jeudi 14 novembre 2013

Ton ombre me suit, ma mère!

Aujourd’hui, c’est Olivia (http://www.oliviabillington.com/qui nous convie à former notre texte dans son atelier, "des mots, une histoire".

Liste des mots: domination, libération, despote, arbitraire, déterminé, se fixer, crampon, harpon, ligotage, glacier, cime, sommet, flanc, sol.




Ma mère,
Tu me disais, mon fils: Est finie la "domination" qu'a subie, longtemps notre peuple! La "libération" de notre pays par le fer et par le sang, a eu raison de "l'arbitraire" d'antan.

Mais, vois-tu, aujourd'hui, mon fils, sommes-nous vraiment libérés, quand nous prêtons nos "flancs" aux apprentis sorciers et "despotes" qui injectent dans l'esprit des gens, des modèles de société à coup de sermons débiles, pour atteindre le "sommet" de l'archaïsme et nous ramener au moyen âge.


La femme est devenue le bouc émissaire de tous les maux de la société!

"Déterminées" à reprendre le flambeau, nous ne pouvons nous permettre, nous les femmes, ces laissées pour compte, de baisser nos bras. Le "ligotage" aux vieilles traditions iniques  qui nous asservissent, a atteint des "cimes" que nulle raison humaine ne peut admettre.

Ces "crampons"* d'un nouveau genre, sont "fixés", dans leurs opinions givrées, comme des "glaciers".


Pensent-ils sérieusement que, telles des otaries qui reçoivent des "harpons" sans brancher, les femmes, elles, vont se coucher à même le "sol" pour satisfaire leur desiderata.

Oui, c'était ce que tu me disais, maman, avant que la mort ne t'emporte.


Je pense à toi, paix à ton âme!



* crampons: Dans le dictionnaire des synonymes-Réverso (gluau, enquiquineur, chieur, rabat-joie, empoisonneur, raseur, trouble fête, emmerdeur, glu, collant, casse-cul et casse pied) 

28 commentaires:

  1. Que peut on imaginer de plus joli qu ' un fils honorant sa mère, mon Bizak, tu es magnifique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’honore ma mère et à travers elle, toutes les femmes éprises de liberté, et de justice! Tu es aussi magnifique Isabelle!

      Supprimer
  2. D'un regard acéré en quelques lignes percutantes, c'est le portrait on ne peut plus clair de l'asservissement phallocrate que véhiculent encore certains discours, pas toujours de façon consciente, d'ailleurs. L'idée est originale, et l'utilisation de ces mots de façon métaphorique donne une force peu commune au texte.
    Je ne m'attendais pas à ça en lisant le titre et suis admirative, je l'admets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de tout cœur, Jobougon, pour ces mots tellement flatteurs! J'ai eu beaucoup de plaisir à participer à cet atelier des mots d'Olivia avec des gens admirables dont tu fais partie et tout le bonheur était là.

      Supprimer
  3. C'est d'un souffle juste. Tu tires juste. Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Penses-tu La Rouge que j'ai un souffle juste? Puisque c'est toi qui le dit, je le crois, quoique....pour tirer juste, il n'est pas si facile d'être dans le mille.
      Merci La Rouge.

      Supprimer
  4. Je viens, je lis, je relis...et je me dis: quelle femme extraordinaire! Mais est-ce étonnant? Quand on connaît le fils, on comprend ce bel hommage à une maman fière et farouche.Et insoumise, je l'aurais bien aimée, moi, ta mère!
    Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que d'éloges de ta part Chère Célestine! Comment ne pas ressentir le plaisir que tu me fais avec tant fleurs que tu déposes au chevet de ma mère!
      Tu sais me toucher dans le mille, toi!
      Merci!

      Supprimer
  5. Bizak le magnifique dont les écrits devraient éclairer tous les esprits qui rasent le sol.
    Ta mère était une sainte.

    Merci pour cet hommage vibrant et aimant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Chère poétesse, quand tes mots jaillissent de ton cœur, ils illuminent toujours! Ma mère n'était pas une sainte, loin de là, mais une femme digne qui avait dans le cœur l'espoir d'un monde plein d'humanité. Merci Moun!

      Supprimer
  6. une maman comme on rêve d'en avoir tous, une maman qui nous guide avec grâce et respect, pour elle, pour toi et pour les autres, un bon moment à te lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci janickmm! On a tous une maman quelque part qui nous guide avec grâce. On ne s'en rend compte, parfois, que plus tard, sur la route de notre vie, quand devant tellement d'aléas, elle nous susurre à l'oreille: gardes espoir!

      Supprimer
    2. oui, je le sais . J'ai perdu ma maman en juillet 2012, la paix était au rendez-vous

      Supprimer
    3. On peut dire que l'année 2012 sera gravée dans la mémoire! La mienne a rejoint les cieux, deux mois seulement après la tienne, un dix septembre 2012.La paix était au rendez-vous pour nos chères mamans!!
      Bonne journée janickmm!

      Supprimer
  7. Une jolie première participation, avec un usage détourné des mots. :)

    RépondreSupprimer
  8. Merci Olivia, pour tout le plaisir de participer à ton atelier des mots qui crée une émulation dans la convivialité et le bonheur de partager! J'ai vu ton parcours très riche dans les lettres et c'est tout un honneur que tu me fais, que tu nous fais de nous accueillir dans ton antre.( j'aime ce mot "antre", qui a été utilisé par une blogueuse récemment, quand elle découvrait le blog de notre amie Célestine. Mais dans le bon sens bien sûr et non détourné!)

    RépondreSupprimer
  9. Comme le dit Olivia, tu as fait un usage inattendu des mots, ce qui donne un texte rempli d'émotion et un bel hommage à ta maman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci moncafelecture et comme j'adore le café en lisant, c'est du bonheur de lire tes mots. Merci de la visite.

      Supprimer
  10. quelle originalite dans l'emploi de tes mots
    et je pense comme les autres (c'est commun je sais) un bel hommage a une battante
    bonne soiree

    RépondreSupprimer
  11. Merci missbetty, pour tes mots et ta gentille visite!

    RépondreSupprimer
  12. bel hommage et ta mère, sage et lucide

    RépondreSupprimer
  13. Hello Bizak
    J'adore quand on détourne les mots à ta façon !
    J'aime me faire surprendre dans ces billets hebdomadaires d'écriture libre avec des mots imposés !
    Je ne peux en dire autant de la mienne de mère, mais j'aurais tellement aimé pouvoir le faire...
    Hélas, va-t-on dans ce chemin de la libération de la Femme dans notre XXIe siècle ? J'en doute vraiment, et ça me navre, quand je constante, dans les rues, à Lyon, tant de jeunes filles prisonnières de ces signes religieux... Soumission ou provoc ?... Au pays de la belle devise "Liberté-Egalité-Fraternité" où la plupart ont vu le jour, savent-elles que beaucoup, ailleurs, se battent et meurent encore pour ne plus être les esclaves de ces despotes ?...
    Souvent, j'ai envie -mais je n'ai pas le courage- de leur demander où ça va les mener...
    Bon we et bises de Lyon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que je détournais les mots, je pensais plutôt à la métaphore, mais peut être là, il y'a une nuance! Je l'ai écrit ce texte Soène en pensant à ma mère, mais il reflète certainement beaucoup d'autres mères. Tu as raison, la gangrène est répandue partout d'une manière insidieuse, même dans les pays, qu'on dit, des droits de l'homme! Pour demander où ça va mener, je crains que ce soitt inutile, car beaucoup ont des idées arrêtées plombées d'office.
      Merci pour ton commentaire Soène, bonne journée à toi!

      Supprimer
  14. Ta mère t'inspire de très beaux textes. Un façon de continuer à l'aimer puisqu'elle t'accompagne toujours. Amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demandais souvent, si on a su aimer notre mère, comme il fallut l'aimer, avant qu'elle ne meurt! Merci pour tes mots Roger!

      Supprimer
  15. La mienne de mère est loin d' être une révoltée mais, heureusement, ses filles ne lui pas emboîté le pas ! Je pense que mes fils ont bien entendu le message ....
    Un bel hommage que tu lui rends.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité de son vivant, ma mère, ne donnait jamais cette impression de révoltée, mais plutôt celle d'un volcan éteint et en ébullition à l’intérieur!
      Merci de ta visite Pierrot!

      Supprimer