samedi 14 janvier 2017

Le soleil qui s'ennuie !




Vaste est le désert, vaste est le coeur, le sable frétille sous mes pieds. J'entrevois un fennec ambulant qui espérait tromper une antilope qui s'approchait d'un bel adénium (rose du désert ou baobab chacal). Ce baobab  qui peut nourrir l'antilope mais point le fennec. Alors le fennec attend, qu'attend-il ? que je passe mon chemin ou que  l'antilope allonge son coup vers le baobab chacal. D'une pierre, deux coups, se tailler une belle antilope farcie de fleurs d'adénium. Mais qu'est ce qui me fait délirer ainsi, pour mâcher des idées biscornues ? ma tête devait recevoir des rayons implacables de ce soleil qui est suspendu au zénith. Je rêve des montagnes des Alpes où la neige y batifole, là où le froid grille la peau des lèvres. Les miennes sont asséchées.
Je me réveille en sursaut, le vent de sable me pénètre les narines. Il s'était levé la nuit pour aller brouter des corps endormis sur l'esplanade d'une oasis aux mille palmiers dattiers  qui croulent sous le suc miellé des régiments de dattes diaphanes. Il est six heures, l'aube émergeant bleue. La journée commence, c'en est la deuxième  dans le Sahara...je rêve debout et je chante:

Vaste étendue du ciel
Le désert rempli de ses mystères
J'entends les palpitations de ses ombres
Sous des palmiers glorieux
L'oasis, rêve du voyageur égaré
Toujours affable, bienveillante
Et même gracieuse dans sa riche floraison
L'eau qui coule, miracle ou mirage
Comme une pluie de bercement


73 commentaires:

  1. Tellement beau, c'est magnifique!!! Bisous, bonne soirée toute douce!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi Lina et merci pour tes jolis mots toujours souriants. Bisous

      Supprimer
  2. Tu as bien fait d'ouvrir les yeux
    L'aube est si belle, si apaisante, et tu la loue avec délicatesse, loin des rêves un peu glauques... Je rêve souvent à des ailleurs et là tu me combles Bizak !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bon moment que d’être là face au ciel, dans un silence qui n’est légèrement dérangé que par le vent qui souffle en faisant entendre ses bruissements parmi les palmiers. Merci pour tes mots Marine. Belle journée marine

      Supprimer
  3. On en fait de ces rêves étranges sous la caresse du vent dans les palmes... Et le fennec laisse ses traces légères dans le sable... Très beau texte aux teintes ocres et roses... au vent chargé de l'odeur des dattes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ayant déjà connu le sud-Sahara avec quelques échappées dans le passé, je sais qu’il n’y a que les moments sublimes à vivre quand on est poète ou rêveur. La plume d’un poète là-bas glisse comme si sa Muse lu dicte carrément les mots. On ne peut pas ne pas être inspiré, dans ces vastes contrées bleues. Belle journée Edmée

      Supprimer
  4. Et là, derrière ce palmier aux feuilles enamourées de vent et de chaleur
    l'ombre d'un enfant blond au coeur de cristal
    erre à la recherche de son renard des sables.
    Craignant la morsure du serpent qui 'emmena vers les étoiles.
    Tu as de la chance d'avoir posé tes pas dans sa trace fugitive.
    C'est superbe.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as une sublime façon de décrire l’atmosphère d’un environnement désertique où ne se confondent que ceux et celles qui aspirent aux étoiles. J’ai posé souvent mes pas sur ces étendues lumineuses aimées des étoiles. Oui j’en ai de la chance !

      Supprimer
    2. Le Petit Prince est si présent en moi, dès que je vois un paysage du désert je pense à lui...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Que penserais-tu le jour où tu sillonneras le désert.

      Supprimer
    4. Je crois que je n'irais jamais voir cette beauté de mes yeux, hélas.
      Il est des rêves trop grands pour de petites ailes
      Je me contenterai de la rêver à travers ces mots si magnifiques ...

      Supprimer
    5. Oui, le rêve parfois est plus vraisemblable que la réalité. Comme quand on lit un roman qui nous emporte plus que la réalité elle-même, car trop réelle et pas toujours romantique. Bisous chère amie

      Supprimer
  5. Bonjour bizak
    Belle inspiration mais comment pourrait-il en être autrement devant ce paysage tout en rondeurs, tout en traces éphémères ?
    Tu as su transformer tes souvenirs en une ode à la poésie, celle qui nous transporte.
    Merci ami bizak
    Excellent dimanche
    Mes bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours sensible à ces sublimes paysages nus mais vivants par la très forte présence de leurs vibrations et par leurs rayonnements qui plongent nos âmes dans une telle douceur, qu’on ait envie que cela ne s’arrête jamais. On sent la solitude nous gagner parfois, mais c’est une solitude salvatrice et bienfaisante. Je m’y sens revivre. Merci à toi Michelle. Mes bises radieuses

      Supprimer
  6. Bonjour bizak, que de jolis mots où les oasis font toujours rêver tout en admirant les belles dunes de sables sous un vent chaud.
    Les rêves nous emmènent souvent vers de merveilleux ailleurs et en te lisant, j'en profite pleinement. Merci bizak. Bon dimanche et mes bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai passé quelques jours dans une petite région du Sud D'Algérie, à Biskra Tolga, vaste étendue désertique où le miroitement du soleil nous fait sourire, quand parfois les nuages s'amusent à lui voiler quelques-uns de ses rayons. Le sublime désert m'a toujours envoûté. Bon dimanche aussi à toi Denise. Mes bisous bienheureux.

      Supprimer
  7. Des bancs de sable qui m’entrainent dans des mirages de rêves …j aurais tant aimer y poser empreinte de mes pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme c'est magnifique de sentir le sable grésiller sous nos pas. On garde toujours des sensations même quand la marche est finie. Merci de ton passage JAK

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Perso, j'en suis honoré, venant des Caphys que je lis au passage. Merci à vous la Caphys.

      Supprimer
  9. Superbe oasis, n'existera jamais en Amasie.
    Sa supposée biostasie nous fait rêver puisqu'on y voit de nombreux mirages.
    Ce n'est qu'au moment de la psychostasie que les ombres palpiteront pour faire sortir du désert la faune invisible enfouie dans le sable. Parait-il qu'on perd la voix devant la magnificence de l'aube se levant dans le désert ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que dire de ce sublime coucher du soleil dans le désert, un crépuscule rougeoyant et bleuté à la fois. Jamais je n'oublierais cette fascination qui m'avait envahi le jour où j'avais observé à Tindouf, ce faste globe étincelant qui s'apprêtait à s'imbrique au loin à l'horizon, pour ne reparaître que le lendemain comme s'il jouait à cache-cache. C'est tout simplement indicible, mais fastueux pour nos yeux et enivrant pour notre âme. Merci de ton très enrichissant commentaire, Lauriza.

      Supprimer
  10. "le soleil qui s'ennuie"...C'est nous qui nous ennuyions de toi et je demandais à notre amie commune si ele avait quelques nouvelles de toi . Tu rêves de contrées où le froid est mordant et tu espères y trouver un peu de chaleur. Je rêve de vent des sables pour me mettre à l'abri d'un palmier . Qu'avons nous tout le temps besoin de nouveaux horizons, de nouvelles rencontres et de nouveaux partages, nous humains si ce n'est pour nous enrichir et nous faire vibrer. Je rêve.
    Je tends ma main vers ces flocons qui s'écrasent aujourd'hui sur mes joues, te les offre, te les envoie avec mes meilleures pensées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! comme j’aime parcourir les espaces où il n’y a aucune barrière, aucun obstacle ; et le désert me donne cette sensation,de surcroît. Il ne s’agit pas de se cantonner dans une oasis, mais de vaquer au loin sans se retourner. Il arrive un moment où aucune âme aucune présence n’existent hormis, soi-même, le ciel ( surtout de nuit avec plein d’étoiles, quelle clarté sublime !) et l’espace terrestre. Une sorte d’extase vous étreint le cœur, une petite angoisse s’incruste comme un vertige devant l’immensité du monde, la liberté incommensurable, indicible. Mais vite je retourne au campement ( j’étais alors jeune appelé- conscrit- dans le langage militaire) du service national, affecté au Sahara. Je reçois tes flocons comme de délicieuses ouates chaudes sur mes joues. Merci Chinou

      Supprimer
  11. " Comme une pluie de bercement"
    ce havre doux où tintent les cristaux
    de la rose des sables
    quelques grains de rosée
    nés à l'aube frissonnante
    et le vent blond de sable
    en poudre sur le jour
    Une rencontre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Splendide ton poème Balaline !il est comme un doux ruisseau qui coule indéfiniment, un chant de printemps à l'aube d'une rencontre. Merci Balaline pour cette douce musique quand tintent les cristaux. Belle soirée Balaline

      Supprimer
  12. J'ai longtemps rêvé du désert... Voir s'y lever le soleil doit être une expérience insurpassable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mirifique et fabuleux, c'est indescriptible.
      Une petite idée d'un petit coin du Tassili Hoggar, extrême Sud du Sahara, un paysage lunaire:
      https://www.google.dz/search?q=tassili+hoggar+photos&biw=1093&bih=530&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwi8rIiP8cbRAhWMOxQKHXeFB4YQ_AUIBigB

      Supprimer
  13. Quels jolis mots, Bizak, et quel beau poème ! C'est une magnifique ode au désert mais aussi à la Vie ! Merci à toi, c'est toujours un immense plaisir de te lire. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que du plaisir de te lire Françoise, tes mots sont toujours vrais; C'est à moi de te remercier chère Françoise. Je t'embrasse.

      Supprimer
  14. Il y avait là un beau commentaire que j'avais posé comme une fleur de jasmin dans ton jardin...
    Quel est donc cette magie maléfique qui l'a fait disparaître ?
    Je t'embrasse mon cher poète
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! bon, je l'aurais quand même remarqué ! Il faut me dire, l'heure, la seconde, le lieu, l'objet et que je puisse faire appel à Sherlock Holmes. Ne t'inquiètes, celui-ci est bien merveilleux. Je t'embrasse doux papillon.

      Supprimer
    2. Sherlock Holmes se dérangerait-il pour si peu?
      Un froissement d'ailes de papillon ...
      Moi aussi je t'embrasse en un mot comme en cent
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. belle ode au désert poudré, chaud, puissant, au vent de sable, si léger qui effleure nos joues ... quand le grand sOleil rutile et se lève derrière l'horizon, joue avec nos yeux, et se couche à la nuit claire dans un ciel inondé d'étoiles.... ton oasis est étincelante.
    Merci bizak pour ta poésie cueillie, offerte.
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! te voilà la poétesse ! Tes mots étaient partis vaquer avec toi pendant qu'ils manquaient ici avec le ciel inondé d'étoiles. je suis ravis de ton retour Den. Bien à toi, je t'embrasse aussi Den.

      Supprimer
    2. Mes mots se reposaient avec moi, après une chute imprévue en fin d'année.... égarée sur le chemin ... je viens de te re-trouver bizak, vous re-trouver avec grand bonheur, les Âmi(e)s, ainsi que vos mots, vos musiques mélodieuses.... .... vous me manquiez aussi... merci bizak pour ta poésie bien-faisante.
      Douce journée à toi.
      Den

      Supprimer
    3. Vivement que tu ailles mieux, enfin je l'espère Den. Oui tes mots commençaient à manquer avec leur frémissement et leur magie dont tu as l'art de les faire danser. Très belle après-midi Den

      Supprimer
  16. Je suis allé une fois dans le désert. J'ai aimé les vastes étendues et le silence. Dans le ciel bleu et pure de la nuit j'ai cru que les étoiles tombaient sur ma tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel magnifique perception: voir des étoiles tomber du ciel sur ta tête! Heureusement (pour rire) ce n'était pas le ciel, Daniel ^^

      Supprimer
  17. comme dans un rêve, où partons nous quand nous rêvons? merci de nous avoir emmenés avec toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir, sylvie, était pour moi, si tu as senti le goût du sable désert même dans le rêve. Bien à toi sylvie

      Supprimer
  18. On n'y entend le silence , mais au désert j'aime encore mieux tes mots!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais toujours me parler quand tu le veux bien, et je sais que ton coeur est bon ! Mais si un jour on se voit dans le désert, je préférerais que tu entendes mon silence, sous le palmier dattier. Bisous la parisienne.

      Supprimer
  19. Théodore Monod parlait du désert. Toi tu en rêves tout éveillé. Ces vastes étendues silencieuses ont un pouvoir d'attraction extraordinaire. Quand j'ai traversé un désert très lointain en Asie centrale, je me suis recentrée sur moi-même et j'ai compris nombre de choses simplement en laissant voguer mon coeur sur les dunes nues. Merci pour ce partage cher poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le désert est un monde à part: c'est celui des extrêmes, dans la chaleur, le silence, la béatitude, la soif. C'est dans le désert qu'on comprend mieux la valeur d'une goutte d'eau, une pépite de rosée sur une fleur, une plante. Les poètes ont su parler du désert quand au coucher ou au lever du soleil, la vie semble un paradis, les mots s’égrènent dans un hymne au ciel, au silence , à la beauté de la nature. Merci Dédé. Belle journée à toi.

      Supprimer
  20. C'est malin, me voilà les deux pieds dans le sable, plongée dans mes souvenirs d'une si belle aventure dans les dunes...Pince-moi je rêve !!! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu ne rêves pas, tu es transportée dans un monde où le sable frétille sous les pieds, le vent quand il est doux, s'ingénie à nous souffler son air mélodieux, et le soleil attend son coucher pour dédier ses rayons les plus luminescents au crépuscule et ce, après une chaleur intraitable rudoyant le baromètre. Merci de ta visite Paradisia. Bises

      Supprimer
  21. Je découvre un très beau billet !
    Merci bizak pour ton passage...
    Je continue ma balade et rêver un peu...

    RépondreSupprimer
  22. bizak ,"le bonheur est dans le pré" mauvaise adresse, désolée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas grave, noelle, merci de ton passage. Ton blog que j'avais commenté c'était : noelle et le commentaire d'en haut c'était le tien. http://nono.hautetfort.com/
      Belle soirée

      Supprimer
  23. Tu m'as fait rire, la feuille qui se prélasse douillettement dans la glace, faut aimer !!! Ca c'est de l'optimisme ! La méthode Coué ?
    Bises et bon WE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Marine, même si je traverse des vents violents ces jours-ci, je fais en sorte de voir la vie belle. Car elle est belle, la vie. Ta feuille de chêne étalée sur l'eau glacée et qui voguait à vau-l'eau me paraissait sympathique et m'a fait sourire. Bises charmées. Bon weekend Marine

      Supprimer
  24. Je ne connais pas le désert mais bien la puissance des rêves qui nous laissent comme évanouis au moment où nous en sortons.
    Soleil généreux qui tient allumée notre lumière intérieure.
    Bon dimanche, Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le désert est un espace où on est happé par le silence, et un vide cosmique. Le plus beau moment et le plus extatique, c'est au coucher du soleil : on se sent alors rasséréné par le calme serein, la beauté du ciel qui nous envahit et l'inspiration qui nous gagne. On ne peut pas ne pas écrire devant de telles splendeurs qui pénètrent notre âme. Merci de ta visite Tania et merci pour tes jolis mots. Belle soirée

      Supprimer
  25. Merci d'être passé sur mon blog...
    J'ai suivi le lien
    et me voici dans le désert!

    Une page que j'ai beaucoup aimée...
    Le désert au crépuscule et à l'aube est d'une infinie beauté!
    Ton chant est aussi très beau
    qui lui rend hommage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie et ravi que tu trouves l'ambiance même si virtuelle du désert. Oui c'est éclatant de beauté que le désert nous apparaît quand on s'y aventure. Merci aussi pour tes mots élogieux. Belle soirée

      Supprimer
  26. C'est un texte magnifique de poésie et de rêves! Une bien belle plume que la votre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil à vous alezandro. Merci et belle soirée

      Supprimer
  27. Délires et rêves, merci pour ce très beau texte.
    Être fennec? Se lover dans le sable?
    Lumière bleue du crépuscule...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quels jolis mots pleins de poésie, Colo. Merci de ton passage. Bonne soirée

      Supprimer
  28. merci pour ces mots qui m'amène ailleurs!
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir était pour moi, si cela te charme tant d’être ailleurs. ^^
      Merci Danièle. Belle soirée

      Supprimer
  29. Si j'étais dans le désert, je voudrais regarder s'envoler le sable en lisant vos mots ... et je rêverais ...
    Bonne soirée ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! merci Viviane, pour tes mots sympathiques qui me vont droit au cœur et pour autant d’éloges. Jai été enchanté de découvrir ton blog avec ton poème, un tantinet charmant, et voluptueux dans une rencontre bon enfant, de deux êtres au croisement d’un chemin...!J’ai vraiment aimé. Merci de ta visite. Bonne soirée

      Supprimer
  30. Un matin dans le désert
    et les émotions envahissent l'esprit
    Instant de plénitude!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très jolis mots que les tiens qui viennent planer dans le ciel pur du désert, un matin à l'aube pourpre à l'horizon. Merci

      Supprimer

  31. Une page magnifique qui me renvoie à des déserts parcourus,
    Tunisie, Maroc, Mongolie
    Les déserts ont des silences habités
    qui nous murmurent l'essentiel de la vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que tu puisses être envoûtée par le charme et le silence du désert que tu avais parcouru dans tes pérégrinations et l'amour des voyages. On ne réalise la beauté des ces étendues désertiques , qu'une fois vraiment qu'on les a visitées. Merci du partage de ta joie Marie.

      Supprimer