mardi 8 septembre 2015

Ce matin les étoiles !




Ce matin, je voulais me lever un peu tôt pour voir si les étoiles sont allées se coucher comme à leur habitude. Donc à l'aube, comme prévu je m'installais au balcon, frais  et dispo, debout et accoudé en observant minutieusement le ciel, quartier par quartier,coin par coin. Point d'étoiles restantes, hormis celle du berger qui rentrait cahin caha de sa tournée mais légèrement voûtée et presque fatiguée. Apparemment elle devait avoir frétillé et gambillé avec les filantes qui lui causaient souvent des embêtements et des empêchements de tourner en rond car ne voulant  pas rentrer tôt! La bergère devait veiller à ne laisser aucune poussière cosmique encore visible quand les fenêtres seront closes.

De quelle fenêtre je parle ? de celles du ciel bien sûr !

Ce matin donc, la bergère n'était pas au beau fixe, je la voyais s'éloigner doucement, s'amenuiser et finalement disparaître totalement. Le ciel était devenu silencieux, serein mais on sentait bien qu'il y'avait du grabuge dans le ciel cette nuit-là, qu'il s'y était passé des choses pas normales et paranormales.

Dieu Jupiter! y'a t-il  encore des joutes entre les terribles douze  dieux et déesses  d'olympe comme jadis dans le ciel malgré que l'histoire de la mythologie grecque est loin derrière nous et ne survivent que les dettes olympiennes et cauchemardesques de la déesse Europe que courtisait Zeus ? 
Le monde a t-il viré de sa trajectoire estimant que les choses se dégradent sérieusement et inéluctablement ? Il est vrai que le cosmos prend des coups fourrés, les saisons ne sont plus quatre, le chamboulement et le désordre de la nature commencent à inquiéter. La planète terre étouffe , les océans murmurent dans leurs vagues déferlantes à venir.

Eh! Bizak, c'est l'heure !  eh, c'est l'heure, putain!

je me contorsionnais comme un boa effondré, j'espérais la suite  de la bergère et voilà qu'on martelait dans mon crâne.

Mais de quoi je me mêle Garnika! tu ne vois pas que je sillonne le ciel avant qu'il  me tombe dessus.



16 commentaires:

  1. Tu parles des etoiles: tu sais que tu vas me toucher au plus profond de mon cœur.
    Mon petit cœur de mousse qui s'émeut de rien et de tout. Et de ta poésie, subtile et goguenarde. Ah que j'aime ce rêve qui se termine en apothéose. Avec de grandes idées, comme les combats des dieux de l'Olympe, toujours d'actualité...surtout en ce moment, ou l'on est en droit de se demander si les dieux ne seraient pas tombés sur la tête...
    Mais dis moi´ ta photo me fait penser a mon pote Afid.
    Chaque fois qu'il voit cette configuration astrale, il m'appelle et il me dit : regarde le drapeau algérien dans le ciel...
    Bisous celestement conquis
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. Oh! je suis émerveillé que mon texte t'émeuve à ce point. J'ai, ces jours-ci des fourmillements dans ma tête et je valse tout seul comme un ver nu sous la pluie.Pour la photo, celle avec le croissant lunaire ?
    Merci pour ce plaisir communiqué!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cette belle image, dont je ne sais si c'est un tableau ou une photographie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est une photographie tirée du net !

      Supprimer
    3. Sais-tu Célestine que l'étoile du berger, n'est en fait pas une étoile mais une planète : Vénus! Vénus qui est aussi baptisée "étoile du matin" ou "étoile su soir". C'est l'astre le plus brillant après la lune, quand il fait très noir au ciel.
      Que de belles choses à voir dans notre univers !

      Supprimer
  3. Je n'ai pas vu de filantes cet été, dommage. Et la Bergère, j'en ai tricoté, tu sais, celle de France, et pas du ciel. Je vois que l'on regarde dans la même direction...J'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui la belle laine de France pour broderie et autre tricotage pas seulement des mots. Merci Patchcath de ton passage sous l'étoile du berger.

      Supprimer
  4. Va te coucher Bizak, tu vas finir par nous empêcher de dormir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment je vais me rendormir,mais tu dors encore toi ?
      Bise étoilée Isabelle.

      Supprimer
  5. Je ne regarde que les toiles de Maîtres de toutes façons ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une étoile de maître, c'est une muse, non ?
      J'aurais aimé en être une...^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis désolé cher ami pirate, d'avoir par mégarde supprimer ton joli commentaire,adressé à ta moussaillonne, en pensant qu'une coquille malveillante s'était glissée sous l'eau turbulente et j'ai frappé sec sans regarder que j'avais agi dans le sens contraire des aiguilles d'une montre mouillée. Ce com. dézingué était : " Canaille ^^ <3 ". Voilà j'espère avoir recoller les morceaux. Mille excuses de pétards mouillés!

      Supprimer
    3. Pour Célestine, ma dernière réponse réponse était :

      Canaille ^^ ♥

      Supprimer
  6. Nul ne m'enlèvera le privilège de reconnaître les plus belles toiles que le maître soit connu ou inconnu.Ce que j'aime en toi Célestine, c'est cet enthousiasme qui se répand même dans nos cœurs. Il me vient en tête une citation à propos du regard du maître sur les grandes toiles: " Ce que la chenille appelle la fin du monde, le maître l’appelle un papillon." de Richard Bach. Tu es un papillon depuis ta libération!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Papillon, je le suis depuis toujours, mais maintenant je vole !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer