mardi 10 avril 2018

Comme une symbiose de ravissement


Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie. La beauté de l'âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps.
                                                                                                Victor Hugo
                                                                                                    




Quand j'entendais ta voix dans le sillon de tes lèvres
Elle me pénètrait tel un chant résonnant d'or
Et tes cheveux gémissant sur le chemin du vent
Me happaient et me traversaient tendrement

Dans tes yeux de clair flamboyant bleuté
Miroitait le ciel azur d'un doux printemps
Et dans nos corps palpitant et rayonnant
Vaguement se murmuraient des notes languides

Les nuages en vaguelettes tintaient de joie
Sur nos corps ivres et nos rires d'enfant
Comme un rêve ardent qui suspendait le temps

Et coulait une musique en sourdine et paisible
Telle une symbiose d'un parfait éclat de ravissement
De couleurs bariolées et d'effervescences naïves.

57 commentaires:

  1. En effet Bizak , l'amour rend heureux, et rajeunit les êtres leur permettant de retrouver des parenthèses d'insouciance et surtout des rires énergisants, tonifiants. Même écrit majoritairement à l'imparfait de l'indicatif, j'aime ton poème plein de vie et d'espoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout à fait d’accord avec toi, Chinou, l’amour est un véritable carburant qui, s’il est dans le pré à galoper, rend heureux et flamboie les cœurs. Merci d’aimer mon poème Chinou

      Supprimer
  2. L'ombre a embrassé la mer le cil-anse
    L'éphémère
    L'alangui se prélasse
    A fleur de corps l'accord effleure la peau
    Réveille en partant le miroir le là-haut
    Le chant les étoiles le bleu le chaud
    Les arbres les fleurs les feuillages
    Les sillages
    Et ta bouche de rose enchante le décor
    Se mêle et s'en-je veux-être son odeur jasminée
    Son ambre vanillée
    D'aile à elle
    Tu nous contes ton secret ton coeur ton temps d'opaline
    Bleu vert laiteux
    Ouverts aux horizons à l'in-fine
    Choyant la douceur du silence répandu
    Sur vos peaux dorées vos musiques entendues


    Merci Bizak pour ta poésie ravissante, aux teintes diaprées.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m’enchantes avec tes mots déployés comme une gerbe de papillons dorés confondus avec les fleurs, donnant une mosaïque de couleurs chatoyantes et belles. On ne peut rester insensible à ce tournoiement de mots qui font plaisir à lire.
      Merci Den pour ton bel enthousiasme
      Bises

      Supprimer
  3. Un amour printanier, plein de vie ! Les mots sonnent comme des notes de musique qui s'envolent dans le ciel .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces petites envolées printanières
      A bientôt daniel

      Supprimer
  4. Un amour puissant qui virevolte entre les corps, qui caresse les âmes et fortifie les coeurs. Même au passé, ton texte est porteur d'espoir. Sans amour, nous ne sommes rien. Avec lui, on peut tout. Bises alpines mon cher poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravi que mon poème t’inspire d’aussi beaux mots qui voltigent dans les prés quand l’amour trottine dans les cœurs.
      Merci poétesse
      Je t’embrasse chère amie des Alpes

      Supprimer
  5. Est-ce le printemps qui donne ainsi des ailes à tes mots? Ton lyrisme est élégant, qui mêle hier à aujourd'hui. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le printemps me souffle des airs et c’est le temps qui est brassé par la douce tendresse des fleurs.
      Merci de tout coeur pour tes mots
      Bises

      Supprimer
  6. Quel éclat ton poème! où tes phrases sont comme les branches d'un arbre à l'orée du printemps, où chacun de tes mots sont autant de fleurs sur ces branches prêtes à éclore. Il colore mon ciel. Et la branche "de tes cheveux gémissant sur le chemin du vent" a particulièrement attiré mon regard.
    bises rayonnantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton âme de poétesse me magnétise quand tu prends tes envolements rêveurs caressant le ciel de tes ailes magiques. Tes mots volettent et charment les cœurs blessés qui s’attendrissent au son de leur musique si douce et réjouissante.
      Merci Ma chère amie
      Je t'embrasse poétesse

      Supprimer
  7. Si la beauté de l'âme manque, la beauté du corps vaut rien. Toi et ta poésie est une symbiose de ravissement. Merci pour ta belle poésie, cher bizak. Douce soirée, mes bises. ZaZa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est gentil ZaZa de mettre tant de mots veloutés qui me vont droit au coeur. Merci chère amie.
      Bisous émerveillés

      Supprimer
  8. C'est tellement beau cher Bizak, merci pour ce merveilleux partage tout en douceur! Bise, bon mercredi dans la joie!

    Maria-Lina XxX

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maria-Lina pour tes mots si sincères et beaux
      Belle nuit ou belle soirée
      Bisous

      Supprimer
  9. Quelle belle galopade d'amour avec les cheveux gémissant dans le vent et les rires emplis de joie gourmande...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que du bonheur de te l'entendre dire, chère amie loin mais du coeur.
      Bises et belle journée

      Supprimer
  10. Et c'était une voix
    Sur un souffle de vent...
    Main dans les cheveux,
    Des regards de tendresse...
    Et c'était un instant
    Suspendu dans le temps...
    Et c'était la musique
    D'un amour partagé:
    Amour à l'imparfait
    En notes nostalgiques
    Qui espèrent un présent
    En ces jours de printemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel brio dans le dandinement de tes mots bouillonnant et extasiant, chère Marie. Merci Marie

      Supprimer
    2. Merci pour ce clin d’œil d'un amour océan, un poème qui m'a effleuré de ses ailes et attendri par sa beauté azuré.

      Supprimer
  11. Des mots ivres d'amour et de bonheur, quelle joie de les lire, ils nous emportent, nous transportent ! Merci Bizak !
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi Françoise qu’ils te touchent et te transportent autant, ces mots virevoltants. Merci
      Je t’embrasse aussi

      Supprimer
  12. Bonsoir Bizak, même si tes mots sont au passé, ils sont beaux, doux et délicats. Merci pour ce magnifique poème.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, Denise l’essentiel est dans leur portée et leur chaleur. Merci à toi aussi
      Bisous

      Supprimer
  13. Que de vie et que de mouvement dans ce texte! Que de joie et d'enthousiasme! Alors l'imparfait de l'indicatif importe peu. Merci pour ce feu sacré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! merci Edualc, ton amour des mots me séduit, et je sais ton engouement quand ils font leur valse folâtre, cher artiste.

      Supprimer
  14. Ah l’amour…l’amour…
    Où te caches-tu mon ami ? Es-tu dans le chant de l’oiseau ?
    Dans le flot gourmand des vagues qui grignotent le sable ?
    Es-tu dans l’araignée qui glisse de la bougie à la forteresse,
    Dans la gouttelette salée d’une larme oubliée ?
    Ah l’amour…l’amour…
    Où te caches-tu mon ami ?
    Dans cette fiole de narcotique
    Qui traine sur un meuble ciré ?
    Dans le train qui part pour ailleurs ?
    Dans la fatalité du crabe ?
    Où se cachent tes ailes tendres ?
    Où dévalent tes eaux grondantes ?
    Où s’envolent tes ailes bleues ?
    Ah l’amour…l’amour…mon ami
    Chacun en parle
    Chacun le voit
    Mais il nait d’un songe furtif
    Il court sur les fils électriques
    Atterrit dans les prés fleuris
    De ta poésie,
    cher Bizak
    le poète enchanteur des blogs
    et dans un nuage de cendres
    Il disparaît en un éclair
    Dans un bouquet de trèfles
    A quatre feuilles.
    Evidemment.
    ♥︎

    Un bug de Blogspot a dû faire disparaître mon poème cher Bizak :-)
    Je t'embrasse affectueusement
    Céleste
    ¸¸.•*¨*• ⭐️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Céleste, comment ne pas être envahi de ravissement et de plénitude quand tu distilles d’aussi magnifiques festons dorés comme un long cheminement d’étoiles. Merci pour ton amour des mots ravissants et beaux comme un vent délicieux planant sur les vagues de l’océan.
      Je t’embrasse en filon d’or

      Supprimer
  15. Le cliquetis des baisers dans la nuit, le ronronnement des draps en tourment, la lune en témoin voyeur… Ton corps brûlant comme brindille… Ton cœur en m’aimant scintille dans le bleu qui dévore nos soupirs.
    Ah ! L’amour…
    Ton poème fait du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quels charmants éloges cher Etienne avec tes mots si pleins de poésie longs et fluides comme un fleuve sans escale. Merci cher poète.

      Supprimer
  16. La fusion de l'amour et du printemps, ces nourritures terrestres et célestes qui s'échangent et se vivifient... Cette énergie nous métamorphose, tes mots le prouvent ! Belle journée Bizak, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fusion de l'amour et du printemps, comme c'est joliment dit ! Nous sommes trop imbus de nous-même, pour nous transcender et être au diapason de ces éclats trop éblouissants. Je me contente de rêver et d'aligner des mots pour imaginer que le train de vie ne me sera pas trop morne et désespérant.
      Belle journée Brigitte

      Supprimer
  17. Lorsque j'ouvre tes pages mon ami poète, je sais désormais que je vais entrer dans un monde où la féérie des mots vont me faire passer un délicieux moment de douceur ... une fois encore cela se vérifie.
    Lorsque je parle de "féérie" c'est bien dans ce monde magique que tu nous entraînes, dans ce tourbillon des sentiments exprimés avec une tendresse infinie.
    Il est temps de revenir sur terre, mais qu'à cela ne tienne, tu l'as parsemée de rêves, je ne vais pas me priver de m'en délecter encore et encore ...
    Bisous Bizak ... Merci pour cet enchantement ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel magnifique panégyrique !
      Tu seras toujours la bienvenue, mon amie Viviane, je tacherais de te cheminer vers des lieux infinis, où le printemps fête ses floraisons à langueur d’année, où la lune ne connaît que jasmins de rêve qui éblouissent les étoiles. J’aime creuser le fin fond des mots pour les festonner de rubans magiques et les offrir aux mains qui les savourent et les caressent.
      Je crois bien que je risque de m’éterniser dans ces lieux astraux et rêveurs.
      Merci Viviane d’être passée pour laisser un rayon de ton sourire angélique, tes visites me ravissent.
      Bisous

      Supprimer
  18. J'aime beaucoup ! Et ce mot, ravissement, est un de mes mots préférés.
    Bon vendredi.

    RépondreSupprimer
  19. je me suis envolée sur ces vagues romantiques qui sentent le printemps et les voyages entre amoureux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi de te voir prendre le chemin des étoiles si ton coeur palpite au gré des voyages parsemés de chants d'amoureux et de rêves enchantés.

      Supprimer
  20. Le printemps fait balbutier les coeurs avant que l'été les emporte plus loin, plus fort, vers ce ravissement et cette symphonie qui n'appartient qu'à eux.
    Tes mots colorés embaument la joie et l'amour, merci Bizak pour ce poème qui nous offre ces instants de joie. Bises tout soleil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours un émerveillement de te lire amie poétesse, tes passages fleurissent le sol assoiffé de vie et me ravissent pleinement les yeux et enchantent mon coeur.
      Bisous dorés

      Supprimer
  21. Cette petite musique de l'amour qui coule de tes vers et se répand en nous en de multiples émotions et ravissements intimes. Superbe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que dire de tes louanges, alezandro, ils parfument les amants quand la nuit les surprend et les enveloppent de la douceur de leurs charmes.

      Supprimer
  22. "Et coulait une musique..." la musique de tes mots, on écoute ta mélodie et elle nous enchante...
    Je t'embrasse, merci bizak
    Noelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne saurais mieux exprimer tes sensations pour "cette musique", mais cela me réjouit de savoir que tu aimes.
      Je t'embrasse aussi Noelle.

      Supprimer
  23. Un petit coucou de mardi. J'espère que tu vas bien.... Belle soirée. ZaZa

    RépondreSupprimer
  24. L'absence est charmeuse ... lorsqu'elle s'éternise, elle devient bien trop présente ...
    J'espère que tu vas bien Bizak ... ne pars pas trop longtemps, il manque de tes mots sur la blogo ...
    Bises ...

    RépondreSupprimer
  25. @ZaZa et Viviane: Désolé, mes amies, de ne pas être disponible. J'ai égaré mes ailes en voulant atteindre le ciel bleu, les rêves n'étaient pas au rendez-vous. Non ! c'était pour rire.^^
    Merci de votre passage, cela me fait bien au coeur, mes chères amies.
    Je reviendrai bien tôt.

    RépondreSupprimer
  26. Un petit bout de fil, une fine aiguille, un point avant, un point arrière, petit nécessaire pour réparer les ailes brisées, ensuite, prendre un joli filet et capturer le papillon égaré ... Voilà de quoi faire Bizak ... je rigole bien sûr ... (et attendu que je n'y connais rien en couture, je ne garantis pas le résultat)
    Bises et bon week-end à toi mon ami

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire ma chère amie, est aussi beau que le jour de ma naissance, le printemps était gai, les fleurs gémissaient de plaisir, et le soleil se ventilait le coeur pour ne pas se surchauffer.
      Merci de tout coeur Viviane.
      Bon week end aussi
      Bisous

      Supprimer
  27. C´est bien cher ami que tu es en train de chercher l´inspiration....j´avais un peu de soucis....Contente que tout va bien!! Et je me réjouis pour ton prochain billet!! Belle soirée et à bientôt! Bises. ZaZa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ZaZa pour tes mots si gentils, l'inspiration ne vient pas, quelques contre-temps ne me permettent pas de me concentrer pour commenter, et suivre les blogs, mais j'espère le faire bientôt.
      Bien à toi ZaZa
      Bisous

      Supprimer
  28. La vie est comme une rose, belle, imposante mais quelquefois elle fait du mal avec ses épines

    Un jour elle perd ses pétales comme des larmes qui coulent du coeur
    pour nous offrir de nouveau un petit bouton de fleur qui va se transformer en une belle fleur de nouveau

    Le coeur a ses raisons lesquelles le cerveau ne comprend pas

    Je te souhaite mon cher ami que ton coeur soit ensoleillé de nouveau. Mes bises. ZaZa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est bien dit, chère ZaZa, la vie n'est pas faite que de cadeaux, elle s'amuse et ne se gène pas de nous chercher des crosses.
      Merci pour tous ces mots plein de raison et de sagesse, ZaZa.
      Bisous amie

      Supprimer

  29. Laisser vibrer l'espace
    Le temps s'écouler
    Miroiter la feuille

    Sous un vent de plume
    Le silence souligne
    Cet instant magique
    Qui ne reviendra pas...

    Choisir un chemin différent
    Aux sauvages odeurs boisées
    S'échapper des pistes imposées
    Respirer profondément
    Ne plus être dans le rang


    Divinement l'oiseau le dit
    Il suffit de l'écouter

    marine D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique poème chère Marine ! les mots sont consolants et beaux.
      Bises Marine

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...