samedi 7 janvier 2017

Quand le ciel apparaît !









Quand le ciel apparaît le matin dans sa splendeur
Tout ce qui bouge, tout ce qui vit se mettent en branle
Les oiseaux se gorgent de rosée et dressent leurs ailes
Les arbres gémissent du plaisir de se réchauffer leurs chairs
Les fleurs dandinent de joie d'éclater leurs sèves
Le soleil comme un dieu endormi remue son foyer ardent
Le monde en effervescence reprend son trimard
Une journée où tout se décide, tout se dessine
La vie invariablement distille ses espoirs et ses rêves
Nul être ne doit être affligé, nul homme ne doit désespérer
Ainsi devait être la vie, ainsi nous la voulons.



43 commentaires:

  1. Oh que c'est beau, tes mots sont superbes!!! Merci pour ce magnifique moment douceur! Bise, bon week-end dans la joie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela me ravit autant qu'à toi que mes mots te plaisent Lina Bisous et belle journée

      Supprimer
  2. Mon cher Bizak, tu te souviens quand tu as créé ton blog, nous étions malhabiles et apprentis comme des nouveaux-nés, rappelle toi notre humour critique et notre mordant, ne soyons pas trop sucrés, le sel nous convient mieux, je t'aime toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Isabelle quand les étoiles étaient encore majestueuses, nos cœurs limpides et olympiens que d'échanges avaient alors fusé dans le ciel, toujours nobles, respectueux et dans l'amitié totale. Merci Isabelle de rappeler ces moments où tu étais la coqueluche de nos débats et que tu ne manquais pas d'humour et de mêler quelques grains de satire, quelque soit le sujet.Je t'aime aussi.

      Supprimer
  3. Le printemps, déjà ? Ici tout est gelé, le ciel craque de givre et les fleurs se terrent.
    Rien ne bouge encore à l'ombre des aulnes, rien ne se fend, rien ne palpite.
    C'est l'hiver absolu. Le vent serre sa gangue de froid autour des arbres
    Et ton chant monte nu dans le ciel comme un cristal
    Quand reverrons-nous les jonquilles ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le froid sort ici aussi ses griffes, mais parfois dans certains moments de fièvre, le soleil darde et me met dans une ambiance où la vie chante, la nature se réveille et quelle joie pour moi de dédier au temps mes quelques mots qui sortent comme évadés pour aller trottiner dans le ciel bleu éclatant. Je t'embrasse ma muse

      Supprimer
    2. Ta muse...ah oui... :-)
      J'avais sûrement froid hier pour n'avoir parlé que de l'hiver. Il faut dire que le vent m'a transpercée quand je suis sortie de chez Olga. Mais ce matin tes mots prennent l'éclat du printemps quand il fait éclater la joie et les bourgeons.
      Bisous fleuris
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. L’aurais-tu oublié, Muse céleste ? Il ne faudrait pas que la grisaille et le frimas te muse-elle tes idées, et entame ton souffle qui m’a tellement apporté inspiration, poésie et verve lyrique même si tu sembles moins concentrée depuis la perte de ton cher patriarche et poète, ton papa chéri. Ce printemps à venir te réservera, je l’espère, bonheur, paix et sérénité. Bisous

      Supprimer
    4. Le malheur n'est pas très inspirant, je l'admets... ;-)
      mais après la pluie le beau temps, il faut laisser aux graines le temps de germer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Vous avez raison : à certains moments, on sent un frémissement qui ne peut être que la préparation du printemps.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut le cueillir ce moment comme une belle opportunité pour se réjouir de sa douceur furtive. Merci de ta visite, Bonheur du jour

      Supprimer
  5. Une vie lumineuse comme au Paradis dans les premiers jours de la création Bizak, merci pour ces lignes qui redonnent du peps à un dimanche ordinaire !
    Au hasard, pour partager, ceci


    Demain je t’amènerai
    Dans les sous-bois où le soleil joue
    Avec la cardamine et le coucou
    Demain si la chance nous accompagne
    Nous traverserons des flaques de lumière
    Avant de nous perdre dans l’ombre

    Tu me tiendras la main
    Rien ne vaudra cet instant fugace
    Où tout semble paisible et lumineux
    Où le temps s’arrête
    Plus rien ne peut nous atteindre,
    Tout est beauté, paix et douceur

    Dis au temps de s’arrêter
    Dis au merle d’amplifier son chant
    Dis à la fleur de parfumer le vent
    Dis au couchant de s’attarder un peu
    Au nuage de rester là
    Dans le ciel suave
    Couleur de miel
    Et que le soir pose sa tête
    Sur l’oreiller du soleil
    Et redis- moi encore une fois
    Tes tendres mots d’amour…

    Marine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle beauté que ton poème plein d’enchantement, le printemps luit de ses belles notes et me parle. Je te remercie Marine pour ce bouquet de vers intenses en couleurs et fragrances des fleurs :le coucou, cardamine et d’autres même si tu ne les cites pas, elles sont présentes quand même.
      Que c’est beau quand tu écris : Dis au temps de s’arrêter
      Dis au merle d’amplifier son chant
      Dis à la fleur de parfumer le vent
      Dis au couchant de s’attarder un peu.

      Mille bises Marine et tous mes remerciements.

      Supprimer
  6. Comme tu le l'écris si bien, la vie invariablement distille ses espoirs et ses rêves. Je la sens vibrer ainsi tous les matins au lever du jour, prometteur de belles choses. Le soir, le bilan peut être différent ! mais peu importe, demain arrivera dans quelques heures chargé à nouveau d'espoir, d'envie, de désirs et de rêves et, si le cycle des levers et couchers de soleil, était différent, ma vie serait bien monotone. Ainsi ce dimanche sera différent puisque je le commence dans la douceur de ta poésie. Je souhaite que le tient soit enjoué.
    Chinou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Chinou, on ne peut vivre et être heureux quand tout est plat, sans changement, sans variation. Le printemps ne peut être beau et reluisant s’il n’avait traversé l’hiver, l’automne. Notre cœur bat au rythme des saisons et ce qui fait qu’il ne s’ennuie jamais et rebondit à chaque secousse d’un autre éclat de vie. Merci Chinou pour ton ravissement et ta joie de commencer ce dimanche dans la douceur de la poésie. Belle journée à toi.

      Supprimer
    2. "à chaque secousse d'un autre éclat de vie"...que j'aurais aimé trouver ces mots pour les mettre dans mon com de ce matin. Mais tout le monde ne peut s'appeler Bizak le poète.
      Merci...tout humblement merci.

      Supprimer
    3. Tu me vois tout rouge, Chinou ! que dois-je répondre avec de tels éloges, qui ,je sais, sont sincères ? Ils me vont droit au cœur. Merci !

      Supprimer
  7. Ca donne vraiment la sensation d'un éveil dans un lit tiède, de l'étirement sensuel des membres en regardant le soleil, gourmands d'une journée de vie qui se déploie... Nul ne devrait être affligé, en effet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut toujours garder espoir qu’avec nos mots on peut créer une sensation de bien être, d’aisance, d’agrément. Après tout, ce qui compte c’est de faire vivre nos rêves, même si le printemps n’est pas encore habillé et fin prêt. Belle journée

      Supprimer
  8. Quel beau poème!
    "Ainsi devait être la vie, ainsi nous la voulons."
    voilà ce qui chauffe le coeur!
    J'ai bien raison de venir te voir ce matin.
    Merci,
    An

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Binh An pour tes mots gentils. J’ai sillonné ton blog brièvement que j’ai trouvé riche, je repasserai. Belle journée

      Supprimer
  9. C'est un jour nouveau qui est en train de naître. Lorsque je me lève le matin , je remercie toujours de pouvoir vivre ce jour nouveau. Un beau poème Bizak

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c’est tout à fait ainsi que nous pouvons savourer la vie: prendre le temps de remercier le jour, d’être en vie, en bonne santé, et heureux d’entamer une nouvelle journée. Merci daniel

      Supprimer
  10. Malgré le gris, le froid et la brume, comme tu le lis, tes mots réchauffent les cœurs. Je sens le printemps proche car les oiseaux qu'on ne voyaient plus reviennent dans le jardin, en ce moment, chaque matin et c'est un vrai bonheur de voir les petites mésanges chercher un endroit pour refaire un nid. Beau dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le printemps parfois est en nous, quand nous cueillons et jouissions du moindre rayon de soleil, du moindre vol d’oiseau et du moindre pétale de fleurs qui jaillit souverainement comme un appel à la vie, au printemps. Bisous lauriza et belle journée

      Supprimer
  11. Comme tes mots sont beaux cher bizak et plein d'espoir et cela me réjouit le coeur de marcher vers le printemps même si cette nuit la neige est tombée. Les chemins et toits étaient blancs mais tout a fondu.
    Tes mots parlent d'oiseaux et ce matin j'en ai vu tant et tant, le coeur heureux et aussi un écureuil.
    Bel après-midi avec mes amitiés et bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si le froid, la neige s’installent à leur gré, nous avons toujours cette petite réserve d'étincelles qui pétillent en nous, pour rendre grâce à tout ce qui bouge, comme les plantes, les arbres, rivières, les oiseaux…qui sans eux le printemps n’aurait pas cette exhalation qui répand tant de parfum, tant de chant, tant de beauté….ah ! vivement le printemps. Bisous Denise et belle fin d’après midi.

      Supprimer
  12. Ici après le gel c'est la brume, et les oiseaux font silence... Il faut traverser l'hiver, qui n'a que quelques semaines... C'est le grand repos, pour mieux rejaillir au printemps, dont tes mots sont les jolies prémices...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assurément La Baladine, tu es optimiste et tu sais attendre, une belle sagesse. Cela ne nous empêche pas de rêver à toute cette beauté que recèle la nature, même en hiver, malgré le froid, le gel, la brume, et qui se prépare comme un Avent du père Noël pour le printemps prochain, qu’on attend joyeusement. Bisous La Baladine

      Supprimer
  13. si on avait cette conscience là, chaque matin, oui, en vérité Bizak, on jubilerait d'être en vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est le fait d'ignorer le présent qui nous laisse vivre dans le futur, (souvent plein d'illusions)sans même être sûr de le réaliser, comme on le souhaitait.Certes, le printemps est une belle saison, mais ce n'est pas une raison de ne pas exploiter toutes les possibilités du moment. Belle soirée Sylvie

      Supprimer
  14. Je pense que nous sommes acteurs de notre vie, accepter ce qui arrive pas toujours facile dans certains moments.
    Je serai absente des écrans au moins jusqu'à lundi car l'ordi va voir son réparateur.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré tout, la vie continue, avec ses alternances, ses hauts et ses bas, et son charme est en tout cela, être ravi tout le temps de ce tout qu'elle nous offre. Belle soirée danièle

      Supprimer
  15. ...Hier soir je me suis endormie, paisible, avec tes mots bizak et ceux de nos Âmi(e)s, si poétiques, qui réchauffent le coeur et appellent à la vie, qui éveille en éclatant en mille sOleils, et distille nos rêves et notre imagination..merci à vous tous et toutes pour ce bonheur constant, que je retrouve intact ce mât-teint...
    Je vous embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu me fais plaisir de savoir que mes mots et ceux de nos amis(es) t’ont touchée à ce point et t’ont réchauffée le cœur, Den. Tu m’en vois vraiment ravi. Tes mots aussi sont miellés et sublimes et me vont droit au cœur. Je te remercie pour ta formidable amitié. Je t’embrasse aussi Den

      Supprimer
  16. A petits pas, à petits bonds
    je viens voir si tout va bien
    et je m'envole en papillon. ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Céleste pour ton passage, tu sèmes des petits bouts coeur qui deviendront grands. Bises papillons

      Supprimer
    2. Oui, je sème des petits bouts de moi un peu partout, mais ici je sais qu'ils ont un résonance particulière, et qu'ils ne tombent pas dans un puits sans fond, mais au contraire qu'ils se posent dans un écrin de velours, parce que tu es un prince, un poète, incapable de faire du mal à une mouche et donc, à un papillon...
      Je t'embrasse mon cher poète.
      Et je te souhaite une belle vie pleine de fleurs de printemps et d'étincelles de bonheur qui te donneront de l'inspiration.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Céleste, tes mots sont un baume au coeur et comment ne pas veiller sur eux quand ils palpitent de tant de bonté, de beauté et de délicatesse.Oui malgré parfois mes sorties intempestives, le coeur lui, reste enclin a beaucoup de bienveillance et surtout de douceur. Merci Céleste d'être comme tu es, magnanime et surtout pleine de tendresse.
      Je t'embrasse d'un bout du ciel clair.

      Supprimer
  17. Réponses
    1. L'espérance et la vie ! Merci alezandro

      Supprimer