mercredi 2 août 2017

Comme un envol de réminiscences

Le premier regard, c'est la première note magique jouée sur la corde d'argent de notre coeur                                                                       Khalil Djibran


J'ai rencontré un brin d'amour
Dans un regard profond et doux
Aussi profond que le fond de l'océan
Aussi doux qu'une nuit tendre
Sur le chemin des rails ardents
La nuit quand je m'éveille languissant
Je pense à ce long horizon bleu
Qui me suit souriant et mystérieux
J'ai ressenti les vitres brisées
Quand le train a accosté sur le quai
Il m'a laissé des larmes sur le banc
D'une ombre qui a glissé dans mes rêves
Où irais-je donc boire de ses étoiles ?
Le ciel se couvre à jamais de brume dense
Ma mémoire se fissure dans le temps
Me restent Ô ciel des destins éraflés
Les bribes de son sourire éternel




34 commentaires:

  1. Comme tu rends bien, si poétiquement et en harmonie avec la nature, le chagrin des séparations. Toujours les trains, les rails qui emportent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est dans les trains que la vie bouillonne, et parfois une étincelle jaillit comme l’éclair et disparaît non sans laisser quelques volutes de souvenirs. Merci Colo

      Supprimer
  2. Et bien, que de mélancolie dans ces vers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, La Baladine, un peu de mélancolie dans les vers, mais tellement de tendresse dans les souvenirs inaltérables. Belle soirée La Baladine

      Supprimer
  3. On n'oublie jamais un premier regard même si ce n'est "qu'un brin d'amour"...
    Douce nostalgie...
    Bises Bizak , merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dit qu’un regard parfois, peut être le plus beau des langages. Bises Noelle

      Supprimer
  4. Une gare, des rails, ce sont des endroits qui touchent le coeur même dans les rêves.
    C'est un bien joli poème.
    Mes amitiés et bisous Bizak ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ces lieux de rencontre, Il est des visages qui se dessinent et des rêves qui dandinent. Merci Denise. Bises

      Supprimer
  5. Encore un poème qui me touche, qui me parle. Par ces destins éraflés, comme s'ils n'avaient pas complètement accompli leur mission de destins. Par cette image très belle mais implacable, d'un horizon qui nous suit.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais cher poète que ce qui ébranle les cœurs, te touchent profondément et ne te laissent jamais insensibles. Merci Patrick

      Supprimer
  6. Coucou, que c'est beau et tellement évident, ce poème est magnifique, un regard sincère en dit tellement long, nos yeux parlent...! Bise, bonne soirée tout en douceur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi, Marie-Lina que ces mots te parlent, comme nos yeux nous parlent. Un regard, ça en dit long, parfois ! Bises à toi. Belle journée

      Supprimer
  7. En lisant ton magnifique et céleste poème, j'ai repensé à cette chansonde Bécaud que mon cher père aimait tant.

    Une gare au petit matin,
    Deux amours se tiennent la main.
    Ils sont tristes ou ils sont heureux.
    On n'en sait rien, mais ils sont deux.
    La vie c'est ça, tu le sais bien:
    Un train s'en va,
    un autre vient.
    On prend toujours un train pour quelque part,
    Un grand train bleu,
    un grand train blanc,
    un grand train noir.
    On prend toujours un train pour quelque part.
    Au bout du quai flottent des mains et des mouchoirs.
    Toi et moi, nous irons très loin.
    On s'aimera tant et si bien
    Que le monde entier n'en saura
    Ni le comment ni le pourquoi.
    Un jour, les derniers jours viendront.
    Nous prendrons le dernier wagon.
    On prend toujours un train pour quelque part, Un grand train
    bleu, un grand train blanc, un grand train noir.
    On prend toujours un train pour quelque part.
    Au bout du quai flottent des mains, des au revoir.


    Je t'embrasse tendre poète.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as choisi le chanteur à la rose rouge de Nathalie, je t’en remercie, Céleste. Bécaud avait tellement bercé les jours et les nuits des amoureux du monde. Et cette belle chanson du train( qu’aimait ton papa) me ravit beaucoup.
      C’est par les trains que les cœurs voyagent
      Entre l’heure du rêve et celle de l’aube
      La rame qui nous emmène loin
      Entame le chant des oiseaux bleus
      Sifflant librement dans le vent mélodieux
      Teinte nos émois de multiples couleurs
      Imprime à nos mémoires et nos cœurs
      Nos plus beaux hymnes à la vie
      Et nous offre de si jolis muguets des lendemains.

      Mille bises en petites étincelles vermeilles, chère Céleste

      Supprimer
    2. Oooh mais oui, que vois-je ? Un acrostiche que j'avais laissé s'envoler à mes yeux distraits par le ressac et les goélands...
      Merci de tout coeur cher Bizak. j'essaierai de dompter mon regard aux délicatesses de franges des poèmes.
      Ce n'est pas la première fois que je "loupe" un de tes acrostiches...
      Bises de retour
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Oui c'est vrai, il difficile parfois de le remarquer, quand le poème lui-même n'est pas clairement séparé du début de mon commentaire. Eh ben ! tu l'as quand même relevé, il n'est jamais trop tard.^^
      Merci Céleste et bise de confirmation.

      Supprimer
  8. Oh la tendre tristesse... la froide morsure des gares qui pourtant... font aussi revenir les gens qu'on aime... alors la morsure est celle de l'anticipation...

    Joli et quelque peu triste, ton poème :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! comme c’est joli : la tendre tristesse ! je m’en imprégnerais bien tendrement, quand la nostalgie m’accaparerait mais je ne peux oublier le fugace regard tel un fond de lumière semé dans ma mémoire. Bises radieuses Edmée

      Supprimer
  9. Un brin d'amour dans un regard,
    un souvenir qui reste au coeur
    malgré le temps qui passe!

    Un poème tout plein de tendresse et de nostalgie sur ses rencontres éphémères cueillies sur des brides de vie

    ********

    Le train passe et s’efface
    Ne laissant point de traces…
    Au fond des marécages,
    S’estompent tes passages.
    Tu planteras ta toile
    Sur des éclats d’étoile
    Et s’enfuiront amers
    Tous tes chemins de fer !

    (extrait d'un poème écrit en 2009)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours avec des mots ravissants et palpitant comme des paillettes dorées et scintillantes. Ta poésie est vraiment pénétrée de chaleur et de souffle d’amour et de passion. J’aime.
      Merci Marie
      Bises

      Supprimer
  10. Une musique déchirante blessait la nuit pendant que mon cœur cherchait, sans l'atteindre, la chaleur d'une caresse.
    Ton baiser m'aurait donc menti?
    Ton texte est beau d'une beauté douloureuse, sans doute fidèle à l'instant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta poésie quand elle prend les ailes des souvenirs pour atteindre l'être aimée, même pour une ombre de caresse.
      Mon texte, c'est vrai, côtoie un moment nostalgique mais reste fidèle à son coeur

      Supprimer
  11. un très bel article
    tilk

    RépondreSupprimer
  12. Envol de réminiscences d'une mémoire qui se fissure,
    Les vitres se brisent,
    éclats de sanglots, dans une nuit de déchirure.
    Les étoiles cautérisent.
    dans tes yeux, éclat de sanglot
    dans nos yeux, éclat de vers d'une poésie qui parle si bien de la nostalgie, du premier regard, des destins qui resteront inachevés et toi tu t'égares. et quand je te lis, j'entends siffler le train et que c'est triste un train qui siffle dans le soir... bises apaisantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est des jours où le soleil trébuche pour provoquer un scintillement de rêve, mais le petit rayon de lumière s'envole et laisse un vide que seuls garnissent nos ombres. La vie est un éternel rêve qui nous aide à continuer le chemin.
      Merci pour tes superbes mots El Linda qui sont toujours pleins de poésie.
      Bises ravissantes

      Supprimer
  13. Tout cela me fait penser à une séparation sur un quai de gare. Le train s'en va et on se retrouve tout seul, le mouchoir à la main. Beau poème, Bizak !

    RépondreSupprimer
  14. ..L'éternel évanescent s'envole et s'efface dans l'empreinte de qui nous sommes en ce lieu de passage déchiré, en quête et en rêve, là où nous ne faisons que transiter sur cette route, avec ce coeur si grand...oui bizak "c'est par les trains que les coeurs voyagent"... merci l'Âmi poète pour tes mots mêlés légèrement d'ancolie pour une mémoire qui demeure vive.
    Douce journée.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
  15. Les aimés s'éloignent, mais les souvenirs restent, ne les laissons surtout pas s'évanouir, gardons les bien précieusement au chaud dans notre coeur.
    Un très joli poème, Bizak. Merci. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  16. "Le premier regard......sur la corde de notre coeur" décoche parfois une flèche qui sa se ficher pour l'éternité au plus profond de nous mêmes. L'éloignement ne fait qu'accroître le désir et ce regard peu à peu s'estompe , l'espoir s'amenuise, l'envie demeure. Que la distance est dure envers les êtres qui s'aiment......Victor Hugo le formule tellement mieux que moi « Oh ! qu’il est cruel d’aimer alors qu’on est séparé de l’être qu’on aime ! »
    Bizak, Prince du désert, je sais et partage ce que tu ressens au moment où tu écris. Je pense bien à toi.

    RépondreSupprimer
  17. @Daniel, Den, Françoise, Chinou: : Désolé pour le retard de vous lire mes amis. Il est des jours où la pluie tombe moins gaie et arrose drument de ses filets le pavé et on se sent alors inerte, mais les jours plus vibrants réapparaitront forcément.
    Merci pour tous vos mots qui m’ont ravi. Je reviendrai plus tard quand les mots me déserteront moins. Bises à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hier j'avais répondu comme un poète à un événement triste qui a survenu dans la famille. La belle mère a pris les voiles sans retour. J'en suis désolé mes amis. J'espère revenir bientôt.

      Supprimer
    2. Prends le temps qu'il faudra, Bizak. Je t'envoie toute mon amitié, et mes pensées les plus douces à toi, et à toutes les personnes qui sont dans le chagrin de ce départ.

      Supprimer
    3. Je te remercie Françoise pour la douceur de tes mots.C'est un moment difficile à passer mais la vie fait son petit bonhomme de chemin et on doit s'y faire. Amitiés

      Supprimer