lundi 1 octobre 2018

Je sais parler aux arbres

                                      Lorsqu'une feuille tombe, il y repousse toujours une branche. 
                                                                                    Eric Barbé




Je sais parler aux arbres
Comme on parle au vent
Dans le froufroutement de ses mots bleus
Parfois les sons se mêlent au silence
Des douceurs de l'aube qui naît
Du ciel rêveur et somnolant.
Cueille la vie telle qu'elle est
Comme une ligne sinueuse du destin
Célèbre l'amour, il  prendrait des ailes
Qui le feront raviver dans un vol sublime
Et  pendant que les nuages s'évaporent
Donnant au ciel ses couleurs sereines
Lui le grand cercle bleu luisant
Répand du bonheur en quintessence. 

46 commentaires:

  1. "Cueillir la vie et célébrer l'amour". Quoi de plus beau dans une existence? Merci pour tes mots qui s'entremêlent et mettent du baume au cœur en ce lundi pluvieux et froid. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi chère Dédé pour tes mots si délicieux que je lis ce matin et pour ton bel enthousiasme qui me touche.
      Bises méditerranéennes.

      Supprimer
  2. Heureuse de retrouver ta poésie!
    ****
    L'arbre sait écouter le murmure du vent,
    cette complainte qui parfois
    s'échappe du cœur des hommes
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dis toujours les choses justes, chère Marie, ta poésie traduit tant de choses belles et si vraies sur la vie.
      Amitié poétesse

      Supprimer
  3. merci pour ce retour...
    je ne sais pas si je sais parler aux arbres par contre certains vieux arbres me parlent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S’ils te parlent c’est qu’ils savent aussi t’écouter même si tu sembles ne rien dire, car ton cœur lui, dit des choses.
      Belle journée Josette

      Supprimer
  4. Le vol sublime au milieu des nuages qui s'écartent pour laisser place à l'amour... c'est tout beau, ça!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais prendre l’essentiel des mots dans un enchevêtrement de phrases parfois inaudibles et tu les mets en lumière, quelle beauté ! Merci Edmée
      Bises amie

      Supprimer
  5. Quelle joie de te revoir, cher poète du ciel et de la lune.
    Les arbres sont mes amis aussi, je leur ai souvent confié mes joies et mes peines.
    Par delà les vents et les nuées, je viens te dire combien ton poème me touche. Il me dit que la vie trace en arabesques des chemins compliqués mais subtils, et qu'il est doux de les suivre du bout des doigts, comme on suit la trace d'un escargot ou le fil d'une araignée...
    Je te souhaite un bon retour cher poète
    Bisous d'étoile filante
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je lis tes mots, j’en retire toujours la sève qui me dit que loin des apparences parfois titubantes, ton cœur germe de gaieté et de joie de vie. L’ombre intruse et envahissante ne saurait me priver de penser qu’en toi la lumière reste diffuse.
      Merci à toi, Céleste
      Bisous jaillis en panache

      Supprimer
    2. NB:Les émotions de la lumière diffuse selon Robert PLutchik
      Une lumière diffuse qui crée des ombres douces et un contraste atténué va provoquer chez vous très certainement les émotions suivantes :
      • la joie
      • l’amour
      • l’optimisme
      • le ravissement
      mais aussi :
      • la songerie voire la tristesse
      • l’ennui
      Ce sont souvent des émotions plutôt féminines.

      Supprimer
    3. Je ne connaissais pas Robert Plutchik.
      Mais je ne suis pas certaine que ces émotions soient plus féminines que masculines... ;-)
      Je crois qu'éprouver des émotions est profondément humain, non ?
      Bises interrogatives
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. Tout à fait d'accord avec toi, je ne pense pas qu'on puisse différencier d'une manière tranchée entre homme et femme quant à leurs émotions, mais il avait précisé que c'était plutôt: "souvent des émotions de femme !" Ce qui est quand même juste une impression,je suppose.
      Bises

      Supprimer
  6. Ton chant a la fraîcheur d'une source et la douceur du miel, la lueur bienfaisante du soleil qui vient de vaincre la nuit... Pas étonnant que les arbres le comprennent.
    Heureuse de te voir revenu, doux poète.
    Bises ravies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes mots sont ravissants quand ils chantent et disent mélodieusement les ressentis qui viennent du profond de notre être. Tu disais que tu n’étais pas très poète, pourtant tes mots sont vernis de beaux vers magiques.
      Bisous

      Supprimer
  7. Tu as respiré pour nous ce pan de ciel
    qui mains tenants ruisselle

    ces splendeurs invisibles
    parlé au coeur de l'arbre sensible

    dessiné ces arabesques sur le fil du silence
    qui va vient se balance

    chanté la douceur sucrée qui r'anime le mât-teint
    pour l'intime de nous qui rêve et se repeint

    Heureuse de te retrouver cher poète Bizak.

    Je t'en brasse fleurie encor'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes scintillements de mots sont toujours comme des bandeaux de couronne de fleurs ! Quelque soit leurs tournures, leur fragrance est ineffable et relevée.
      Merci douce poétesse
      Bisous poétiques

      Supprimer

  8. Cela fait plaisir de te retrouver.
    Tu manquais…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie Alain X pour ton amabilité. Je te lis quand même en passant et ton dernier poème était magnifique.

      Supprimer
  9. Heureux du retour de ta belle poésie et de ta belle nature, Bizak. D'un simple bout de laine, une pelote, d'un simple signe, tu es capable d'en tirer un espoir.
    À bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me combles chère Patrick, mais je sais que tes mots sont sincères. Je te lis aussi en passant et j'ai trouvé l'idée des commentaires séquentiels,sur un sujet donné, géniale, comme l'anecdote de la librairie. J'aurais voulu apparaître comme un outsider, peut-être vous aurais-je partagé toi et Claude sur la fin de l'histoire.
      Bien à toi

      Supprimer
    2. J'ai regardé une nouvelle fois sur mon blog. Je ne comprends pas pourquoi tu ne peux pas laisser de commentaire et je ne sais pas ce qu'il faut faire pour que ça change. Tu m'en vois désolé. J'aurais bien aimé que tu participes à nos échanges.
      À bientôt.

      Supprimer
  10. Les arbres, les sons, le ciel et le silence; tant d'échanges muets mais si emplis de force, de joie et d'espérance et puis la vie qui court, riche d'écrits, de poésie, de chants nouveaux, de rencontres !
    C'est une joie de relire tes mots; merci à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont si beaux, tes mots, Balaline ! Comme une merveille du ciel posée sur la cime des montagnes qui longent les horizons.
      C’est une joie aussi de te lire.
      Ton nouveau blog a quelques difficultés à s'insérer dans mes blogs amis. Je n'arrive pas à suivre tes nouveaux billets, mais je tâcherais j'espère d'y remédier.
      Belle journée chère poétesse.

      Supprimer
  11. C'est dans un vent de murmures qui la vie se plaît à chanter...Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et elle chante si magnifiquement, la Vie !
      Bises Paradisalia

      Supprimer
  12. Plaisir de te retrouver avec des mots d'arbres, pleins de vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci poétesse au chant ibérique porté par des échos au delà des Pyrénées.
      Belle journée

      Supprimer
  13. Quel bonheur de te retrouver cher Bizak et de lire tes mots sur les arbres, ces arbres qui nous transmettent du bon, de la sérénité. Ils sont la vie.
    Avec toute mon amitié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi pareillement chère Denise, tes mots si enchantant et louant la nature, me ravissent.
      Bises amicales

      Supprimer
  14. bizak, ta photo est superbe ! tu as fais tout ce chemin pour venir nous retrouver ! merci

    Et si tu sais parler aux arbres tu es quelqu'un de bien ! encore un très joli billet, poème et coms !je t'embrasse , bon retour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle gentillesse à mon égard, noelle, je te remercie pour tes mots si précieux et qui me vont au cœur.
      Merci
      Bien à toi, je t’embrasse aussi.

      Supprimer
  15. Un texte qui me va droit au cœur...
    Dans les veines des arbres, coule le sang de ma chère Maman, partie trop tôt pour écouter le murmure du vent autour des étoiles.
    J'aime serrer contre mon cœur le tronc des arbres, et sûr, ils me parlent aussi. Ils me donnent de ses nouvelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très touché Etienne, par tes mots en rappelant ta chère maman partie pour d’autres horizons et qui, même loin, est si proche de ton cœur.
      Je ne sais pas où j’ai lu, que quand on serre un arbre, la vie nous répand sa tendresse et la nature s’apaise.
      Bien à toi Etienne

      Supprimer
  16. De retour ou simplement de passage ? Les arbres sont nos amis, des compagnons fidèles et silencieux. Tu as écrit un beau poème .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que je serais plus présent bientôt, mais en attendant, je picore quand même quand mes ailes se rabattent et je lis vos billets, mais je ne commente pas toujours.
      Bien à toi Daniel, Merci pour tes mots

      Supprimer
  17. "je picore quand même quand mes ailes se rabattent" quel bel oiseau tu es ?

    Belle journée bizak, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assurément l'oiseau blanc qui symbolise le plus profond de nos rêves : voler !
      Voler par dessus les montagnes, les océans bleus, les vallées..!
      Voici un blog qui pourrait mieux t'inspirer: http://grandsreves1234.blogspot.com/2017/03/le-symbole-de-loiseau.html
      Bisous

      Supprimer
  18. Merci bizak, j'aime beaucoup ! de jolis rêves à lire..


    Bonne soirée, bisous à l'oiseau blanc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux de te faire plaisir, chère amie
      Belle journée
      Bisous

      Supprimer
  19. Bonne surprise de te retrouver parmi les frondaisons automnales. Cela fait du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie Claude pour tes mots sympathiques. Quand je survole ton blog, je trouve toujours matière à réflexion. Très joli coucou à tes amis avec ton récital à la guitare.
      Bien à toi

      Supprimer
  20. En forêt j'adore entendre les arbres se parler, entendre le vent faire frissonner les arbres. Ce que tu as su dire aux arbres a laissé une belle lumière dans ce ciel, pour celui/celle qui sait se poser un instant et contempler. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les arbres frissonnent, se courbent, sifflent mais s’accrochent fortement au sol, car comme les hommes, ils ont leur fardeau à porter, et nous surprennent souvent de leur relance et leur belle allure avec cette lumière du ciel.
      Merci de ton passage El Linda
      Amitié

      Supprimer
  21. C'est une belle écoute... Merci pour ces mots sensibles porteurs de lumière. Pas de doute tu sais parler aux arbres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage enthousiaste et enjoué.
      Belle journée Laurence

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...