réjouissent les enfants, mais pas seulement... Mais aussi l'âme des poètes. Bises aux cailloux (tout comme la soupe, jamais essayé!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, quand on réfléchit, le cailloux a toujours eu sa symbolique dans nos sociétés surtout anciennes; Elle représente,la dureté, la force, la sagesse, la pureté; dans ce dernier cas dans la pratique de la prière musulmane, quand on manquait d'eau pour ses ablutions, le musulman utilisait la pierre un peu ronde ou ovale, très lisse pour la faire passer sur ses mains. Comme le caillou bien sûr, lui est de petit taille, comme tu la rappelé El Linda, les enfants aimaient à les ramasser et à nous les montrer, pour leurs divers aspects, formes et couleur.
      Bises aux cailloux ^^

      Supprimer
  8. Ah, j'adore! Et va savoir pourquoi, en lisant ce poème, il était dans ma tête aussi rythmé qu'une chanson d'Yves Duteil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! j'aimerai bien savoir laquelle, j'aime bien Yves Duteil pour ses paroles qui touchent l'amour, l'amitié, l'enfance.Un poète en fait avec sa chanson mélancolie qui me touche particulièrement.
      Merci de ta visite Ambre

      Supprimer
    2. Je n'avais pas de titre en particulier. Juste, dès que je me suis mise à te lire, spontanément je le lisais avec la voix d'Yves Duteil "sur sa guitare". Tu vois ce que je veux dire?
      Et puis c'est un artiste tout en douceur et en délicatesse.. Voilà ce que m'a inspiré ton poème!
      Beau dimanche.... pluvieux...?

      Supprimer
    3. Oui j'avais finalement compris ce que tu voulais dire: une sorte de feeling avec ce saisissement d'écouter ou d'être dans l'ambiance de l'air de ce superbe chanteur, Ives Duteil
      Merci Ambre pour ta réponse.

      Supprimer
  9. J'ai beaucoup aimé ta chanson des petits cailloux...Ils chantent et sautillent dans les ruisseaux comme les mots de ta poésie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi Marie que ces petits cailloux sonnent douillettement à ton ouïe fine. Tes passages et tes mots me font toujours plaisirs. Merci Marie

      Supprimer